LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

DOMINGO

Clara LINHART et Fellipe BARBOSA - Brésil 2018 1h35mn VOSTF - avec Itala Nandi, Camila Morgado, Augusto Madeira, Martha Nowill... Scénario de Lucas Paraizo.

Du 09/11/18 au 20/11/18

DOMINGOJanvier 2003… Sous un ciel ensoleillé, le cœur du Brésil palpite. Pour l’aristocratie brésilienne chaque jour semble un dimanche (domingo), alors que le petit peuple guette impatiemment les siens, surtout s’ils sont synonymes de vote, d’élections, de changement.
Les uns tremblent ouvertement, les autres espèrent secrètement, tous retiennent leur souffle tandis que montent sur les ondes les discours de Lula, dont c’est l’investiture. Chacun se croit à la veille d’un grand chambardement et les réjouissances qui s’annoncent dans la maison de campagne de cette grande famille de propriétaires terriens flairent bon la décadence.

Ici, au sud du pays, les domestiques s’affairent sans broncher, avec la sensation de faire presque partie de la famille depuis des générations… Mais c’est un « presque » indélébile, une illusion censée les rendre plus corvéables et dociles.
Au dehors les mômes chahutent, plongent dans la rivière. Les adultes s’enivrent, se cherchent, se trouvent, lourds de leurs désirs inavoués, de leurs rancœurs inassouvies, abêtis par le désœuvrement. Chacun-e cherchant à tromper son ennui entre deux portes, quand il ou elle se croit loin des yeux, oubliant que les murs ont trop souvent des oreilles. Ces semi-riches là semblent en pleine déconfiture et malgré leurs airs dominants, tous transpirent la beaufitude. Pour oublier qu’ils n’ont rien à se dire, ils meublent le silence, langues de vipères perfides, redoublant d’activité dès l’arrivée de Laura, la matriarche, qui tient les cordons de la bourse et ne cessera de le faire sentir. Drapée dans ces certitudes, le verbe cinglant, elle crible de conseil ses cibles d’un instant, ses fils, ses brus. Les femmes craquent tour à tour, les hommes après deux coups d’esbroufe se réfugient dans leurs jupes, forts en gueule, en muscles, définitivement lâches…

C’est ainsi que se prépare l’anniversaire de Valentina, 15 ans déjà, soudain obligée d’incarcérer son corps dans la robe immaculée, brodée de perles, que sa grand-mère lui a apportée. Et alors qu’on immole un mouton pour l’occasion, le charme discret de la bourgeoisie progressivement s’émousse et on sent bien que le méchoui aura un arrière-goût sulfureux. Domingo ressemble dès lors au prolongement coloré de L'Ange exterminateur rêvé par Buñuel, un huis-clos en plein air qui dépeint une société anxiogène, frisant l’hystérie, schizophrénique à force de clivages sociaux dont plus personne ne parvient à s’extirper. Récit délicieusement subversif, plein de truculence, qui n’a pas fini de dévoiler ses secrets dessous.