UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

2 SUSPENSES HITCHCOCKIENS

Également au programme - REBECCA

LES ENCHAINÉS

(NOTORIOUS) Alfred HITCHCOCK - USA 1946 1h41mn VOSTF - avec Ingrid Bergman, Cary Grant, Claude Rains, Louis Calhern, Leopoldine Konstantin... Scénario de Ben Hecht, d’après un sujet d’Alfred Hitchcock.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES ENCHAINÉSNotorious se traduit par « tristement célèbre », on pourrait dire aussi « marqués ». Les personnages de Notorious sont marqués par leur passé comme le suggère peut-être le titre français. Comme le dit Jacques Lourcelles, le génie d’Hitchcock consiste à enchâsser une histoire d’amour intime et secrète dans une aventure d’espionnage palpitante et spectaculaire qui, loin de la priver de son sens, la rend au contraire plus intense, plus accessible, et donc en quelque sorte plus universelle.
Le 24 avril 1946, à 15h20, Huberman, espion nazi, est condamné par un tribunal américain. Sa fille, Alicia (Bergman), continue à mener une vie dépravée de poule de luxe. Lorsqu'un agent du gouvernement, Devlin (Grant), lui propose de réhabiliter son nom en travaillant pour les USA, elle accepte. Ils partent donc pour Rio. Devlin lui fait la cour, elle tombe amoureuse de lui et, vainement, essaie de lui faire comprendre qu'elle a changé. Il l'aime, lui aussi, mais voudrait ne pas avoir à la mépriser. Il la met au courant de sa mission : séduire un ancien ami de son père, Sébastian (Claude Rains), et pénétrer dans sa demeure, véritable nid d'espions nazis. Il espère secrètement qu'elle refusera de jouer les « Mata-Hari ». Mais Alicia accepte, attendant pour sa part que Devlin l'empêche d'accomplir cette odieuse mission…

Comme dans Rebecca, l’héroïne est encore une amoureuse qui se sent indigne de celui qu’elle aime. Héros romantiques frustrés, Alicia et Devlin ne vont cesser tout au long de l’intrigue de se mettre à l’épreuve, prouvant en cela leur manque de confiance en eux-mêmes, dans leur partenaire et dans leur amour. Ce jeu extrêmement cruel pour eux (qui sont seuls à le comprendre) s’insère dans le (double) jeu que mène l’héroïne au milieu des nazis…