LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

UNE INTIME CONVICTION

Antoine RAIMBAULT - France 2018 1h50mn - avec Olivier Gourmet, Marina Foïs, Laurent Lucas, François Fehner, Philippe Uchan, Muriel Bénazéraf, Danielle Catala... Scénario d'Antoine Raimbault et Isabelle Lazard, sur une idée de Karim Dridi.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNE INTIME CONVICTION« La Justice ? C’est cette erreur millénaire qui veut qu’on ait attribué à une administration le nom d’une vertu » disait le grand avocat toulousain Alain Furbury. Et c’est tout à fait de cela dont il est question ici. Si le film s’appuie sur une affaire véritable, que le jeune réalisateur a suivie au plus près des années durant, il brode autour de la réalité une fiction tout en suspens, aux rebondissements narratifs captivants, qui se dévore comme un thriller palpitant. On en ressortira avec plus d’interrogations que de réponses, comme c'est souvent le cas au terme d'un procès…
Des multiples rebondissements sur la disparition de Susanne Viguier, le 27 février 2000, on a l’impression d’avoir tout lu, vu ou entendu. C’est donc une belle gageure que de nous passionner à nouveau sur le sujet, en y rentrant par la petite porte : ni celle des institutions, ni celle du prévenu, mais celle des jurés, de l’assistance dans la salle d’audience.

Le film commence en 2009, alors que le premier acquittement du mari, Jacques Viguier (accusé sans preuves d’avoir fait disparaitre sa moitié), vient d’être prononcé. Ce qui devrait mettre fin à « dix ans d'horreur et de chemin de croix », comme il les qualifie, ne va être qu’un court répit. Quelques jours plus tard, le procureur général interjette appel contre le jugement du jury populaire. Et nous voilà repartis pour un tour à se coltiner les choux gras de la presse et les conversations des piliers de comptoir qui disent tout savoir. Pour Nora, qui est persuadée de l’innocence de Jacques Viguier, c’est le coup de grâce. Avec pour seule légitimité son intime conviction de cuisinière professionnelle, la voilà qui s’érige en héroïne justicière et fonce tête baissée chez celui que la réputation médiatique précède : Maître Éric Dupond-Moretti. Si l'avocat est évidemment bien réel, il nous faut ici préciser que Nora est un pur personnage de fiction, en quelque sorte l'alter-ego du réalisateur. Le juriste la jauge de son œil aguerri, l’éconduit sans ménagement dans un premier temps puis, épaté par le dossier qu’elle a réalisé, se ravise. Il va se prendre au jeu, non sans réclamer à Nora un fameux coup de main. Tous deux vont former un tandem de choc, symbole de la défense des opprimés et de la condamnation des méchants ! C’est du moins ce que fantasme la justicière amateur, mais bien sûr rien ne s’avèrera aussi simple.

À ce stade là, pour terminer de vous mettre l’eau à la bouche, il suffit de vous dire que le brillant ténor du barreau est interprété par Olivier Gourmet et que Marina Foïs lui donne la réplique. Ensemble ils forment à l’écran un duo fascinant, percutant comme deux opposés qui se complètent, elle si viscérale, lui si rationnel. Elle tout en tension perpétuelle, telle une droguée en manque, accroc à sa dose quotidienne de certitudes. Lui, prenant de plus en plus de recul, persuadé que la recherche de la vérité peut rende fou et que seul le doute est légitime. Au fur et à mesure que le second procès prend vie, on découvre ses autres protagonistes, interprétés par une flanquée d’acteurs très investis, dont François Fehner qui campe le procureur général de façon magistrale, apportant une grande authenticité au récit. Mais, progressivement la caméra se déporte insidieusement et dans le fond, le personnage principal du film, c’est le miroir qui nous est tendu et qui nous questionne : qu’est-il de plus important ? Désigner à tout prix un coupable au risque de condamner un innocent ou savoir accepter de rester dans l’inconfort du doute raisonnable ?