LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs,Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram :Les travaux de la terrasse sont terminés.          Les travaux de la rampe PMR sont terminés.                Les travaux de...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

Séance unique lundi 14 novembre, suivie d'une rencontre avec David Yon, réalisateur, animée par Vincent Deville, Maître de conférences en cinéma à l’Université Paul-Valéry.

LA NUIT ET L’ENFANT

David Yon - documentaire France 2015 1h - avec Lamine Bachar, Aness Baitich...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA NUIT ET L’ENFANTUne silhouette marche, le pas lourd, sur une terre brune et désolée. Devant lui un enfant, au loin une dune et un ciel poussiéreux. En voix off l’homme nous confie sa peine au creux de l’oreille : « Chaque fois que je songe, mes passions me submergent. Je fuis avec mes rimes pour panser mes blessures d’hier. » Dès l’ouverture de son film, David Yon entraîne le spectateur sur le chemin du conte et de la poésie. L’obscurité, le paysage désertique, tout nous invite à perdre nos repères, à nous laisser guider dans une rêverie inquiète. Lamine et le jeune Aness traversent ensemble une nuit qui n’en finit jamais, fuyant une menace imprécise. Ils errent dans une zone inconnue, sans cesse redessinée par de faibles lueurs – étoiles, lune, feux ou éclairs faisant naître à l’écran des visions fantastiques. Bientôt nous comprenons que le soleil a disparu, qu’il ne se lèvera plus ici, abandonnant chacun à ses propres ténèbres. La fable se charge d’une lecture politique : Lamine explique que la région a été vidée de ses habitants par les terroristes, plongeant le pays dans la peur. Et depuis cette « décennie noire » les fantômes du passé semblent partout omniprésents.

La Nuit et l’enfant fascine par son atmosphère, son travail sur les couleurs et les ombres, créant un univers à la frontière du visible. Dans une nature majestueuse se débat une humanité fragile, et l’infiniment grand (la steppe, l’orage) côtoie l’infiniment petit (une abeille qui meurt, une bougie qui tremble). Mais David Yon ne se limite pas à cette veine contemplative, et le film bifurque ensuite vers des rivages plus surprenants, s’ouvre à d’autres voix. D’une courte durée (une heure), La Nuit et l’enfant révèle ainsi par touches son projet ambitieux : permettre à ses acteurs de se réapproprier un territoire blessé, avec l’espoir de le voir un jour refleurir.

(Gildas Mathieu, Critikat.com)