LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Mercredi 1er JUIN 2022 à 20h15

Projection d’une sélection de films réalisés par les étudiants de l’École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux Organisée avec ALCA Nouvelle-Aquitaine.
Entrée libre

L’EBABX à UTOPIA

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Il paraît que le cinéma est mort. Contrairement aux théâtres et aux musées, le public hésiterait à se retrouver enfermé dans une salle obscure, entre gens masqués ou démasqués. Bien entendu, dans les années 2000, il y avait déjà les séries, les « dramas » et Netflix… qui rendait la longueur d’un film « limitée ».

Avant, il y avait eu aussi les DVDs permettant de voir ce que l’on voulait, quand on voulait : chez soi. Mais aussi permettant le piratage, dont tout disque nous rappelait le crime létal par quoi le cinéma mourrait à petit feu.
Encore avant, il y avait eu la VHS, la cassette vidéo, offrant à chacune.e la possibilité d’enregistrer tous les films du monde, quand ils passaient à la télévision. C’était vraiment la mort du cinéma.
Il y a eu la colorisation des films noir et blanc dans les années 1980, permettant de redistribuer tous ces chefs-d’œuvre dont la mémoire restait lettre morte.
Dans les années 1970, on avait saucissonné, tailladé la durée narrative d’un film par les coupures publicitaires. Un charcutage mortifère. Dans les années 1960, il y avait eu… la télévision aux États-Unis qui a attiré les réalisateurs, et qui mettait fin à la gloire d’Hollywood, ses stars et son inaccessibilité. Comme le disait le suisse ronchon, on ne levait plus les yeux, on les baissait.
Dès sa première séance à Lyon par les frères Lumière, le cinéma n’avait pas d’avenir, il était simplement une nouvelle attraction foraine.
Étienne-Jules Marey, qui le rendit possible par ses recherches chronophotographiques, n’en avait jamais compris l’intérêt : pourquoi restituer le mouvement alors que l’on voulait l’analyser en le décomposant ? Oui pourquoi ?
Pourquoi aller au cinéma, alors qu’on peut, n’importe où, dans son lit ou dans le métro, suivre le fil de son réseau social ?
Si vous voulez le savoir, venez voir une sélection de films réalisés par des jeunes artistes, encore étudiantes et étudiants à l’École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux. Et qui ré-inventent la nécessité du cinématographe. Pour elles-eux-mêmes et pour vous, le public qui ose encore aller au cinéma. À l’Utopia, bien entendu.

Avec l’accompagnement de Nora Martirosyan et d’Arnaud Maudru (Bernard Pasqualini, directeur de l’EBABX)