LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Retour du Ciné Trico'thé
On se retrouve le samedi 7 septembre dans le hall du cinéma après la séance - vers 15h35 - de YULI, pour papoter, siroter un thé et tricoter !... Lire Retour du Ciné Trico'thé...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

DIVORCE À L'ITALIENNE

(DIVORZIO ALL'ITALIANA) Pietro GERMI - Italie 1961 1h44mn VOSTF - avec Marcello Mastroianni, Daniela Rocca, Stefania Sandrelli, Leopolodo Trieste... Scénario d'Ennio de Concini, Pietro Germi, Alfredo Giannetti et Agenore Incrocci.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DIVORCE À L'ITALIENNESignée Pietro Germi, le plus méconnu sans doute des artisans de la comédie italienne, voici un régal de comédie vacharde qui, sous ses allures bon enfant et son humour nonchalant, sonne une charge d'une férocité inouïe contre l'hypocrisie et les frustrations d'une petite bourgeoisie confite dans sa bienséance étriquée, corsetée par des règles sociales d'un autre âge, dominée par un machisme caricatural.
On en rigole allègrement aujourd'hui mais à l'époque, quel choc ! Germi et ses complices en satire s'attaquaient à un tabou qui empoisonnait la société italienne : l'interdiction du divorce. En 1960, pas la nuit des temps, 1960 !

Or doncques, bienvenue en Sicile. Voici le baron Cefalu, petit nobliau fin de race à la prestance avantageuse, qui vit de ses rentes et fait le paon au sein d'une cour qu'il n'a aucun mérite à dominer, tant elle est mesquine et étriquée. Le baron bellâtre est marié à Rosalia, un laideron insupportable et envahissant. Une union de pure convenance qui ne semble guère lui peser – on imagine qu'il soulage ailleurs ses désirs – jusqu'au jour où il tombe bêtement mais indiscutablement amoureux de sa jeune cousine Angela, qui est aussi jolie et aérienne que sa régulière est moustachue et lourdaude…
Et voilà notre Cefalu en proie à des affres sans fond. Comment approcher Angela, comment vivre son amour brûlant ? Comment se débarrasser de la repoussante Rosalia ? Pas question de divorcer, c'est tout juste si on a le droit de prononcer le mot… La trucider ? Pourquoi pas, mais sans passer par la case prison…

Fort heureusement le baron vit sur une terre très compréhensive pour les époux trompés. Celui ou celle qui venge son honneur n'a rien à craindre de la justice sicilienne. Notre Cefalu entreprend donc de pousser son épouse à l'adultère, pour la surprendre en flagrant délit et la zigouiller en toute légitimité. La difficulté va être de trouver un candidat prêt à s'amouracher d'une pareille mocheté… Une évidence pour terminer : Mastroianni est génial !