Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DES NOUVELLES DU FRONT OU COMMENT LES PAUVRES CONTINUERONT A PAYER POUR LES RICHES !
Puisque nous sommes aux premières loges, que se passe t’il dans la mairie Front National du Pontet ? Pour être franc pour l’instant pas de grandes révolutions, juste des indices qui permettraient d’imaginer une politique nationale… « On essaye de chercher les économies partout où on peut en fai...

CINQ ANS APRÈS LE « PARI » DE LA FERMETURE D’UN COLLÈGE ZEP À AVIGNON ! (suite)
Situé dans un quartier considéré comme extrêmement défavorisé, le collège Giera a fermé ses portes en 2009 et les élèves ont été «  intégrés  » pour la grande majorité dans deux établissements de bonne réputation de l’intra-muros d’Avignon : les collèges Mistral et Vernet.Il y a quelques semaine...

2003 : CHIRAC ETAIT AUX COMMANDES... ET LA GAUCHE SOUTENAIT LES INTERMITTENTS !
À l’heure où nous bouclons notre programme du mois de juillet, que communément nous appelons la Gazette-du-Festival, il n’est pas certain que ce Festival ait lieu… Le spectre de 2003 rôde de nouveau sur la ville. 2003 : Chirac était aux commandes… et la gauche soutenait les intermittents  !  201...

La gazette à lire sur votre écran
Bonjour à vous Plus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle et les gazettes précédentes (depuis 2008). ——- Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand recta...

Cinq ans après le « Pari » de le fermeture d’un Collège ZEP à Avignon !
En 2009, nous avions accueilli le Collectif contre la fermeture du collège Giera, pour une rencontre, plutôt vive, après la projection du film La Journée de la jupe. Ce collège, au service d’une population très défavorisée, avait finalement fermé, mais qu’en est-il cinq ans plus tard ? Un mouvem...

SÉANCE UNIQUE LE LUNDI 20 FÉVRIER À 20H30, RENCONTRE AVEC JEAN-PIERRE BERLAN (agronome et économiste) et RICHARD STALLMAN (programmeur et pionnier du logiciel libre).
En collaboration avec l’Université d’Avignon.

LES PIRATES DU VIVANT

Marie-Monique ROBIN
France 2005 56mn
Prix au FIGRA, Prix Buffon, Festival international du film scientifique de Paris, Prix Ushuaïa TV

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PIRATES DU VIVANTMarie-Monique Robin, vous la connaissez au moins depuis le Monde selon Monsanto, est journaliste d’investigation indépendante. À chacun de ses opus, (Blé chronique d’une mort annoncée, L’école du soupçon...), le montage et le scénario servent à nous plonger dans l’enquête menée pour disséquer le goliath auquel elle s’est attaqué. Ça rappelle un peu un épisode de Sherlock Holmes. Ce coup-ci c’est la biopiraterie où plane l’ombre de mastodontes dangereux qui sera dévoilée par la grande reporter.

«Va et possède les richesses du Monde», voilà comment Vandana Shiva, résistante Indienne, résume la biopiraterie, rien moins que la suite moderne de la colonisation territoriale des siècles passés. Par leur système de brevets accordés sans contrôles sérieux, Les États-Unis et certains pays européens pillent des ressources des pays du Sud. Tel le haricot jaune mexicain, tel le margousier - arbre originaire d’Inde présentant des vertus médicinales fécondes - sont littéralement emportés dans des valises par des biopirates, brevetés et exploités aux États-Unis. Fort de café ? C’est pas fini... ces biopirates réclament ensuite des royalties aux vrais propriétaires mexicains et indiens. Fort heureusement, les pays victimes de ce pillage ont organisé leur résistance...

Du Mexique à l’Inde en passant par la forêt amazonienne, Marie-Monique Robin enquête sur cette piraterie d’un nouveau genre. Le film dénonce sans ambiguïté la brevetabilité du vivant, qui réduit la valeur des plantes et animaux à leur prix sur le marché, et nie la créativité propre à la nature et au travail des hommes. La bataille contre la biopiraterie ou celle du logiciel libre ne sont que des facettes d’un conflit durable, englobant aussi bien des secteurs comme la recherche médicale que la musique, la biodiversité ou l’information... Cette soirée sera donc une occasion unique de croiser des points de vue avec Richard Stallman, créateur génial à l’origine de la licence informatique GPL et Jean-Pierre Berlan, agronome et économiste, usant d’un discours particulièrement pédagogique. Peut-être vous n’y entendez rien à propos des logiciels libres ? Pas grave, c’est un jeu d’enfant, Richard Stallman le résume en trois mots : liberté, égalité, fraternité. Pour la suite, à vous de jouer et de venir !(Par ici, un lien vers une vidéo de la Quadrature du Net à propos de ACTA)

CONFÉRENCE AVEC RICHARD STALLMAN À L’UNIVERSITÉ D’AVIGNON LE MARDI 21 FÉVRIER À 18H : Pour une société numérique libre
Dans cette conférence aux allures de slogan, Richard Stallman exposera ses pensées et réflexions sur la part grandissante qu’occupent les technologies numériques dans nos sociétés. A travers le monde, on constate la mise en place de politiques destinées à réduire, voire éliminer la fracture numérique en arguant que l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication est invariablement bénéfique et qu’il faut donc en garantir l’accès au plus grand nombre. Cela pourrait être indéniablement vrai si l’on s’en tenait à une réflexion de surface, notamment parce que les applications pratiques de ces technologies rendent des services autrement impossibles mais s’avère un peu plus hasardeux si l’on commence à aborder la question en terme de Droits de l’Homme et de Liberté : savoir si transformer notre société en société numérique constitue un progrès dépend largement du type de société numérique que l’on cherche à bâtir !

Université d’Avignon, campus centre-ville (ancien hôpital Ste Marthe), 74 rue Louis Pasteur - Maison de la Recherche de l’Université d’Avignon
04 90 16 25 30 aurelia.barriere@univ-avignon.fr