UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

JUSQU’AU BOUT DU MONDE

(THE DEAD DON'T HURT) Écrit et réalisé par Viggo MORTENSEN - Canada / Mexique 2024 2h09mn VOSTF - avec Vicky Krieps, Viggo Mortensen, Solly McLeod, Garrett Dilahunt, W. Earl Brown, Danny Huston...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JUSQU’AU BOUT DU MONDEL’amour au premier regard ? Ça y ressemble furieusement, à l’instant où Holger Olsen, le danois, et Vivienne Le Coudy, la québecoise, se repèrent sur un quai de San Francisco. L’aventure se cristallise lorsque la fleuriste abandonne son étal pour suivre le cavalier jusqu’au Nevada. Le couple plante son jardin d’Éden dans un canyon, proche d’une petite ville régentée par le tout puissant Alfred Jeffries. The Dead don’t hurt (« les morts ne blessent pas ») : ce titre insolite désigne la seconde réalisation de Viggo Mortensen. Le film s’annonce comme un western et s’ouvre néanmoins sur une apparition médiévale. Par la suite le bonhomme bouleverse les temporalités, parsème les ellipses et tortille les stéréotypes.

Situé en 1860, Jusqu’au bout du monde (titre français) raconte une conquête de l’ouest, pas une lutte sanguinaire pour un territoire mais la quête d’un bonheur discret. Mortensen tisse une trame élégiaque, fondée sur la complicité : Holger et Vivienne partagent une dignité bien comprise, tannée par les errances et les adversités. Lorsqu’il part rejoindre les armées nordistes contre une prime et parce qu’il sait se battre, elle ne s’y oppose pas. Mais s’il revient, il faudra réapprendre à s’aimer.
Mortensen creuse le sillon de la famille et la filiation amorcé dans Falling (2021), son premier opus, face-à-face entre un fils homosexuel et un père viscéralement homophobe. Une animosité furieuse émerge à nouveau lors de la sidérante mise joue du sinistre Jeffries par Weston, son fiston sociopathe.
Mais c’est bien Vivienne / Vicky Krieps qui polarisent le récit. Taiseuse, parfois rieuse, indépendante mais attentive, la jeune femme n’oblige pas mais ne lâche rien. Elle affronte les obstacles et même le Mal, droit dans les yeux puis assume sans quérir de clémence. Déterminée, imperturbable, Vivienne s’incruste dans un milieu et des usages édictés par les hommes. Le scénariste-réalisateur-interprète s’estompe et donne toute son ampleur à cette figure féminine, sublimée par une partenaire dotée d’une force intérieure déjà palpable dans Phantom thread (2017) de Paul Thomas Anderson et le méconnu Bergman island (2019) de Mia Hansen-Love.
Ceci écrit, ça surine, ça malmène, ça outrage… ça contamine même (quatre films sous la direction de David Cronenberg, maître de l’organique, on n’en sort pas sans séquelles). Viggo Mortensen sacrifie aux codes du genre mais à sa manière et livre la recension d’une vengeance, doublée d’une fable sur le pardon.

Délicat, élégant, dépourvu de condescendance, Jusqu’au bout du monde respire le plaisir et la liberté de filmer, tout au long d’un récit de vie, nourri de connivence, d’intelligence, de réparation. Une vraie, belle, histoire d’amour.

(Michel Flandrin, critique de cinéma, Utopien de la première heure à Avignon…)