LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

DECISION TO LEAVE

PARK Chan-wook - Corée du sud 2022 2h18mn VOSTF - avec Wei Tang, Park Hae-il, Go Kyung-pyo, Lee Jung-hyun, Park Yong-woo... Scénario de Chung Seo-kyung et Park Chan-wook. FESTIVAL DE CANNES 2022 : PRIX DE LA MISE EN SCÈNE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DECISION TO LEAVEAprès les deux réussites majeures que furent, dans des genres et des styles très différents, le fulgurant Old boy (2003) et l’ultra-raffiné Mademoiselle (2016), Decision to leave nous rappelle dès ses premières images cette évidence (qu’a entérinée le jury du récent Festival de Cannes en lui décernant le Prix de la mise en scène) : Park Chan-wook est l’un des plus grands stylistes du cinéma contemporain. Le voici de retour avec un film qui, comme il sait si bien le faire, marie les genres, mêlant mélodrame amoureux et intrigue policière, avec une touche typiquement coréenne de comédie burlesque. Sans doute moins transgressif que la plupart de ses œuvres précédentes, Decision to leave nous touche par les subtiles émotions qui traversent ses protagonistes, et nous transporte par sa mise en scène virtuose, d’une inventivité constante, où chaque plan est minutieusement construit. Un régal pour les yeux et les neurones !

Le corps d’un homme est retrouvé au pied d’un piton rocheux. Est-il tombé accidentellement ? A-t-il sauté volontairement ? Ou a-t-il été poussé ?… C’est ainsi que démarre l’enquête de Hae-joon, détective chevronné de la police de Busan. Salué pour ses compétences, il se consacre corps et âme à traquer les criminels. Il se démarque nettement de ses collègues, toujours tiré à quatre épingles, de nature bienveillante et courtoise à l’égard des autres. Hae-joon enregistre tous les détails des scènes de crime sur sa montre connectée et, souffrant depuis longtemps d’insomnie, il ne rechigne jamais à faire des planques ou des filatures pendant ses nuits sans sommeil. Il est marié à la belle Jung-an depuis plusieurs années mais, pour des raisons professionnelles, elle vit loin de Busan et ils ne se voient que le week-end.

Hae-joon va naturellement s’intéresser à Seo-rae, l’épouse du défunt, qui s’occupe de personnes âgées à domicile. La jeune femme ne semble pas du tout ébranlée par la disparition de son mari et son comportement est si surprenant pour une veuve que le policier la considère rapidement comme suspecte. Chinoise d’origine, son défunt mari aurait profité de sa position professionnelle pour la faire rentrer dans le pays… Sans doute plus un mariage de raison que d’amour… Ses expressions et ses réponses imprévisibles déstabilisent le policier : malgré son coréen hésitant, Seo-rae fait preuve d’une grande assurance et s’adresse à lui avec une audace qui le désarçonne. Son instinct de policier lui dicte de s’en méfier mais il se sent étrangement attiré par elle. Tandis qu’il la place sous surveillance et observe ses faits et gestes, il commence à baisser la garde. Alors que, jusque-là, il n’a jamais été ébranlé par quoi que ce soit, son comportement commence à changer de manière inattendue.

Decision to leave s’attache à la trajectoire flottante de ces deux personnages assez fascinants, interprétés par deux acteurs qui livrent une partition impeccable. À cet égard, l’actrice Tang Wei, avec son charme aux multiples facettes, rejoint le panthéon des figures féminines inoubliables croisées dans les films précédents de Park Chan-wook. Hommage assumé au polar hollywoodien classique – le détective succombant à la séduction vénéneuse de la femme fatale est de fait un archétype en la matière –, Decision to leave peut se percevoir comme une variation virtuose autour du Vertigo d’Hitchcock. Mais Park Chan-wook réinvente totalement la grammaire du genre grâce à une mise en scène qui nous envoûte par sa maîtrise de l’artifice et de la manipulation. Il est inutile de chercher à suivre tous les fils de l’enquête, à en percer tous les mystères, à en amortir tous les rebondissements. Il faut se laisser porter par le plaisir pur du récit et de sa mise en forme, par le romantisme amoureux qui le sublime.