MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

PAHOKEE, UNE JEUNESSE AMÉRICAINE

Ivete LUCAS et Patrick BRESNAN - documentaire USA 2019 1h52mn VOSTF - Sélection au Festival Sundance 2019 - Prix du Jury au Champs Elysées Film Festival.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PAHOKEE, UNE JEUNESSE AMÉRICAINEC'est un film lumineux, un film documentaire dont les rebondissements et les péripéties que vivent ses personnages formidablement attachants vous feront probablement vibrer davantage que bien des fictions sans relief. Une chronique qui nous raconte, le temps d'une année scolaire, la vie souvent malmenée, pleine d'espoirs mais aussi de désillusions, de quatre lycéens de Pahokee, en Floride. Nous sommes donc dans la subtropicale Floride, mais bien loin de Miami et de ses villas pour retraités fortunés. Pahokee, modeste bourgade de 6000 habitants, se situe au nord de l'état, au cœur des Everglades du Nord, au milieu des champs de cannes à sucre, de maïs et d'agrumes qui ont fait vivre pendant des décennies les gens du coin. Et la Middle High School de Pahokee est clairement marquée par l'héritage de la ségrégation sociale et raciale puisqu'elle ne compte que 2% de Blancs pour 68% d'Afro-Américains et 29% de Latino-Américains. La grande fierté du lycée, c'est son invincible équipe de football américain, les Blue Devils, synonyme pour bon nombre de jeunes joueurs de possibilité d'accès aux meilleures universités américaines, qui leur seraient sinon probablement fermées.

On va suivre Na'Kerria, qui rêve plus que tout de devenir la Miss du Lycée, un combat qui va la mobiliser une partie de l'année, alors que les ennuis familiaux s'accumulent et qu'elle doit jongler avec un boulot de serveuse en fast food. Il y a aussi Junior, très jeune père d'une adorable petite fille d'un an, batteur de la fanfare du lycée, que le devoir paternel empêche de mener correctement ses études. Et puis Jocabed, une courageuse fille d'immigrés mexicains, qui bosse dur ses cours tout en aidant tant qu'elle peut ses parents qui triment douze heures par jour dans leur magasin de tacos. Et enfin BJ, le co-capitaine des Blue Devils, qui compte bien s'en sortir grâce au football. On va les accompagner jusqu'à la remise des diplômes, porte ouverte vers un avenir radieux ou triste aiguillage vers une voie de garage. Un an de la vie de ces quatre jeunes gens, avec leurs faiblesses, leur incroyable énergie, leur colère parfois face au déterminisme social, leur cœur gros comme ça… et c'est aussi passionnant qu'émouvant.

Si le film est aussi réussi et brille par son authenticité, c'est grâce au travail persévérant du couple de documentaristes, un travail sur la durée qui donne toutes ces lettres de noblesse au documentaire face au simple reportage. Ils ont commencé en 2014 par prendre des photos du bal de promo, constituant un album qui fut distribué à chaque famille. Puis entre 2014 et 2016, ce sont sept courts métrages que le couple a réalisés sur la même communauté. La confiance étant totalement acquise, c'est donc au bout de trois ans qu'ils ont pu s'immiscer dans la vie des lycéens, leur confiant parfois la caméra pour les parties les plus intimes, sans jamais user de l'interview qui crée de la distance entre le filmeur et son sujet. Et quand certains adolescents n'allaient pas bien, comme ce fut le cas pour Na'Kerria, ils se sont autorisé des pauses, permettant aux adolescents de reprendre du poil de la bête loin de l'objectif. Le résultat est magnifique, et on y retrouve tout ce qu'on aime de l'Amérique : une forme de naïveté et d'extravagance (le bal de promo et ses folles tenues sont inoubliables, tout comme la ferveur autour des Blue Devils), et en même temps l'incroyable énergie, l'immense générosité dont font preuve ceux que l'on a longtemps écartés du rêve américain. C'est le film de la génération dont les parents ont cru en Obama mais qui ne perd néanmoins pas espoir.