UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

UNE VIE DIFFICILE

(Una vita difficile) Dino Risi - Italie 1961 1h58mn VOSTF - avec Alberto Sordi, Lea Massari, Franco Fabrizi, Claudio Gera, Vittorio Gassman...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNE VIE DIFFICILEEt voici... grandiosement hilarant, fondant, amer, cynique, superbe, le film de Dino Risi, l’un des maîtres de feu la comédie italienne ; un des plus grands rôles d’Albeto Sordi avec L’Argent de la vieille et le dieu des cinéphiles sait quel grand acteur il fut... Et pour comble de bonheur, Lea Massari dans toute sa splendeur !

Silvio est un pur, un dur, un incorruptible. Alors que tout le monde autour de lui traficote et « fait de l’argent » sans trop se soucier de la bonne moralité des moyens mis en oeuvre pour y parvenir, Silvio résiste. Journaliste au Travailleur, il refuse de s’abaisser, sans que personne ne lui en sache gré, pas même son fils qui le considère comme un raté : « qui ne gagne rien n’est rien », c’est bien connu. Silvio n’est donc riche que de ses belles valeurs morales héritées de la Résistance.
Non qu’il ait été un héros... Pour tout dire, en 1944, il était resté « embusqué » dans un moulin avec une jolie donzelle et plein de bonnes provisions, tandis que ses compagnons faisaient le coup de feu. Pas par lâcheté, non non ! N’allez pas croire ! Mais, tout respectueux des valeurs morales que l’on puisse être, ça n’empêche pas d’apprécier les douceurs de la vie. C’est justement ça qui complique les choses : ce mélange d’idéalisme et de penchant irrésistible pour l’hédonisme. Tous ses problèmes vont venir de là, de cette contradiction fondamentale. Dans une Italie où triomphe « la débrouille », c’est rien de dire que sa vie ne va pas être facile.

Et là, je cale ! Impossible à raconter. C’est trop riche, trop touffu, trop rebondissant, trop drôle. Quelques dix ans de l’histoire de l’Italie, de la Résistance en passant par les élections de 48, avec toutes les promesses de changement qu’elles apportaient... Le monde de la presse, celui du cinéma, la vie des villages et celle des grandes villes. Une intrigue sociale et politique d’une précision sidérante, ponctuée des démêlés amoureux de Silvio, fatalement liés à son ascension sociale... Le tout à travers des situations cocasses, des gags fendards mais jamais gratuits. Rien, pas une scène n’est là au hasard, ou de trop. Un régal.