MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

Couvre-feu : toutes les séances de 20h30 sont annulées, nous faisons en sorte que les séances de 18h30/45 vous laissent le temps de rentrer chez vous avant les 12 coups du couvre-feu à 21h (modification ou suppression des bandes-annonce, lancement des films sans retard). Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

TENET

Écrit et réalisé par Christopher NOLAN - USA 2020 2h30mn VOSTF - Avec Kenneth Branagh, John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TENETChristopher Nolan, le Britannique qui brille à Hollywood, maîtrise l’art du « concept », au sens où les publicitaires l’emploient : une idée attractive qui résume et commande tout le film. Bref, un principe, soit, au passage, la traduction même de « tenet ». Ce fut la perte de la mémoire immédiate dans Memento (2000) ou l’absence de nuit dans Insomnia (2002). Plus tard, la manipulation des rêves dans Inception (2010) et enfin, les trois unités de temps (une semaine, un jour, une heure) parallèles de Dunkerque (2017).

Cette fois, l’inversion du temps est le principe. Selon une logique délibérément nébuleuse, les dégâts de la future guerre se laissent deviner dans le présent : l’effet précède la cause, comme si nous étions attaqués par le futur. La bataille que tente de livrer le jeune agent élu se joue ainsi dans des strates temporelles ciblées, où il s’agit de prévenir cette catastrophe qui n’a même pas encore eu lieu. Pour compliquer encore le jeu, des êtres ou des objets peuvent être inversés dans un environnement qui ne l’est pas : deux directions du temps s’entremêlent alors. Ce qui permet des scènes d’action époustouflantes, où Christopher Nolan, tel un DJ virtuose, les doigts sur ses platines, alterne ou mixe marches avant et arrière dans la même image. L’artillerie déployée (y compris un avion de ligne envoyé dans le décor) y gagne un éclat qui manquait aux lourdes manœuvres d’Inception.
Rapportée à la psychologie et aux personnages, l’expérience offre une savoureuse dramaturgie, dominée par Kenneth Branagh en ignoble Russe milliardaire et trafiquant d’armes nucléaires. De ce parrain diabolique dépend le sort de l’humanité. Et l’humeur de l’homme dépend, elle, de ses relations, devenues exécrables, avec son épouse – l’extraordinaire et opaque Elizabeth Debicki, révélée par Les Veuves, de Steve McQueen, en 2018. Il lui reproche, entre autres, de vouloir ignorer la réalité glauque et violente cachée derrière leur fastueux train de vie. Et l’opposition entre ces deux univers se reflète dans la dualité du film, passant sans cesse d’une pyrotechnie à grande échelle à la suavité de lieux protégés et paradisiaques, yachts ou palaces.

Dans presque toute son œuvre, Christopher Nolan s’amuse à compresser puis dilater l’espace et le temps, à jongler entre l’infime et le cosmique. Son adresse culmine avec le dernier mouvement de Tenet, où le destin de la planète est suspendu, seconde par seconde, à une conversation conjugale faussée. Car l’épouse, débarquée d’un avenir proche, possède désormais une longueur d’avance sur son mari… Le suspense, ludique en apparence, suggère finalement une lecture terrifiante du monde : chaque moment de calme, chaque période de paix et de prospérité ne tiendraient qu’à un carnage ou un cataclysme évités d’extrême justesse, dans l’ignorance du plus grand nombre. Un tel soupçon ne peut laisser indifférent aujourd’hui.

Louis Guichard – Télérama