LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

LE DICTATEUR

(THE GREAT DICTATOR) Écrit et réalisé par Charlie CHAPLIN - USA 1940 2h05mn VOSTF - avec Charlie Chaplin, Paulette Goddard, Jack Oakie, Henry Daniell, Reginald Gardiner... Pour les enfants à partir de 10 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE DICTATEURN’ayons pas peur de la paraphrase et clamons-le bien haut : Quoi de neuf ? Chaplin. Et tout particulièrement Le Dictateur, car s’il est un film qui reste d’une brûlante actualité, qui procure toujours plaisir, émotion et réflexion, c’est bien celui-ci. Soixante dix ans après, l’audace du film est toujours stupéfiante : il faut toujours garder à l’esprit que c’est en pleine période du nazisme triomphant que Le Dictateur a été imaginé et réalisé. Et quand on voit avec quelle férocité, avec quelle verve Chaplin rentre dans le lard de Hitler (caricaturé de manière transparente dans le personnage de Hynkel), de Mussolini (alias Napaloni), et à travers eux de tous les tyrans passés, présents et à venir, on en reste baba d’admiration, et de gratitude. Le Dictateur est un acte de résistance d’un courage étonnant, un grand cri d’amour pour l’humanité et la démocratie, en même temps qu’une formidable comédie, qui frappe aujourd’hui encore par sa drôlerie et son invention.

Au cours de la Première Guerre mondiale, un soldat maladroit sauve la vie du valeureux pilote de chasse Schultz. Après quelques années passées à l’hôpital, ce soldat, devenu amnésique, reprend son métier de barbier dans sa boutique, qui a été incluse dans un ghetto juif. Le dictateur de Tomanie, Adenoïd Hynkel, qui ressemble physiquement trait pour trait au barbier, institue une discrimination contre les Juifs. Or le barbier est lui-même juif. Très vite le barbier a maille à partir avec les sbires du dictateur. Une jolie voisine, Hannah, le tire d’affaire. Puis c’est Schultz, devenu dignitaire (critique) du nouveau régime, qui le protège par gratitude. Les jours passent. Hynkel et son acolyte Napaloni, chef tout puissant de Bacteria, veulent envahir l’Osterlich, ils ont besoin d’argent. Espérant en obtenir auprès des banquiers juifs, Hynkel met la pédale douce sur les pogroms. La joie de vivre revient aux habitants du ghetto, mais elle est de courte durée : après le refus des banquiers, les persécutions reprennent, de plus en plus violentes…
Chaplin est omniprésent, puisque bien sûr le génial auteur-acteur interprète à la fois le barbier juif et le dictateur vociférant. Ce dédoublement n’est d’ailleurs pas pour rien dans la force comique du film, qui dynamite le nazisme en le ridiculisant. Un régal.