MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

ADIEU PARIS

Edouard BAER - France 2021 1h36mn - avec Benoît Poelvoorde, François Damiens, Pierre Arditi, Jean-François Stévenin, Daniel Prévost, Jackie Berroyer, Bernard Murat, Isabelle Nanty... Scénario d’Edouard Baer et Marcia Romano.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ADIEU PARISAdieu Paris c'est un repas de retrouvailles. Un repas assez particulier puisque, selon un étrange rituel, il réunit chaque année huit vieux amis, tous des figures de la vie nocturne, afin de reconduire la rente d’un homme récompensé pour un seul mérite : n’avoir strictement rien fait dans l’année écoulée. Un repas auquel est convié chaque année un invité extérieur trié sur le volet. C’est justement ce chanceux, un acteur belge tonitruant répondant au prénom de Benoît (inutile de vous le présenter davantage), qui parcourt guilleret les rues de Paris en direction du restaurant, en compagnie de sa douce (Isabelle Nanty), laquelle, malgré son insistance, ne pourra pas assister au déjeuner, la présence des conjointes étant strictement prohibée. Mais là où ça va très vite se corser, c’est que l’invité de l’année n’est plus franchement le bienvenu suite à un malentendu…

Parmi les nombreux aspects jubilatoires de ce huis-clos culinaire et drôlatique – qui n’est pas sans rappeler Le Goût des autres d’Agnès Jaoui avec le regretté Bacri –, il y a ce sens aigu du contrepied, du contre courant que cultive admirablement Edouard Baer. Alors que le jeunisme semble devenir une idéologie dominante, alors que les mecs, surtout en bande, en prennent – souvent à juste titre – pour leur grade, alors que Paris, notamment depuis la crise du COVID, fait nettement moins rêver, voici un film qui met en scène des hommes blancs aisés de plus de 50 ans, réunis dans une brasserie ô combien parisienne, la célèbre Closerie des Lilas, qui fit les grandes heures du Montparnasse littéraire. Alors oui, tous ces mâles plus très frais se réunissant autour de poireaux vinaigrette et de pot au feu ont un certain goût suranné, et Edouard Baer ne se prive pas de montrer le pathétique de leur arrogance. Les mâles en question sont incarnés par Pierre Arditi en chef de meute hâbleur jusqu’au ridicule, par ailleurs obsédé par Hitler, Jackie Berroyer parfait en clown triste semi mutique, Daniel Prévost en méchant caustique, Bernard Murat (surtout connu comme homme de théâtre) génial en cocaïnomane invétéré, et Bernard Lecoq en dragueur de serveuses risible. Avec, dans le rôle de l’invité indésirable, un Poelvoorde génial dans le surjeu du gars un peu trop sociable. Et derrière le bar, le regretté Jean-François Stévenin. Plus quelques apparitions dont on vous laisse la surprise. Autant dire que, vu l’incroyable distribution et les dialogues qu’Edouard Baer et sa complice Marcia Romeno ont ciselé pour elle, on oublie vite ses préjugés sur ces vieux gars un peu machos et trop sûrs d’eux. Et peu à peu s’installent une vraie profondeur, une mélancolie qui est aussi la marque de fabrique de Baer : derrière la brillante cruauté des échanges se révèle la détresse face au temps qui inexorablement fait son œuvre et n’épargne pas ces hommes qui ont chanté tout l’été et se retrouvent fort dépourvus aujourd’hui que l’âge est venu…