LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Mardi 28 JANVIER à 20h30

SOIRÉE-DÉBAT


La Coopérative Funéraire SYPRES et les funérailles écologiques -

Projection suivie d'un débat avec les fondateurs de la Coopérative Funéraire SYPRES.

Il est aujourd’hui possible d’opter pour des solutions écologiquement responsables et humainement réconfortantes pour enterrer nos proches : organisation des rites laïques, cercueil en carton biodégradable, tombe végétalisée, sans caveau ni pierre tombale…
La Coopérative Funéraire SYPRES propose ses services depuis le 11 octobre 2019 à Bordeaux. SYPRES est un projet coopératif qui s’est construit à partir des besoins sociaux exprimés par des citoyens confrontés à la mort et par des rencontres exploratoires à travers les Ciné-Débats, les Cafés Mortels et les tables rondes. Venez partager vos réflexions avec nous, nous avons besoin de votre avis et de votre soutien !

LA VEILLÉE

Écrit et réalisé par Jonathan MILLET - France 2017 50mn - avec Natacha Lindinger, Joana Preiss, Sylvie Granotier, Maud Wyler... Produit par Dublin Film.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VEILLÉE« Elles me fatiguent, ces montagnes. » Dans une grande maison accrochée à des pentes herbeuses, encerclée par les Alpes, une vaillante grand-mère exprime un ras-le-bol qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Ses deux filles, Irène et Joana, viennent d’arriver pour veiller sur leur père, tout juste décédé.
Trois jours de deuil et de vie, autour du défunt maquillé et allongé sur un lit, comme le veut une archaïque coutume de Haute-Savoie. Trois jours de chagrin et de repas arrosés du vin pioché dans la cave du grand-père, propices aux règlements de comptes familiaux…

Mais le réalisateur filme cette pagaille avec le plus grand calme, choisissant d’étouffer les crises dans l’œuf, pour éviter les épanchements vulgaires. Malgré les rancœurs, ces femmes se tiennent et se soutiennent. Malgré, ou peut-être à cause, des hommes absents, lâches ou sans qualités qui les entourent mal. Bercée par une clarinette diégétique (le joueur est parmi les invités), cette veillée funèbre culmine lors d’une scène de bain et de réconciliation d’une douceur infinie.

Documentariste remarqué (Ceuta, douce prison), Jonathan Millet réussit haut la main son passage à la fiction avec ce film d'un grand humanisme, coloré de mélancolie.

(J. Couston, Télérama)