LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

CRIA CUERVOS

Écrit et réalisé par Carlos SAURA - Espagne 1976 1h49mn VOSTF - avec Géraldine Chaplin, Ana Torrent, Concheta Perez... LE PLUS BEAU FILM DE CARLOS SAURA, QUASI-MYTHIQUE, EN COPIE NEUVE !.

Du 05/02/24 au 05/03/24 à Tournefeuille

CRIA CUERVOSAna a huit ans, une soeur aînée, une soeur plus jeune. Leur mère est morte. Au début de l’action, son père, officier, ancien des légions franquistes, meurt en pleine action, alors qu’il est au lit avec sa maîtresse…
Une tante vient s’occuper des fillettes, et aussi de la grand-mère paralysée. Une servante, presque aussi dévouée que bavarde, l’aide dans ses tâches.
Ana sourit rarement, même quand elle joue avec ses soeurs. En fait Ana a une autre vie, une vie à côté, celle des souvenirs, les vrais et ceux qu’elle s’invente, qui tournent tous autour de sa mère, mère adorée par elle, et bafouée par son père.
Ana pense aussi avoir, grâce à une poudre mystérieuse, pouvoir de vie ou de mort sur ceux qui l’entourent. Pouvoir qu’elle n’hésite pas à exercer, mais qui se révèlera illusoire à ses propres yeux…
Sur Cria cuervos plane l’ombre de la mort et pourtant le film dégage un charme envoûtant, une grâce radieuse. Sans doute dûs à la présence extraordinaire d’Ana (jouée par Ana Torrent, gamine incroyable de présence et de profondeur) : silhouette fragile, petit visage immobile où vivent, presque fixes, deux grands yeux sombres. Ana est une ombre menue qui glisse, insomniaque, toujours présente, de nuit, de jour, qui observe, enregistre, et parfois agit.
C’est tout le malheur de l’enfance étouffée, saccagée. Simplement parce que les adultes sont durs, fermés, médiocres. Parce que rien ou presque ne peut s’accorder avec sa sensibilité.

Ce film grave et lumineux impose son climat plus que troublant à travers les gestes les plus quotidiens que viennent envahir rêveries et cauchemars.
Et puis, aux atouts de Cria cuervos, il faut ajouter la chanson qui le rythme, Porque te vas, rengaine imparable (chantée par une certaine Janet acidulée, évanouie depuis) qui vous trotte dans la tête, que vous fredonnez malgré vous et qui vous ramène du même coup le film à l’esprit…

Cet évènement prend place dans le cycle scientifique et mémoriel lié à l’exposition Anatomie du franquisme qui se tient au MDR&D du 4 avril à fin septembre 2024. Il aborde les piliers sur lesquels s’érige la dictature franquiste lui permettant de demeurer en place pendant presque 40 ans, entre 1939 et 1975. Ce cycle est composé d’une série de projections et de rencontres faisant intervenir les spécialistes de l’histoire de cette dictature. Issu d’une guerre civile et d’une fracture sociale et politique provoquée par l’usage planifié de la force, par le contrôle idéologique, social et éducatif, ce régime caméléon a su se réinventer pour s’adapter aux profondes transformations socio-économiques et politiques de la société espagnole de la deuxième moitié du XXe siècle, tout en préservant ses principes intacts jusqu’à la disparition du Generalísimo Franco en 1975.

Dans ce 85e anniversaire de la Retirada, il est important de rappeler la valeur des actions de la ville de Toulouse, où dès le début de février 1939 se sont organisées les premières réunions pour accueillir la foule de réfugiés qui traversaient les Pyrénées. Des professeurs de l’Université de Toulouse et du Lycée Fermat ont demandé à la Mairie des bâtiments pour les loger autant que possible. L’ancienne caserne des sapeurs-pompiers au quartier de Saint-Georges a été réhabilitée ainsi qu’une résidence près du port Saint-Sauveur, sur le Canal de Midi, pour y héberger des professeurs et des intellectuel·les qui arrivaient à Toulouse, par la plupart de l’Université de Barcelone. Nous continuerons à vous raconter la suite avec Federica Montseny, l’indomptable prochainement programmée ainsi que Le labyrinthe de Pan et La mala educación…

Séances scolaires au cinéma sur le sujet à la demande (au 05 34 51 48 38 ou à scolaires.tournefeuille@cinemas-utopia.org).