LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

UN SOUPÇON D’AMOUR

Écrit et réalisé par Paul VECCHIALI - France 2020 1h32mn - avec Mariane Basler, Fabienne Babe, Jean-Philippe Puymartin, Ferdinand Leclère... Musique de Roland Vincent.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN SOUPÇON D’AMOURGeneviève Garland, une célèbre comédienne, répète Andromaque de Racine, avec, pour partenaire, son mari André. Elle ressent un malaise profond à interpréter ce personnage et cède son rôle à son amie Isabelle qui est aussi la maîtresse de son époux. Geneviève s’en va avec son fils malade dans son village natal. Elle semble fuir certaines réalités difficiles à admettre.
On n’arrête pas Paul Vecchiali. Nonagénaire depuis peu, le cinéaste entame avec Un soupçon d’amour, dont il signe également le scénario et assure la production, la sixième décennie de sa (prolifique) carrière. Où il retrouve sa comédienne fétiche Marianne Basler, le film marquant à ce jour leur sixième collaboration.

Cinéaste de l’amour sous toutes ses formes, Vecchiali convoque le thème maintes fois abordé du triangle amoureux. L’intérêt de son approche est ici à trouver dans l’apparente complicité des deux femmes « antagonistes » (au sens commun du terme) qui, bien qu’elles convoitent le même homme, partagent de véritables scènes de communion. Celle de la danse incarne parfaitement cette dissonance : si elles partagent toutes deux le devant de la scène (littéralement), leur rapport contrasté à la féminité, par la simple couleur de leur robe (noire pour l’une, rouge pour l’autre) saute aux yeux.
Le film, dédié au roi du mélodrame Douglas Sirk, reprend ainsi les codes du cinéaste américain, autant dans son esthétique (les couleurs chaudes des vêtements des protagonistes) que dans sa structure narrative, par le contraste entre un personnage tragique, Geneviève, et un autre au contraire stable émotionnellement, voire cynique, Isabelle.
En arrière-plan de cette joute passionnelle, Un soupçon d’amour nous parle de résilience, de reconstruction après un drame intime et de la manière dont celui-ci bouleverse les liens affectifs… Cette trame, dont le cœur ne nous est révélé qu’à la dernière scène, donne finalement au film un sens plus subtil et profond qu’il n’y paraissait. Le lien avec l’Andromaque de Racine, qui traite conjointement d’amours impossibles et du poids des morts dans l’existence des vivants, devient alors limpide…

Le cinéaste prend plaisir à multiplier les références à des genres cinématographiques : le musical, le mélodrame, la comédie sont ainsi convoqués au détour d’une scène, d’un plan. On sent, malgré une austérité de façade, un goût certain pour la liberté, pour le décalage permanent et le changement de ton qui viendraient exprimer une envie encore inassouvie de cinéma, une inextinguible flamme créatrice.

(d’après P. Laillier, lebleudumiroir.fr)