LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Vendredi 12 NOVEMBRE 2021 à 20h15

PROJECTION-DÉBAT autour du film


Dans le cadre de la remise du Prix Africain du Journalisme d’Investigation au Burkina Faso
PROJECTION suivie d’un échange avec Alessandro Jedlowski, anthropologue des médias et coordinateur de la Chaire diasporas africaines, et Dieudo Hamadi, le réalisateur du film (par skype depuis le Congo).
Soirée organisée par l’Institut des Afriques, la Chaire diasporas africaines (LAM/Sciences Po Bordeaaux), Médias & Démocratie et la Région Nouvelle-Aquitaine.
Achetez vos places à l’avance au cinéma, à partir du Mardi 2 Novembre.

EN ROUTE POUR LE MILLIARD

Dieudo HAMADI - documentaire Congo / France 2020 1h29mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EN ROUTE POUR LE MILLIARDDu 5 au 10 juin 2000, les armées ougandaise et rwandaise se sont affrontées au cours d’effroyables combats à Kisangani, dans l’est de la République Démocratique du Congo, laissant derrière elles plus d’un millier de morts et trois mille blessés, civils pour la plupart. Les uns ont été enterrés à la va-vite ; les autres ont dû apprendre à vivre avec des prothèses qui les meurtrissent. S’ils parviennent aujourd’hui à faire bien des choses – comme Mama Kashindi, privée de ses quatre membres et qui pourtant cuisine, mange, coud, danse, chante et rit –, leur infirmité leur vaut l’hostilité de certains des leurs, qui voient en eux des « moins que rien ». Aussi est-ce pour reconquérir une part de leur dignité perdue que des femmes et des hommes de Kisangani ont décidé de prendre le bateau et de descendre le fleuve Congo sur plus de 1700 kilomètres jusqu’à la capitale. Ils vont réclamer aux autorités de Kinshasa les indemnités qui leur sont dues, depuis que la Cour internationale de justice a condamné, en 2005, l’Ouganda pour violations des droits humains.

Le cinéaste Dieudo Hamadi les a accompagnés dans cette traversée. Il les suit jusqu’à Kinshasa, en pleine ébullition du fait de la campagne présidentielle qui placera au pouvoir Félix Tshisekedi en janvier 2019. Qu’il nous montre leurs corps diminués, il en exalte également la beauté, s’attardant par exemple sur l’énergie sensuelle de Sola dans la danse et le chant. Qu’il s’attache aux efforts déployés par les uns et les autres pour grimper les marches du Parlement ou se tenir debout face au palais de la Nation, aucun apitoiement ne brouille son regard. (F. Ekchazer, Télérama)