LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Que devient PCA, Paysans et Consommateurs Associés? Les distributions continuent au cinéma chaque mercredi en fin d'après-midi. pca.nursit.com
Depuis que nous avons fermé le ciné, vous êtes un certain nombre à nous demander ce que devient PCA, notre Amap un peu particulière qui tient ses quartiers à Utopia depuis une bonne quinzaine d’années. Allions nous arrêter ou continuer ? En accord avec les producteurs et consommateurs, no...

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

L’HOMME DU SUD

(The Southerner) Jean RENOIR - USA 1945 1h32mn VOSTF - avec Zachary Scott, Betty Field, J. Carrol Naish, Beulah Bondi... Scénario de Hugo Butler et Jean Renoir, d'après le roman de George Sessions Perry.

Du 19/03/20 au 31/03/20

L’HOMME DU SUDAprès le désastre commercial de La Règle du jeu (1939) et l'installation du régime de Vichy, les années 1940 furent pour le grand Jean Renoir celles d'un exil provisoire aux États-Unis. Il y tournera six films dont le meilleur est sans doute L'Homme du Sud. Adapté, avec le concours de William Faulkner (non crédité au générique), d’un petit classique du roman rural jamais traduit en France, le film, non content de s’inscrire dans le décor du vieux Sud, reprend à son compte un thème typiquement américain : celui de la « poursuite du bonheur », qu’il partage avec les grands films de John Ford ou de Frank Capra.

Sam Tucker, travailleur saisonnier dans les plantations de coton au Texas, décide de s’installer à son compte sur une métairie en friche. Il y déménage toute sa petite famille : sa femme Nona, ses deux enfants, ainsi qu’une vieille aïeule acariâtre. Sur place, ils ne trouvent pour demeure qu’une masure délabrée agonisant au milieu des champs. Les déconvenues ne tardent pas à s’accumuler : l’hiver qui s’annonce rigoureux, le gibier rare (Sam en est réduit à chasser l’opossum) et le voisin le plus proche trop avare pour leur prêter main-forte… Mais rien n’entame l’aspiration de Sam et des siens à la liberté…

L’Homme du Sud vaut d’abord pour sa dramaturgie simple et relâchée, rythmée seulement par la succession des saisons et les grands cycles de la nature… Le film se déploie avec une profonde sérénité, au gré d’épisodes restituant posément les travaux et les jours de ces cultivateurs novices, ne faisant rien de moins que l’apprentissage d’un rapport au monde… Le film est un magnifique poème à la terre, suscitant chez ceux qui la cultivent un attachement viscéral, une passion de l’être intégralement requis par les éléments.

(M. Macheret, Le Monde)