Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

SÉANCE UNIQUE LE LUNDI 20 FÉVRIER À 20H30, RENCONTRE AVEC JEAN-PIERRE BERLAN (agronome et économiste) et RICHARD STALLMAN (programmeur et pionnier du logiciel libre).
En collaboration avec l’Université d’Avignon.

LES PIRATES DU VIVANT

Marie-Monique ROBIN
France 2005 56mn
Prix au FIGRA, Prix Buffon, Festival international du film scientifique de Paris, Prix Ushuaïa TV

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PIRATES DU VIVANTMarie-Monique Robin, vous la connaissez au moins depuis le Monde selon Monsanto, est journaliste d’investigation indépendante. À chacun de ses opus, (Blé chronique d’une mort annoncée, L’école du soupçon...), le montage et le scénario servent à nous plonger dans l’enquête menée pour disséquer le goliath auquel elle s’est attaqué. Ça rappelle un peu un épisode de Sherlock Holmes. Ce coup-ci c’est la biopiraterie où plane l’ombre de mastodontes dangereux qui sera dévoilée par la grande reporter.

«Va et possède les richesses du Monde», voilà comment Vandana Shiva, résistante Indienne, résume la biopiraterie, rien moins que la suite moderne de la colonisation territoriale des siècles passés. Par leur système de brevets accordés sans contrôles sérieux, Les États-Unis et certains pays européens pillent des ressources des pays du Sud. Tel le haricot jaune mexicain, tel le margousier - arbre originaire d’Inde présentant des vertus médicinales fécondes - sont littéralement emportés dans des valises par des biopirates, brevetés et exploités aux États-Unis. Fort de café ? C’est pas fini... ces biopirates réclament ensuite des royalties aux vrais propriétaires mexicains et indiens. Fort heureusement, les pays victimes de ce pillage ont organisé leur résistance...

Du Mexique à l’Inde en passant par la forêt amazonienne, Marie-Monique Robin enquête sur cette piraterie d’un nouveau genre. Le film dénonce sans ambiguïté la brevetabilité du vivant, qui réduit la valeur des plantes et animaux à leur prix sur le marché, et nie la créativité propre à la nature et au travail des hommes. La bataille contre la biopiraterie ou celle du logiciel libre ne sont que des facettes d’un conflit durable, englobant aussi bien des secteurs comme la recherche médicale que la musique, la biodiversité ou l’information... Cette soirée sera donc une occasion unique de croiser des points de vue avec Richard Stallman, créateur génial à l’origine de la licence informatique GPL et Jean-Pierre Berlan, agronome et économiste, usant d’un discours particulièrement pédagogique. Peut-être vous n’y entendez rien à propos des logiciels libres ? Pas grave, c’est un jeu d’enfant, Richard Stallman le résume en trois mots : liberté, égalité, fraternité. Pour la suite, à vous de jouer et de venir !(Par ici, un lien vers une vidéo de la Quadrature du Net à propos de ACTA)

CONFÉRENCE AVEC RICHARD STALLMAN À L’UNIVERSITÉ D’AVIGNON LE MARDI 21 FÉVRIER À 18H : Pour une société numérique libre
Dans cette conférence aux allures de slogan, Richard Stallman exposera ses pensées et réflexions sur la part grandissante qu’occupent les technologies numériques dans nos sociétés. A travers le monde, on constate la mise en place de politiques destinées à réduire, voire éliminer la fracture numérique en arguant que l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication est invariablement bénéfique et qu’il faut donc en garantir l’accès au plus grand nombre. Cela pourrait être indéniablement vrai si l’on s’en tenait à une réflexion de surface, notamment parce que les applications pratiques de ces technologies rendent des services autrement impossibles mais s’avère un peu plus hasardeux si l’on commence à aborder la question en terme de Droits de l’Homme et de Liberté : savoir si transformer notre société en société numérique constitue un progrès dépend largement du type de société numérique que l’on cherche à bâtir !

Université d’Avignon, campus centre-ville (ancien hôpital Ste Marthe), 74 rue Louis Pasteur - Maison de la Recherche de l’Université d’Avignon
04 90 16 25 30 aurelia.barriere@univ-avignon.fr