Soutenez Utopia Palmer LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

LA BÊTE

Écrit et réalisé par Bertrand BONELLO - France 2023 2h26mn VOSTF - avec Léa Seydoux, George MacKay, Guslagie Malanda, Dasha Nekrasova... Librement adapté de la nouvelle de Henry James, La Bête dans la jungle.

Du 07/02/24 au 27/02/24

LA BÊTEOn ne reprochera certainement pas à Bertrand Bonello de ne pas oser prendre de risques. La Bête est un film incroyablement audacieux, presqu’intrépide, duquel se dégage une étrange force d’attraction. On en sort fasciné, possiblement déconcerté, avec la sensation d’avoir traversé un rêve bizarre recelant de nombreux mystères et l’intuition de tenir là une œuvre d’une densité qui la rendra parfaitement réfractaire aux effets du temps. Et, précisément, tout est ici question de temps. Bertrand Bonello adapte librement le court roman La Bête dans la jungle d’Henry James, qui narre la vie d’un homme paralysé en amour par sa conviction que quelque chose, « telle une bête fauve tapie dans la jungle », est constamment sur le point d’arriver. Bonello transpose le récit en trois époques – 1910, 2014, 2044 – en imaginant une relation amoureuse inaccomplie entre deux êtres, Gabrielle et Louis, à travers les âges. Ici, c’est le personnage féminin qui part explorer ses vies antérieures, pianiste de renom à la Belle Époque et mannequin au début du xxe siècle, en quête de sa blessure amoureuse originelle. Le film se déploie alors tel un puzzle temporel complexe, offrant un terrain de jeu idéal à la mise en scène virtuose de Bertrand Bonello, tout aussi à l’aise dans la reconstitution d’époque sophistiquée (L’Apollonide, Saint Laurent) que dans les représentations ultra-contemporaines (Nocturama, Coma…). Mais par-dessus tout, le film subjugue par l’interprète à laquelle il semble entièrement dévoué : Léa Seydoux, dont l’incarnation prodigieuse et magnétique inonde chaque plan, capable des métamorphoses les plus impensables pour nous offrir une plongée dans le vertige des passions à travers le temps.

2044. Gabrielle est une femme qui envisage de subir une nouvelle procédure pour « purifier son ADN » et congédier son malheur. L’ère est sous l’emprise des intelligences artificielles qui ont détecté chez elle une instabilité émotionnelle entravant ses relations et son avenir professionnel. Le remède consiste à replonger dans son passé inconscient pour se libérer de traumatismes anciens. Libre de prendre la décision, Gabrielle rencontre un jeune homme prénommé Louis, à qui elle confie ses hésitations quant aux bienfaits de cette thérapie.
2014. Gabrielle est jeune mannequin à Los Angeles et passe des castings sur fonds verts. Elle occupe une maison luxueuse des hauteurs de la ville en l’absence de ses propriétaires. Elle croise la route de Louis, alors jeune trentenaire névrosé, répandant sur son blog son mépris des femmes qui ne lui ont jamais accordé l’attention qu’il estime mériter.
1910. Paris, à la veille de la grande crue de la Seine. Gabrielle est une pianiste appréciée des salons aristocratiques où elle croise Louis, un gentleman anglais qui se rappelle à son souvenir. Ils se sont connus quelques années auparavant. Elle lui avait confié un important secret et feint aujourd’hui d’avoir oublié. La séduction opère mais Gabrielle est mariée à un brillant entrepreneur et se refuse pour l’instant à l’amour de ce bel admirateur…

En enchâssant sans cesse les différentes temporalités, Bertrand Bonello tisse un étrange mélodrame, entre proche anticipation et romance historique, et mène une réflexion profonde sur la place que nous réservons à nos propres affects dans une société plus que jamais placée sous le signe du contrôle. Le film porte en lui le malaise d’un monde de plus en plus fonctionnel, progressivement déshumanisé, bientôt hermétique aux émotions et à la singularité. Les sauts dans le temps sont l’occasion pour Bonello de faire référence à de multiples esthétiques (Lynch, Carax…) et de tenter différentes expérimentations visuelles avant-gardistes. Qu’importe si tout n’est pas réussi : le souffle est là. Et avec, la démonstration que le cinéma demeure le médium par excellence où s’exprime ce que le monde moderne nous refuse : l’excitation, la surprise, la peur et le charme. En un mot, un endroit où projeter nos passions.