MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LES DÉMONS D’ARGILE

Nuno BEATO - film d'animation Portugal 2021 1h23mn VF - Scénario de Possidónio Cachapa. Pour les enfants à partir de 8 ans. Musique composée par le groupe d’influence jazz Gaiteiros de Lisboa.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES DÉMONS D’ARGILEQuel enchantement que ce premier film d’animation de Nuno Beato, concepteur et auteur, qui utilise de façon remarquable et fluide plusieurs techniques d’animation qui s’entremêlent : petits et grands, courez-y, ce film va faire parler de lui !!!
Dans le jargon du cinéma d’animation, il est ici question d’images 3D (à la beauté lisse et efficace, créées et animées par ordinateur) et de stop motion – dite aussi « animation image par image », évidemment moins technologique, plus artisanale, plus imparfaite, mais tellement plus poétique. Ces deux techniques sont intelligemment convoquées par Nuno Beato pour matérialiser le grand écart entre l’enfance perdue de son héroïne, ses aspirations et la façon dont ses rêves de petite fille ont été passés à la moulinette de la grande ville. En contrepoint, sans angélisme, la campagne porte des valeurs solides que toute la perfection de l’imagerie virtuelle ne saura jamais raconter… Bienvenue à bord pour un voyage d’une grande beauté !

Rosa, jeune working-girl disciplinée et performante, est l’un des éléments les plus prometteurs de son entreprise. Dans cette ville moderne, elle se donne peu de place pour elle et n’a guère de temps à accorder aux autres. Boulot qui finit tard, trop tard, la salle de sport, le dance floor défoulatoire avec le collègue Joâo qui essaie désespérément d’attirer son attention, son chat et sa plante pour seuls êtres chers vivants. L’annonce brutale de la mort de son grand-père Marcelino, sa seule famille, qu’elle n’avait pourtant plus vu depuis longtemps, est un électrochoc. Ni une ni deux, elle rentre chez elle, fourre son sac, son chat dans sa petite voiture rose et file rejoindre la propriété dont elle vient d’hériter pour la mettre en vente. Mais les affaires vont prendre une autre tournure…
Magie et enthousiasme de la scène d’arrivée dans cette région aride où Rosa sort de la voiture pour retrouver la maison de son enfance : le film réveille cette sensation de pieds nus sur de la terre mouillée, tout à fait bouleversante. Le paysage se révèle, comme une peau d’orange qu’on enlève, comme la poussière que l’on souffle sur des objets qui deviennent brillants et magnifiques quand ils se découvrent. On passe d’une image froide d’ordinateur aux chaudes couleurs des grands espaces et de l’argile. Ce village imaginaire de Vale do Sarronco, peuplé d’humains, d’animaux et d’êtres fantastiques, est inspiré par l’univers unique de la céramiste Rosa Ramalho.
Rapidement, Rosa va se confronter aux éléments et se reconnecter avec la nature, avec l’humain à travers toute cette petite communauté qui vit là et, ressac de lointaines querelles de voisinages, n’aimait pas trop son aïeul. Elle retrouve aussi les statuettes en terre que fabriquait Marcelino : les démons d’argile. Alors ses souvenirs d’enfance et les séquelles de la vie passée du grand-père assaillent la jeune femme dans d’étranges rêves où les figurines inanimées prennent vie. Ce sont elles qui vont la guider, pour la réconcillier avec son passé, mais aussi avec le village – et peut-être, telle une Manon des sources moderne, rendre aux habitants l’eau des sources qui se sont taries. Et pour cela, l’aide de Chico, son petit voisin de 6 ans, ne sera pas de trop…

Les Démons d’argile est une tendre œuvre d’animation qui aborde avec délicatesse cette question de la capacité des personnes à guérir leurs blessures, à retisser du lien, reconnecter d’où on vient et, à s’en affranchir pour se retrouver, gagner de la paix et de la liberté.