MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

Couvre-feu : toutes les séances de 20h30 sont annulées, nous faisons en sorte que les séances de 18h30/45 vous laissent le temps de rentrer chez vous avant les 12 coups du couvre-feu à 21h (modification ou suppression des bandes-annonce, lancement des films sans retard). Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

LA FEMME DES STEPPES, LE FLIC ET L’OEUF

Écrit et réalisé par WANG Quanan - Mongolie/Chine 2020 1h32mn VOSTF - avec Enkhtaivan Dulamjav, Aorigeletu, Bathmunk Norovsambuu, B. Anujin...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA FEMME DES STEPPES, LE FLIC ET L’OEUFQu’un film mongol parvienne sur nos écrans est un phénomène guère moins rare qu’une aurore boréale à Paris (la dernière eut lieu en 1938). On pourrait objecter un peu hâtivement qu’il y a un brin de tricherie, puisque son réalisateur est chinois… Mais ce serait oublier que c’est le deuxième film que Quanan Wang tourne sur les terres de Mongolie, ce coup-ci « non-chinoise » pour échapper aux coupes sombres de la censure qui ont complètement dénaturé son dernier film (Au pays du cerf blanc, inédit en France), alors que son précédent, Le Mariage de Tuya (Ours d’or à Berlin en 2007 et montré chez nous) avait été tourné en Mongolie-Intérieure, chinoise donc. Ici il a troqué son actrice fétiche Yu Nan pour une véritable bergère, qui tient admirablement le rôle-titre, la fameuse « femme des steppes », pour aboutir à cette œuvre atypique qui s’octroie une grande liberté de ton. Ce pur bijou dépouillé est servi par des prises de vue d’une beauté à vriller l’âme (c’est un chef opérateur français, Aymerick Pilarski, qui est aux manettes : comme quoi, la notion de frontières…).

Dans l’immensité des steppes, l’humain n’est qu’un petit point dans une image, subissant les caprices du vent comme un infime grain de sable. Alors tout ici devient un brin dérisoire : la naissance, l’amour, la vie, la mort. D’ailleurs le film commence par la découverte d’un cadavre : celui d’une femme anonyme, aussi nue pour son dernier souffle sur terre qu’elle le fut pour son premier. Découverte qui n’arrange pas la police locale, peu habituée à traiter de telles affaires dans ces contrées désertiques. Avec la plus faible densité de population au monde (2 hab./km2), les occasions de se disputer entre voisins sont rarissimes et les homicides le sont d’autant plus ! L’affaire est donc bien gênante et les flics dépêchés sur place n’ont pas trop l’air de savoir comment s’y prendre. L’un semble se souvenir vaguement qu’il faut éviter de trop piétiner une scène de crime, tandis qu’un autre se propose de recouvrir le corps d’une couverture. En bout de ligne, ils auront tôt fait d’abandonner le plus jeune poulet de la bande, à peine sorti de l’œuf, en lui confiant la mission de veiller seul la morte jusqu’au lendemain matin. Drôle de bizutage pour celui qui n’a pas de vie de famille et doit donc être corvéable à merci. Mais quelques mètres plus loin, sans doute pris d’un peu de remords de laisser la nouvelle recrue, timide et désarmée, sans vivres, ni couverture dans une nuit qui promet d’être glaciale, le chef de brigade va réquisitionner la seule présence humaine à des kilomètres à la ronde : il charge une bergère de veiller sur le policier. Voilà donc les rôles curieusement inversés… Et vous l’aurez noté : il ne manque plus que l’apparition d’un œuf pour que l’énigme du titre soit résolue…

Ce qui est magnifique dans le film, outre ses paysages infinis somptueusement photographiés, c’est la place surprenante que prend chaque personnage. Tous les clichés sont envoyés aux orties. Ici la femme n’est pas une petite chose fragile et soumise, elle n’a pas froid aux yeux, elle fait des choix radicaux, pleinement assumés et les hommes ne peuvent que suivre, pleins de respect. Nul besoin de longues répliques explicatives pour nous captiver, ni de voix off pour tout décrypter, il suffit d’observer, d’écouter les murmures de dame nature, de deviner l’invisible. Et la caméra nous en offre le loisir, elle réussit à capturer le temps qui s’étire et nous plonge dans une forme de contemplation jubilatoire pour qui accepte de se laisser transporter.