MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

Avant-première exceptionnelle le jeudi 3 février à 20h30 à Utopia Saint-Ouen suivie d'une rencontre avec la réalisatrice et comédienne de théâtre et de cinéma Maria de Medeiros ( entre autres dans Pulp Fiction de Quentin Tarantino ou The Saddest Music in the World de Guy Maddin )

À NOS ENFANTS

(Aos nossos filhos) Maria DE MEDEIROS - Brésil / France 2020 1h47mn VOSTF - avec Marieta Severo, José de Abreu, Laura Castro... Scénario de Maria de Medeiros et Laura Castro.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

À NOS ENFANTSElles sont mère et fille et pourtant un gouffre les sépare.
Véra, la mère, ardente défenseuse des droits et des libertés et résistante contre la dictature militaire brésilienne, est passée dans sa jeunesse par la prison, la torture puis l’exil. Vera est une femme tolérante qui croit aux vertus du dialogue, aux acquis de la démocratie. Elle reste aujourd’hui ardemment attentive au monde et engagée dans les causes humanistes. Forte de son passé politique, elle dirige aujourd’hui un orphelinat qui accueille des enfants séropositifs.
Tânia, sa fille, est mariée depuis 15 ans à une autre femme, Vanessa. Mais curieusement Tânia présente des aspects beaucoup plus conservateurs. Jeune fille gâtée, elle forme avec sa compagne un couple qu’on pourrait qualifier de privilégié. Elle reste centrée sur des luttes beaucoup plus personnelles, par exemple celle pour ses droits de femme homosexuelle à la procréation médicalement assistée.

Pour Véra, qui toujours tente de dialoguer et de comprendre, cette annonce est à la limite de son entendement. Sans doute aurait-elle préféré que Tânia et son épouse adoptent un orphelin de son centre… Même si elle ne se formalise pas franchement, c’est pour elle un paradoxe que d’envisager l’enfantement de cette manière. Surtout dans un pays où il y a un si fort taux d’enfants abandonnés. Surtout quand soi-même on a perdu, dans ces circonstances obscures, un enfant dans les geôles et qu’il a bien fallu continuer à vivre sans savoir s’il a complètement disparu ou s’il a vécu mais dans d’autres bras.
Le désir et la difficulté de la fille d’avoir son propre enfant rappelle à Véra ses souvenirs les plus douloureux. On comprend alors au travers de flash-back l’horreur et le déchirement vécus sous la dictature. Une douleur difficile à partager avec sa fille dont les préoccupations semblent en total décalage. Et qui n’en finit pas d’éloigner les deux femmes.

À nos enfants est un film qui nous questionne, nous dérange, notamment autour des enjeux collectifs ou individuels. Coécrit avec Laura Castro (Tânia dans le film), il est tendre, dur et parfois drôle aussi. Articulé autour de la maternité, la filiation, les origines, le film ne prend pas parti et laisse le spectateur se faire sa propre opinion sur l’homoparentalité mais aussi beaucoup plus largement sur la question de la transmission des valeurs que l’on porte et qui sont goulûment avalées par nos modes de vies, notre environnement et notre propre réalité.
Maria de Medeiros filme le Rio d’une classe moyenne qui lutte pour survivre. Ce n’est ni le Rio idyllique des cartes postale ni celui des favelas et de la violence extrême. C’est le Rio de ceux qui essaient juste d’avoir une vie démocratique et civilisée dans un moment où la société brésilienne connaît des temps obscurs...