LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 6
Chers spectateurs,Petit point travaux : la rampe d’accès PMR est enfin praticable (malgré le fait que les travaux ne sont pas encore terminés, et que c’est encore un peu le chantier) pour les personnes en fauteuils roulants.Cordialement ... Lire CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 6...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 5
Chers spectateurs,Les travaux ayant pris du retard (et n’étant pas encore terminés), nous sommes désolés de vous annoncer que la rampe PMR n’est toujours pas accessible aux fauteuils roulants !N’hésitez pas à nous appeler (0467523200) pour connaître l’avancement de la situation, de fait de ne pa...

  • 1917

    L’intrigue de 1917 est simple. Les caporaux britanniques Schofield (George MacKay, absolument formidable) et Blake (Dean-Charles Chapman, très bien aussi) y sont des pions à qui le Général Erinore (Colin Firth) confie une mission à peu près impossible, consistant en une percée apparemment suicidaire sur le territoire conquis par les Allemands en France. L'objectif est de faire passer directement un ordre qui empêchera la mort presque certaine d'un régiment de 1600 hommes sur le point de tomber d... (lire la suite)

  • BIENVENUE LES VERS DE TERRE

    Partout dans le monde, l’épuisement des terres cultivées et l’érosion des couches fertiles commencent à faire sentir leur effets destructeurs. C’est donc maintenant qu’il faut agir et pour agir il est nécessaire d’être informé. Réaliser un film sur ce sujet, c'est participer à cette transition vers un monde durable. Un sol vivant abrite des millions d’animaux souvent invisibles, des champignons mais surtout les fameux réseaux mycorhiziens. C’est un sol qui résiste à l’érosion et s’adapte mi... (lire la suite)

  • FRIDA

    « Je veux que tu brûles ce traître de corps ! Je ne veux pas être enterrée. J’ai passé assez de temps allongée. ». C’est à travers cette phrase emplie de colère que l’on prend conscience de la souffrance, mais aussi de la force de caractère de la plus célèbres des peintres mexicaine : Frida Kahlo. Après un violent accident d’autobus lui ayant causé plusieurs fractures, dont une de la colonne vertébrale, Frida multiplie les séjours à l’hôpital. Forcée de vivre avec cette douleur, elle décide de ... (lire la suite)

  • JEUNE BERGÈRE

    Qu'est ce donc qu'être agriculteur – et en l'occurrence agricultrice – aujourd'hui ? Delphine Détrie ne prétends pas dresser un portrait exhaustif mais pour répondre à cette question, elle « se contente » de faire le (très beau) portrait de Stéphanie, qui en a eu assez de Paris et a choisi le Cotentin pour concrétiser l'un de ces rêves : devenir bergère. Il lui aura fallu du temps, retourner à l'école, faire des stages avant d'y parvenir. Pour autant rien de simple dans ces choix, entre paperass... (lire la suite)

  • JINPA, UN CONTE TIBÉTAIN

    Si je te raconte mon rêve, tu pourras l’oublier ; si j’agis selon mon rêve, sans doute t’en souviendras-tu ; mais si je te fais participer, mon rêve devient aussi ton rêve. (Proverbe tibétain) Dès les premières images, assez fascinantes, on a cet étrange sentiment d'être plongé simultanément dans de multiples univers cinématographiques qui ont bercé notre cinéphilie : un peu de Kaurismaki pour ses personnages atypiques au milieu de coins paumés, un peu de Jarmusch pour ses héros décalés et ro... (lire la suite)

  • JOJO RABBIT

    Johannes Betzler, alias Jojo, est un enfant timide. Parmi ses camarades de classe, on ne le distingue guère : fluet, il fait pâle figure en comparaison de ses aînés, partis combattre au loin. Alors à l’image de beaucoup d'enfants de son âge, comme lui peu gâtés par la nature, compensant l'absence d'un père appelé sous les drapeaux, Jojo s'invente un ami imaginaire, un ami toujours de bon conseil, plein de sollicitude et d'entrain ; pour trouver un modèle, il n'aura pas à chercher bien loin, puis... (lire la suite)

  • L’ADIEU

    Voilà une heureuse surprise toute simple, toute jolie, qui évoque à la fois le déchirement de l'exil et la douleur de la séparation d'avec nos anciens, auxquels nous pensons souvent mais que les vicissitudes de la vie ont éloignés de nous. Billi est pourtant loin du cliché de l'exilée. Elle est une trentenaire new-yorkaise branchée, qui cherche apparemment sa voie dans l'art. Mais Billi n'est pas née américaine, elle a quitté enfant la Chine, laissant là-bas Nai Nai, sa grand mère bien aimée, a... (lire la suite)

  • L’ÉQUIPE DE SECOURS : EN ROUTE POUR L’AVENTURE

    L’arrivée en fanfare en 1992 sur les écrans français des joyeux compères de L’Équipe de secours, cousins lettons des so british Wallace et Gromit, nous avait immédiatement ravis. Leur inventivité, leur poésie burlesque, la finesse de l’animation en volume à l’heure où l’on ne jurait déjà plus que par la modélisation en images de synthèse, tout contribuait à nous les rendre attachants. 20 ans plus tard, la Brigade au complet, Poteriks (Pote), Silinks (Sily) et Bembelates (Bemby), est toujours au ... (lire la suite)

  • LA CRAVATE

    C’est un véritable régal de retrouver sur grand écran les documentaristes en grande forme de La Sociologue et l'ourson. Si ce nouveau documentaire est empreint du même recul sensible et plein d’humour que leur précédent opus, le procédé employé n’est pas tout à fait le même. Ici, point de mise en scène à base d’ours en peluche et de bouts de chiffons, même si la bataille qui va se livrer devant nos yeux s’apparente parfois à une piètre querelle de chiffonniers. La cravate, c’est ce petit acce... (lire la suite)

  • LA LLORONA

    Les films guatémaltèques ne courent pas les salles obscures. Ceux de Jayro Bustamante montent en puissance d’œuvre en œuvre. Mis bout à bout, ils dressent le portrait épique, bariolé et sans concession d’un pays rendu invisible par l’ombre de son imposant voisin mexicain. La voix du cinéaste est une voix salutaire, venue de l’intérieur, comme celle de « la Llorona » du titre, lointaine et familière. La trame naturaliste du sublime Ixcanul ou celle plus classiquement dramatique du perturbant Trem... (lire la suite)

  • LARA JENKINS

    Lara Jenkins nous plonge dans l’univers sans concession de l’excellence, un milieu où la musique n’adoucit guère les mœurs, celui des conservatoires, des concours après lesquels seuls les plus ambitieux surnageront. Dès potron minet, cette journée-là débute d’une drôle de manière pour Lara Jenkins. Sans que rien d’extraordinaire ne semble devoir advenir. Sous l’apparence de la plus banale normalité, tout y sera pourtant, dès les premières minutes, subtilement en décalage, comme si notre anti-hér... (lire la suite)

  • LE PHOTOGRAPHE

    On se souvient avec délices de The Lunchbox, le premier film de Ritesh Batra et on retrouve dans ce nouveau film cette finesse d’esprit, faussement ingénue, qui fait sa signature. On pourrait se croire, de prime abord, dans une charmante bluette indienne digne des grands soaps bollywoodiens. Mais c’est bien sûr un remarquable et amoureux pastiche du style dont s’empare le scénario pour mieux nous entraîner dans l’analyse subtile d’une société indienne en transition, qui ne cesse de s’empêtrer da... (lire la suite)

  • LES SIFFLEURS

    Cinéaste atypique, Corneliu Porumboiu n’a décidément pas fini de nous surprendre, ce coup-ci en se jouant des archétypes des films de genre : noir, western, romance… Tout les ingrédients sont là : vamp irrésistible, truands à la gâchette facile, flics ripoux, courses-poursuites, trafics illicites… un scénario brillamment construit et rythmé. S’il s’éloigne du ton réaliste et dénonciateur de ses précédents films (12h08 à l'est de Bucarest, Le Trésor, Policier adjectif…), le réalisateur ne se dépa... (lire la suite)

  • MARCHE AVEC LES LOUPS

    « Au cours des années passées dans la vallée sauvage au contact de la meute, j’ai pu observer de mes yeux le fonctionnement des grands équilibres primordiaux auxquels sont soumis les animaux sauvages et notamment les grands prédateurs. Il y a urgence à préserver ce monde sauvage dans nos sociétés de plus en plus urbanisées. C’est l’une de mes obsessions. » Jean-Michel Bertrand Ce film raconte le grand mystère de la dispersion des loups. Il raconte comment les jeunes loups quittent le territoi... (lire la suite)

  • MICKEY AND THE BEAR

    Plus encore que l’histoire d’un amour, c’est celle d’une émancipation, une ode à la liberté. The Bear, « L’Ours », c’est cet être bourru et sauvage qui sert à la jeune Mickey de père, du moins quand il n’est pas bourré ou défoncé aux médocs et aux opiacés. Rude prix à payer pour cet écorché vif qui ne cesse de fuir les sourdes séquelles d’un passé cauchemardesque, les atrocités vues ou commises. S’il ne les évoque jamais, elles rôdent sans relâche dans un recoin de sa tête. Hank est un vétéran. ... (lire la suite)

  • NICARAGUA, PATRIA LIBRE PARA VIVIR (l'insurrection des petit-enfants de la Révolution Sandiniste)

    En Avril 2018, une manifestation pacifique au Nicaragua, exigeant du gouvernement le paiement des retraites, s’enflamme et vire en une révolte sociale sans précédent, semblable à celle de 1979, lorsque le Front National de Libération Sandiniste renversa la dictature de Somoza. Aout 2018. Quatre mois ont passé depuis l'insurrection populaire sans précédent qui a tenu la dictature de Daniel Ortega et Rosario Murillo en échec. Les morts se comptent par centaines, tout comme les disparus et les pri... (lire la suite)

  • PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU

    Étonnante Céline Sciamma, toujours là où on ne l’attend pas. Non par plaisir d’étonner la galerie, mais pour le bonheur de renouveler son style, de relever de nouveaux défis tout en creusant un peu plus ses sujets de prédilection. Rendre visibles les invisibles, celles en marge de la société et ici de l’histoire. La réalisatrice s’empare avec brio de la forme classique et la dépoussière, innove, lui rend sa spontanéité. Ce Portrait de la jeune fille en feu (quel titre !) éclaire différemment tou... (lire la suite)

  • REVENIR

    Douze ans… Douze si longues, si courtes années se sont écoulées quand enfin Thomas revient dans la grande ferme familiale où sans doute nul ne l’attendait plus… La bâtisse est bien là, ancrée dans la terre, comme si rien n'avait changé. Étrange sentiment paradoxal, aussi vivifiant qu'étouffant. Cette bouffée d’enfance retrouvée prend immédiatement à la gorge. Le temps a filé trop vite. Le temps de l’innocence puis celui des secrets. Le temps de la révolte puis celui de la fuite. Le temps qui en... (lire la suite)

  • SWALLOW

    Rien de plus anodin qu'une petite bille de verre ; quoi de plus dérisoire qu'une punaise en métal ? Et quoi de plus troublant qu'une bouche entrouverte qui avale l'une et l'autre, dans un geste létal ? Hunter Conrad a tout pour être heureuse : un riche et beau mari, le bien-nommé Richie, héritier de l'empire financier paternel, une grande maison de béton et de verre nichée entre un lac et une forêt profonde, une vie à l'abri des tracas matériels et du temps à ne savoir qu'en faire : l'American ... (lire la suite)

  • SYSTÈME K

    En 2010, on découvrait avec enthousiasme, grâce à un épatant documentaire de Renaud Barret et Florent de La Tullaye, le staff Benda Bilili, une bande de joyeux paralytiques de Kinshasa, musiciens des rues, armés d'instruments home made à partir de trois bouts de ficelle et de trois morceaux de ferraille, qui dégageaient plus d'énergie qu'un Mick Jagger sous speed. Le film Benda Bilili montrait aussi le chaos indescriptible d'une ville tentaculaire où la notion de services publics semblait avoir ... (lire la suite)