LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

Mardi 6 décembre à 20h30 à Borderouge, séance suivie d'une rencontre avec André Bonzel, réalisateur, en partenariat avec Prép'art – école préparatoire aux concours d'écoles d'art, de design et de cinéma.

C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS

Remy Belvaux, André Bonzel et Benoit Poelvoorde - Belgique 1992 1h32mn - avec Benoit Poelvoorde, Jacqueline Poelvoorde Pappaert, Nelly Pappaert...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUSD'abord on rit. Puis on a du mal. Ca nous dérange, ça nous révolte, mais on jubile. On a rarement vu quelque chose d'aussi gonflé, d'aussi cynique, d'aussi malicieusement provocateur et pervers. Un film dont les projections provoquent autant de bagarres que de crises de rire, de délire enthousiaste que de cris de haine. On vous aura prévenus, mais on ne saurait trop vous conseiller de venir y jeter un petit coup d'œil personnel, ça vaut le déplacement !
Le montage, qui réunit de façon parfaite la réalité et la fiction, ne rend que plus troublant notre malaise. L'horreur qui explose à chaque instant est si énorme, à la fois réaliste et outrageusement parodique, que le film devient une charge féroce contre tous les excès complaisants qui se commettent au nom de l'information (journaux télévisés) ou du divertissement (reality shows). Un pamphlet cynique et très méchant, à se tenir les côtes de rire et à frémir de dégoût.
Les auteurs de cette drôle de chose ? Trois belges complètement allumés, sans un sou, sans prétention aucune, dont l'un incarne de façon irrésistible Ben le tueur fou. C'est Benoît Pœlvoorde, il a une tronche pas possible, un flegme invraisemblable dans toutes les situations et il est pour beaucoup dans la force horrifico-burlesque du film.

Ben tue. Avant tout pour le plaisir. Des petits vieux, des facteurs, jamais de gros riches, ça pourrait lui attirer des problèmes. Des meurtres sales, glauques, dans les décors blafards d'une Belgique pas gaie.
Ce serial-killer volontiers bavard est suivi par une équipe de reportage qui filme ses meurtres dans toute leur horreur et enregistre les commentaires imperturbables de Ben en pleine action.
Evidemment, tout ça avec un sens gigantesque de la farce et du troisième degré… Mais quand même… Au fur et à mesure, la proximité crée des liens, la petite équipe de tournage devient complice. Ben pousse de plus en plus loin les limites du vice et de la brutalité, et plus ça nous dérange, plus on jubile. Pour un peu, on s'attacherait presque à lui…