LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

Dans le cadre du Festival PAUL VA AU CINEMA, le vendredi 15 mars à 20h séance suivie d'une rencontre exceptionnelle avec Edgar Morin et Robert Guédiguian.

Préventes au cinéma à partir du 6 mars.

LES RÉVOLTÉS

Michel Andrieu et Jacques Kebadian - France - 2018 - 1h20

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Peu d’événements auront été aussi documentés, comme disent les historiens, que Mai 68. Et aucun, sans doute, par les acteurs eux-mêmes. Parmi ces acteurs, il y eut bien des cinéastes ou apprentis cinéastes, l’apparition de la caméra légère aidant. Autant d’archives inestimables. Toujours consultables. Les éditions Montparnasse ont publié deux coffrets (réédités en mai dernier), sept disques au total, des dizaines de films, dont ceux du collectif Cinélutte. Et il y a un film, un très grand, Reprise, d’Hervé Le Roux. (…)

Et maintenant les Révoltés, de Michel Andrieu et Jacques Kebadian. « Il y a cinquante ans, disent-ils en ouverture, nous avons eu la chance de vivre et filmer en Mai 68 cette île dans l’histoire de notre pays. » Une chance qu’ils n’hésitent pas à faire partager au spectateur d’aujourd’hui. Si le film commence en effet dans la nuit parisienne d’une émeute trouée d’incendies, images dont la télévision fit alors ses grandes heures, bonnes à traumatiser les lointaines provinces, le film s’avère très vite solaire. Comme le furent ces journées où le pays se leva à une vie autre. Érection de poings levés, bouillonnement de la parole, Internationale d’une seule voix, rage des murs criant et, vision inattendue, un ouvrier allongé dans l’herbe près de son usine occupée, traçant sur une pancarte dans la beauté du matin de mai les mots d’ordre pour la manif de l’après-midi.

Solaire, oui, et c’est bien ce qui fait le prix de ce film dont le but est de faire revivre ces temps où tant de visages éclairés de sourires se détachaient des foules en marche. Aussi bien, il s’efforce, à côté des fièvres éloquentes de la Sorbonne occupée, des happenings du Théâtre de l’Odéon, de dépeindre ce que fut ce mai en France, des paysans de Quimper aux usines de Renault à Flins ou à la Rhodiacéta de Besançon. Et il y a, vers la fin, devant les établissements Sesco à Paris, où se poursuit la grève, cette jeune femme qui tend un tract à un passant. Il le prend, sans un regard pour elle, ni pour le tract, qu’il laisse pendre au bout de son bras. Pas même le courage de le jeter. Ainsi s’achève ce beau mois de mai, temps des cerises et du merle moqueur.
(Emile Breton, L'HUMANITÉ)