Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
 Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les spectateurs malentendantsLes séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéci...

FERMERTURE DU CINÉMA POUR TRAVAUX
ATTENTION !LE CINÉMA SERA FERMÉ MERCREDI 26, JEUDI 27 et VENDREDI 28 JUILLETPour cause de travaux de câblage, et d’adaptation du système de sécurité incendie.REPRISE DES SÉANCES SAMEDI 29 JUILLET à 14h30... Lire FERMERTURE DU CINÉMA POUR TRAVAUX...

SOUTENEZ LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE DE GIRONDE
CONFÉDÉRATION PAYSANNE DE GIRONDE Depuis trente ans, La Confédération paysanne est engagée dans la défense des paysannes et des paysans et avec ses associations de développement, elle accompagne le monde agricole vers l’agriculture paysanne. Elle s’est engagée contre les OGM, et se bat pour une ...

LES 4 SAISONS D’ESPIGOULE sur Vidéo En Poche !
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la ...

STOP LINKY…
Un petit retour sur la manifestation du Samedi 10 Juin après-midi à Bordeaux. Il faisait une chaleur à sucer des glaçons ! 32°, 34° au moins ! Ouf ! Mais qu’importe, nous avons tenu bon jusqu’au bout, épuisés, trempés comme des soupes, mais debout ! Nous n’étions pas des mille et des cents mais ...

IMPITOYABLE

(UNFORGIVEN) Clint EASTWOOD - USA 1992 2h10mn VOSTF - avec Clint Eastwood, Gene Hackman, Morgan Freeman, Frances Fisher, Anna Thomson, Richard Harris... Scénario de David Webb Peoples.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

IMPITOYABLELe western est mort ? Clint Eastwood le ressuscite et signe son chef d’œuvre, en même temps que l’un des plus beaux fleurons de l’histoire – et dieu sait si elle est riche – du genre. Un film grandiose, un film somme, qui célèbre la légende de l’Ouest tout en la démontant sans pitié, une ballade funèbre et épique à la fois, d’une mélancolie sublime. Ne manquez pas cette réédition, la première depuis sa sortie en 1992.

Kansas, 1880. A l’Ouest, il n’y a plus rien à conquérir depuis longtemps. Juste quelques arpents à partager, des bordels à gérer, de menues querelles à arbitrer. Dans la minable bourgade de Big Whiskey, c’est ce que fait, à sa manière – rude –, Little Bill Dagget (Gene Hackman, génial). Parce qu’il était autrefois le plus méchant et qu’il a survécu à toutes les tueries du bon vieux temps, Little Bill Dagget est devenu shérif.
Loin de là, William Munny (Clint Eastwood, au sommet de son charisme mutique), autrefois redoutable tueur, s’est lui aussi rangé des diligences. Devant sa misérable ferme, sous l’arbre où repose sa femme, Munny rumine la promesse qu’il lui a faite de préserver ses enfants de la violence. Mais à Big Whiskey, les filles du bordel se sont cotisées pour offrir une prime à qui vengera l’une des leurs, salement amochée par un vaurien. Et voilà Munny reparti, pour une dernière poignée de dollars, flanqué d’un blanc-bec myope et d’un vieux Noir pacifique. Il va tuer de nouveau, même si c’est pour une bonne cause, dépassé par son destin, marqué par la fatalité d’une nation qui a conquis son territoire par la violence. Mais conscient, lui, de cette tache originelle.
Et en même temps qu’Eastwood traque les failles et les mensonges de la légende, il filme les grands espaces, les chevauchées ou les feux de camp avec le lyrisme d’un John Ford, d’un Anthony Mann ou d’un Delmer Daves. C’était si beau l’Amérique…

(en partie d’après V. Remy, Télérama)