LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

LES INTRANQUILLES

Écrit et réalisé par Joachim LAFOSSE - Belgique / France 2021 1h58mn - avec Leïla Behkti, Damien Bonnard, Gabriel Merz Chammah, Patrick Descamps...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES INTRANQUILLESOn pourrait reprendre ici les mots écrits dans notre gazette à propos de L’Économie du couple, précédente réussite majeure de Joachim Lafosse : « C’est un film magnifique, écrit à plusieurs mains et autant de sensibilités, impliquant également les comédiens qui ont eu leur mot à dire, modifiant parfois leur texte pour se l’approprier, et le rendu final est saisissant : il y a quelque chose de profond et de fort qui tient sans doute au vécu de chacun, à la connivence qui s’est établie au cours du tournage et leur a permis d’appréhender de l’intérieur des personnages qui immédiatement nous parlent, nous concernent, nous touchent durablement. » Le processus est cousin pour Les Intranquilles, le résultat tout aussi saisissant. Chaque acteur, actrice donne son prénom au personnage qu’il incarne, ce qui conduit d’emblée à une grande réactivité, à une forme de véracité troublante. Dans la vraie vie, ils pourraient ressembler à leurs alter ego, expérimenter leurs failles, leurs errances. Les voilà, fragiles funambules, avançant sur le fil ténu qui sépare l’amour de la haine, la normalité de la folie, celle où l’on peut tous basculer d’un instant à l’autre.

D’emblée le film attaque par une première scène joyeusement déstabilisante. Le temps est radieux. Damien est à la barre, son petit Amine sourit aux anges : père et fils partagent un moment de connivence entre garçons, près des côtes, dans le bateau à moteur familial. Puis sans crier gare Damien plonge à l’eau, affirmant qu’il va rentrer à la nage, et exhorte le garçonnet à conduire seul l’embarcation vers une plage qu’on n’aperçoit même pas. Amine s’exécute, l’air inquiet mêlé d’une sorte d’excitation. Le mouflet, dans ce bateau trop grand pour lui, dans cette immensité aqueuse, semble d’autant plus petit, si petit… Est-ce bien raisonnable ? N’est-ce pas dangereux ? Le père prend-il vraiment la mesure de ce qu’il demande à sa progéniture ? Serait-ce pour lui une sorte de rite initiatique ? On pourrait y voir un message : « Tu seras un homme mon fils… » Leila, la mère, restée sur la plage, se tord longtemps les mains d’inquiétude, tout en la dissimulant, scrute désespérément l’horizon en résistant à l’affolement – légitime au demeurant.

On a tôt fait de comprendre que l’acte de Damien n’est pas isolé, chaque minute qui passe révèle d’autres excentricités, d’autres surprises intenses. Jamais le quotidien de la petite famille n’est ce long fleuve tranquille qui permet de s’endormir sereinement en se laissant bercer par des flots constants. Mais, du moins, on ne s’ennuie jamais. Damien est drôle, imaginatif, agité, dissident, inspiré… Travailleur infatigable quand il s’attèle à peindre ses toiles. Un véritable artiste qui a besoin d’être dans l’excès pour créer. Du moins c’est ainsi qu’un œil extérieur pourrait le décrire. Damien est aussi un homme qui s’épuise tout en épuisant son entourage. Un diagnostiqué bipolaire qui ne parvient pas à accepter son état. Un compagnon que Leila porte à bout de bras jusqu’à l’épuisement de son stock de patience et de tendresse… Et quand plus rien ne va, elle appelle à la rescousse Patrick, le père de Damien… Sans commentaire, tous ont l’intelligence de ne pas s’adonner à l’autoflagellation, aux reproches, à la tentation de chercher des fautifs. Économisant les mots, sans effusions inutiles, ils ménagent leurs forces pour faire bloc, solidaires, autour de ce créatif aussi déjanté qu’extraordinaire, dans l’attente de ses prochaines (re)plongées dans ses gouffres de folie où nul ne peut l’atteindre. Il ne reste qu’à attendre sans espérer d’avenir meilleur, de rémission illusoire, en se méfiant des rêves et de leur lot de déceptions. Les ondes de chocs qui s’en suivront propageront l’intranquillité dans les zones encore épargnées, jusqu’au delà de l’écran, dans le cœur même des spectateurs, tout aussi inquiets, attendris et impuissants que les protagonistes si loin, si proches de nous mêmes et tellement attachants…