LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Jeudi 5 DÉCEMBRE 2019 à 21h

PROJECTION en présence de sa réalisatrice argentine, Albertina Carri


Dans le cadre du colloque Dépossession : post-pornographie féministe en Amérique latine et en Espagne (4-5-6 décembre, Université Bordeaux Montaigne).
Soirée organisée et animée par Laurence Mullaly (CHISPA) en partenariat avec Cinémarges.
Prévente des places au cinéma à partir du Lundi 25 Novembre.

LAS HIJAS DEL FUEGO

Écrit et réalisé par Albertina CARRI - Argentine 2018 1h55mn VOSTF - avec Ivanna Colona Olsen, Disturbia Rocio, Mijal Katowicz, Cristina Banegas, Sofia Gala, Erica Rivas... Festival International du Cinéma Indépendant de Buenos Aires 2018 : Prix du meilleur film argentin. Pour public averti – Quelques scènes de sexe explicites.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LAS HIJAS DEL FUEGODire de ce film que c'est un road movie féministe lesbien post-pornographique suscitera certainement la curiosité sans pour autant résumer l’ambition et le potentiel du sixième long métrage d’une figure incontournable du Nouveau Cinéma Argentin. Vous l’aurez deviné, le film n’est pas une adaptation des nouvelles de Nerval mais il est présent à sa façon. Albertina Carri nous invite à faire corps en toute liberté, hors des chemins rebattus de la pornographie mainstream, des identités et des pratiques sexuelles figées. L’expérience humaine, sexuelle, intellectuelle et politique débute à Ushuaia, en Terre de feu, donc de glace, avec un duo puis un trio de femmes qui embarquent dans une camionnette volée et remontent vers le nord, accueillant à son bord de nouvelles venues.

Pour les spectateurs.rices, il s’agit d’une découverte radicale, qui déplace et trans-porte : le tiret est volontaire et renvoie à cet « entre » ou à cet « autre » paysage des corps, hors des normes physiques et sexuelles. Car au gré des rencontres charnelles entre femmes lesbiennes, trans, cis, dont les corporalités ne sont pas l’objet d’un catalogue de foire mais d’une visibilité militante et fière, le film se déploie comme un manifeste lesbo-féministe, porno libertaire et un essai poético-polyamoureux pour célébrer, de façon réjouissante et irrévérencieuse, des expérimentations consenties et créatives.
Las Hijas del fuego sont aussi les héritières des dissidentes déportées de l'Antarctique. Elles se mettent en scène comme les nouvelles particules élémentaires et contagieuses d'une communauté joyeuse et solidaire, d'un grand corps désirable et désirant qui évolue déjà dans les interstices de nos réseaux normatifs.