MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

PORT DU MASQUE :

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans les zones de circulation du cinéma et donc quand vous êtes en mouvement (entrées et sorties, toilettes, hall). Dans la salle et donc pendant la projection, le port du masque demeure RECOMMANDÉ pendant la séance. Ce qui est OBLIGATOIRE par contre, c'est la distanciation (un fauteuil libre de part et d'autre pour vous ou votre famille). Merci de votre compréhension.

BLUE VELVET

Écrit et réalisé par David LYNCH - USA 1986 2h VOSTF - avec Kyle Mac Lachlan, Isabella Rossellini, Dennis Hopper, Laura Dern, Hope Lange, Dean Stockwell...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLUE VELVETLa lumière s'éteint dans la salle, l'écran s'allume d'un rideau de velours bleu ondulant légèrement. La voix lente de Bobby Vinton s'élève sur une mélodie lancinante : « Blue vel-vet… » Premiers frissons. Accrochez-vous. Jusqu'à la fin ce film-là ne vous laissera pas tranquille une seconde. Et encore moins serein… Rassurer ses spectateurs, ce n'est pas vraiment le genre de David Lynch.

Et pourtant, contrairement à plusieurs de ses films, Blue velvet commence dans la plus parfaite normalité. L'air est doux, la joie de vivre déborde de ce quartier tout tranquille d'une petite ville américaine toute ordinaire. Le quotidien y semble banalissime, dénué de toute aspérité, de tout risque, de tout trouble…
Tiens, voilà un jeune homme bien propre sur lui qui se promène sur un gazon tondu de frais. Son sourire est serein, presque communicatif mais soudain il se fige lorsque son regard s'arrête sur… une oreille humaine abandonnée dans l'herbe, dévorée par des fourmis… Le ton est donné : c'est à partir d'un monde d'une normalité aseptisée que Jeffrey va descendre aux Enfers… Bien décidé à mener son enquête sur le pourquoi et le comment de cette oreille mutilée, il va découvrir un univers de vices, de violences, de perversions sexuelles… Et surtout, il apprendra qu'il existe des êtres « qu'aucune loi, aucun interdit, aucune torture n'effraient »…
L'enfer où Jeffrey nous entraîne à sa suite a son diable, comme il se doit : c'est Dennis Hopper. Fascinant, inquiétant, terrifiant, il est Belzébuth en personne. Dément, imprévisible, prenant son énergie dans un masque à oxygène, il se repaît de la peur de ses victimes, pousse les limites du sadisme au-delà de l'imaginable. Mais ce monstre-là a un visage bien humain et cela le rend plus terrible encore.

Porté par d'autres acteurs formidables (Kyle Mac Lachlan, l'alter ego de Lynch, le Dale Cooper de Twin Peaks, et Isabella Rossellini, voluptueuse et possédée), Blue Velvet est un voyage dans les recoins sombres de nos imaginaires, un cauchemar sulfureux et beau à se damner.