LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE

Écrit et réalisé par Pascal ELBÉ - France 2021 1h33mn - avec Sandrine Kiberlain, Pascal Elbé, Valérie Donzelli, Emmanuelle Devos, François Berléand, Marthe Villalonga...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ON EST FAIT POUR S'ENTENDRESi l’on plaint l’aveugle, réputé sage, on se moque souvent du sourd, soupçonné d’être sot. Comme David Lodge dans son beau roman La Vie en sourdine, Pascal Elbé aborde le handicap du malentendant par la comédie en y mêlant son expérience personnelle, gage dans les deux cas de justesse dénuée de clichés. Soit Antoine, un quinquagénaire dont la vie amoureuse et professionnelle prend l’eau. Professeur de lycée, il est de plus en plus chahuté par ses élèves, et son proviseur s’agace de ses frasques, comme tout récemment de ne pas avoir évacué sa classe lors d’un exercice d’alarme incendie. S’y ajoutent des tensions avec une voisine, Claire, exaspérée par le réveil qu’il laisse sonner indéfiniment : depuis l’appartement de sa sœur chez qui elle a emménagé à la mort de son mari, elle semble mieux entendre la sonnerie horripilante qu’Antoine qui dort pourtant juste à côté.
Sommeil au lieu de soleil, mouton pour bouton, le test auditif d’Antoine relève un tantinet du test de Rohrschach jusqu’à la conclusion de l’ORL : « Vous n’entendez rien » pour laquelle il comprend allègrement « Vous entendez bien. » Le spécialiste ne tergiverse pas : notre malentendant qui multiplie les malentendus doit se résoudre à porter des prothèses auditives. Mais ces merveilles de technologie miniaturisée ne suffisent pas à régler tous les problèmes d’Antoine. Il n’y a guère qu’avec Violette, la fille de Claire, qu’il s’entend bien. Depuis la mort de son père, la fillette est devenue mutique et sujette à des terreurs nocturnes qui réveillent tout l’immeuble – deux points sur lesquels Antoine ne trouve rien à redire.
Pascal Elbé aborde la comédie avec des répliques ciselées servies par des acteurs tous dotés d'un admirable sens du rythme indispensable au genre. Comme l’avait réussi Sound of metal de Darius Marder, à la tonalité plus grave sur la surdité, le film de Pascal Elbé parvient par une bande-son soignée à entrer de plain-pied dans le ressenti d’Antoine, entre éprouvantes distorsions que lui impose sa prothèse et paroles de son entourage à jamais envolées. (C. Renou-Nativel, La Croix)

« Les situations dans lesquelles un sourdingue peut se retrouver sont parfois tellement ahurissantes que je ne pouvais pas penser à l’idée de ce film sous une autre forme. Faire rire avec la malentendance ? Aucun problème avec ça ! Ce handicap-là a d’ailleurs toujours été considéré – déjà dans le théâtre antique – comme une matière de comédie. Un mec qui n’entend pas – Quoi ? Comment ? Le Monsieur te dit... – c’est quelque chose de drôle. […] Toute la gageure consistait à trouver une histoire qui ne conduise pas à ne faire qu’un état des lieux clinique de la vie d’un malentendant. Là est la force de La Vie en sourdine de David Lodge : c’est un roman qui rend compte de cette situation que je connais bien, mais qui parvient, à partir d’elle, à construire un récit universel. Mon histoire a pris la tournure d’une comédie romantique. Quoique... “romantique”, je ne sais pas trop ce que ça veut dire à nos âges. C’est l’histoire d’une rencontre. Mon film est une comédie de rencontres... » (P. Elbé)