UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

BLAGA’S LESSONS

Stephan KOMANDAREV - Bulgarie 2023 1h54mn VOSTF - avec Eli Skorcheva, Gerasim Georgiev, Rozalia Abgarian, Ivan Barnev... Scénario de Simeon Ventsislavov et Stephan Komandarev.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLAGA’S LESSONSDepuis le récent décès de son mari, Blaga, enseignante bulgare à la retraite, mène une vie discrète et routinière à Choumen, une ville de 100 000 habitants située au Nord-est de la Bulgarie. À l’instar des milliers de retraités du pays touchant une pension de misère, Blaga vit plus que chichement. Alors pour joindre les deux bouts, elle donne des cours particuliers à Nare, une jeune femme syrienne qui veut acquérir la nationalité bulgare. Petit à petit, et avec l’aide de son fils parti tenter sa chance aux États-Unis, Blaga arrive même à économiser pour financer l’achat d’une concession pour elle et son mari afin qu’ils soient enterrés ensemble, même si, dit-elle, « Mon mari croyait plus en Lénine qu’en Jésus ».
Par cet acte, Blaga semble se préparer à la fin du voyage et c’est paradoxalement ce qui semble lui donner la force de continuer à vivre. Alors, le soir venu, dans son salon, devant l’urne où reposent les cendres de son défunt, et après avoir recompté les quelques billets qui doivent payer son projet funéraire, Blaga s’assoit et s’autorise un verre (ou deux) pour réchauffer son corps et son âme. Un instant suspendu avant d’être précipitée dans une spirale infernale… car ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa vie va brutalement basculer à la suite d’une arnaque téléphonique… Mais sur ce point nous ne dévoilerons rien, afin de vous laisser le soin d’en découvrir tous les mécanismes machiavéliques et leurs conséquences.

La réussite de ce remarquable thriller social, à la mise en scène tendue et millimétrée, doit beaucoup à la performance de son actrice principale Eli Skorcheva, ancienne star du théâtre et du cinéma bulgare des années 70 et 80, qui s’était délibérément retirée de la scène et de l’écran pour s’engager en politique et s’opposer au régime communiste de l’époque.
Blaga’s lessons est un film saisissant, un film noir qui tient en haleine de bout en bout, exprimant les désillusions d’une société gangrénée par la criminalité, la corruption et les dérives des différents systèmes économiques (communiste ou capitaliste) mis en place. Une situation résumée par cette maxime bulgare : « Tout ce qu’ils nous ont dit sur le communisme pendant le communisme était faux, mais tout ce qu’ils nous ont dit sur le capitalisme était réel. »