MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

Soutenez Utopia Palmer

SATYAJIT RAY le poète Bengali

Du 25/01/23 au 21/02/23

« Ne jamais avoir vu le cinéma de Ray, c’est comme vivre sur cette planète sans voir le soleil, ou la lune. » 
Akira Kurosawa

Satyajit Ray est de ces cinéastes qui semblent devoir représenter à eux seuls un pays, voire une civilisation. Trop superficiellement divinisé par des oeuvres exceptionnelles correspondant à ce que l'on attendait de lui, Satyajit Ray n'a pourtant jamais cessé de se chercher et d'approfondir son art.
Les Acacias
RÉÉDITION EN VERSIONS RESTAURÉES


  • LE HÉROS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Arindam, star du cinéma bengali, doit se résoudre à prendre le train de Calcutta jusqu’à New-Delhi afin de recevoir un prix. Toute une foule de personnages gravitent autour de lui mais c’est une journaliste, Aditi, qui retient son attention. Lucide et critique sur sa fonction de star, elle l’interroge et l’oblige à se remettre en question. A travers le lien qui se tisse entre eux, le héros revoit sa vie de comédien, ses moments forts et ses moments de crise, de nouveau en proie au doute. Par sa... (lire la suite)


  • LE LÂCHE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Comme il se rend à Hashimara pour préparer un film, Amitabha tombe en panne dans une petite ville. Recueilli pour la nuit par le propriétaire d’une plantation de thé, il reconnaît en son épouse une femme qu’il avait aimée puis abandonnée et qui vit, aujourd’hui, insatisfaite de son mariage. Amitabha propose à la jeune femme de partir avec lui… « Le Lâche est une tentative d’histoire d’amour triangulaire, directe et moderne, quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. » Amitabha n’écr... (lire la suite)


  • CHARULATA

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Charulata est une femme d’intérieur. Non pas qu’elle s’épuise à des tâches ménagères, ses journées dans sa villa patricienne à Calcutta étant plutôt désœuvrées… Non, Charulata est une femme de l’intérieur : recluse dans la maison attenante à l’imprimerie où son époux édite un journal d’opinion, elle vit à l’intérieur d’elle-même. Dans les livres, ceux qu’elle lit puis ceux qu’elle écrit, dans l’amour secret qu’elle éprouve pour Amal, le beau-frère bohème qui arrive comme une bourrasque dans sa v... (lire la suite)


  • LA GRANDE VILLE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Subrata Mazumdar, modeste employé de banque à Calcutta, a du mal à subvenir aux besoins de sa famille. Enfreignant les traditions, sa femme Arati se décide à chercher du travail et devient représentante en porte à porte. Son mari accepte mal cette situation mais suite à un krach, il est licencié et le travail de sa femme devient d'autant plus nécessaire. C'est alors qu'une collègue anglaise d'Arati est victime d'une injustice de leur patron. Le premier film de Ray entièrement consacré à sa vi... (lire la suite)


  • LE SALON DE MUSIQUE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Il y a dans Le Salon de musique un peu de l'histoire de Satyajit Ray lui-même, fils d'une grande famille aristocratique du Bengale, dont le grand-père était ruiné comme l'est Roy, le maharaja du film. « Quel jour sommes-nous ? Quelle saison ? » demande celui-ci à son unique serviteur, qui lui apporte son hookah (son narguilé) sur la terrasse déserte de son palais délabré… Dernier d'une illustre lignée de grands propriétaires, Roy est vieux, seul, hors du temps, indifférent. C'est la musique q... (lire la suite)