LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

ELLE ET LUI

(LOVE AFFAIR) Leo McCAREY - USA 1939 1h28mn VOSTF - avec Irene Dunne, Charles Boyer, Maria Ouspenskaya, Lee Bowman... Scénario de Delmer Daves et Donald Stewart Ogden, d’après une histoire de Mildred Cram et Leo McCarey.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ELLE ET LUIUne merveille de comédie sophistiquée qui est aussi un des plus beaux mélodrames jamais filmés : c’est le grand écart miraculeux qu’offre ce Love affair, chef d’œuvre du finalement assez méconnu Leo McCarey.
Terry McKay (Irene Dunne) et Michel Barney (Charles Boyer) se rencontrent par hasard – autrement dit par « chance » si on parle en anglais – à bord du paquebot qui les ramène à New York, où ils doivent l’une et l’autre se marier très prochainement (mais pas ensemble, vous l’avez compris). Lui est un séducteur international à la réputation pas forcément flatteuse, elle est une chanteuse de cabaret récemment retirée de la scène. Ils se découvrent, se tournent autour, s’escarmouchent à coups de réparties affutées, s’émoustillent et ont tôt fait de s’enamourer. Ils se l’avouent juste avant la fin de la traversée, et se donnent rendez-vous dans six mois sur la terrasse du cent deuxième étage de l’Empire State Building. Six mois pour se convaincre qu’ils n’agissent pas sur un coup de tête, six mois pour éprouver la solidité de leur amour, six mois pour se défaire dans les règles de leurs engagements précédents, six mois dans le cas de Barney pour trouver un travail qui lui permettra de gagner sa vie. Les six mois s’écoulent et… le film s’envole définitivement vers les sommets de l’émotion.

Découvrir ou revoir aujourd’hui ce film ne peut que faire naître un sentiment de bonheur et de plénitude : jeu des acteurs, mise en scène, dialogues… tout coule de source, rien ne semble daté, abîmé par le temps. Si le film est si évident aujourd’hui encore, s’il nous semble aussi actuel, nous touche et nous transporte comme un spectateur des premiers temps, c’est en partie dû à l’universalité de ses thèmes mais surtout à la précision d’orfèvre avec laquelle McCarey a ciselé sa Love affair. La façon dont le cinéaste construit son intrigue, agence les séquences – on pense en particulier à celle de la visite à la grand-mère de Charles Boyer, sur l’île de Madère, qui est a priori une incidente dans le déroulement de l’intrigue et qui en devient le moment charnière, 17 minutes d’enchantement, de douceur et de mélancolie –, maîtrise chaque rouage du récit pour nous mener du rire aux larmes laisse pantois d’admiration.
Elle et lui (1939) s’impose ainsi comme un des sommets de la filmographie de McCarey, avec Cette sacrée vérité (1937), chef d’œuvre de la pure comédie pour le coup, et avec Elle et lui (1957) ! Car on ne peut pas ne pas évoquer cette particularité hors du commun qui ajoute à la légende de Elle et lui : Leo McCarey a tourné lui-même, en 1957 donc, avec Deborah Kerr et Cary Grant en vedettes, un remake de Love affair qu’il a intitulé An affair to remember mais qui est sorti en France sous le même titre de Elle et lui. Plus qu’un remake, cette seconde version fait un quasi-décalque de la première – certaines scènes étant même reproduites à l’identique. Et pourtant elle dure presque 30 minutes de plus ! Mine de rien, c’est sans doute une des raisons pour lesquelles on préfère pour notre part Love affair à An affair to remember (qui est malgré tout magnifique, entendons-nous bien) : le premier fait preuve, dans la fantaisie comme dans l’émotion, d’une précision, d’une limpidité, d’un sens de l’épure incomparables. (merci à O. Bitoun, dvdclassik.com)