LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

  • La séance du samedi 24 novembre à 10h30, sera suivie d'une discussion avec Stéphanie Brahim, Madeleine Jimena Friard, Dominique Friard, membres de l’association Serpsy (Soins études et recherche en psychiatrie),tous trois infirmiers psychiatriques.

    LES CHATOUILLES

    Du 14/11/18 au 22/12/18

    Solaire, lunaire, libre… Les Chatouilles, c’est comme une boule d’énergie chaleureuse, lumineuse prête à exploser de tous ses feux pour venir éclairer les recoins cachés de l’enfance. Le film nous ramène à la nôtre, à nos pudeurs, à nos joies et frayeurs. On y passe par tous les états d’esprit, d’âme, chamboulés par tant de douceur, d’espièglerie, de regards justes sur l’innocence, la culpabilité, l’impuissance. On y sourit, on y rit beaucoup et chaque malheur se transforme en tremplin vers la r... (lire la suite)


  • Tous les dimanches 06/01 à 10h00 et 13/01 à 10h30

    A BREAD FACTORY, Partie 1 : CE QUI NOUS UNIT

    Du 28/11/18 au 13/01/19

    A Bread Factory étonnera peut-être les fans des deux splendides drames précédents du cinéaste américain Patrick Wang : In the Family, histoire inoubliable d'une famille homoparentale brisée par le décès soudain d'un des deux pères, et Les Secret des autres, deux films que vous avez aimés au moins autant que nous et que la presse dithyrambique (et qui sont tous deux disponibles en Vidéo en Poche !), et qui tous deux questionnaient magnifiquement l'intime des personnages dans le cadre familial, pe... (lire la suite)


  • En partenariat avec l’Association pour le Développement de la Thérapie Familiale Analytique (ADTFA) et l’Unité de Thérapie Familiale Psychanalytique du centre hospitalier de Montfavet. La séance du mercredi 12 décembre à 20h00 sera suivie d’une discussion avec Ségolène de Villers présidente de l’ADTFA et des membres des deux structures.

    UNE AFFAIRE DE FAMILLE

    Du 12/12/18 au 22/01/19

    Si ce n’est un miracle, c’est pour le moins un émerveillement ! D’un film à l’autre, avec les mêmes ingrédients principaux, le délicat Kore-Eda parvient à inventer de nouvelles recettes subtiles et purement délicieuses. Sans se lasser, sans nous lasser, il explore toujours plus intensément ces liens qui nous unissent, se font, se défont… Thématique quasi obsessionnelle sur la filiation, le lignage avec laquelle il parvient à se renouveler, à nous surprendre. Le titre ici nous met fatalement sur ... (lire la suite)


  • La séance du mercredi 19 décembre à 20h20 se fera en collaboration avec l’Acid Spectateur. Lors de ces rencontres Acid, nous discutons en toute simplicité à l’issue du film, l’occasion de donner son avis, de prendre un temps précieux d’échange ensemble.

    CASSANDRO, THE EXOTICO !

    Du 19/12/18 au 08/01/19

    Cassandro est un personnage hors du commun, un vrai héros de cinéma surprenant et captivant ! Passionné dès son plus jeune âge par le sport roi du Mexique, la lucha libre – à peu de choses près le catch –, il est monté sur le ring à peine adolescent et a gravi tous les échelons. Alors que la lucha libre était le royaume des héros masqués, il a rejoint les « exoticos », ces catcheurs au visage découvert et aux tenues extravagantes singeant les clichés de l'homosexualité la plus caricaturale, et ... (lire la suite)


  • En collaboration avec Miradas Hispanas, la séance du jeudi 20 décembre à 20h15 sera suivie d’une rencontre avec des membres de l’association. La projection sera suivie d’un pot de l’amitié.

    MON PÈRE

    Du 19/12/18 au 15/01/19

    Mon père est une véritable découverte, brute et colorée. Le titre français, si classique, ne lui rend pas vraiment justice. Mais il est vrai que le titre original, littéralement « Retable », serait resté nébuleux et peu évocateur pour un public non péruvien. Ici, dans les campagnes reculées des Andes, l’artisanat du retable, que notre regard occidental considèrerait tout au plus comme un art populaire naïf, est une véritable institution ancestrale. Les meilleurs maîtres artisans sont vénérés com... (lire la suite)


  • Soirée exceptionnelle le jeudi 3 janvier en compagnie de Michel Flandrin, critique de cinéma et spécialiste du genre.
    On se retrouve à 18h00 on commence par Halloween puis à 21h15 on poursuit avec New York 1997. Entre les deux, vous pourrez discuter du maître de l’horreur avec Michel Flandrin, manger des lasagnes aux légumes de saison et boire un verre de vin au restaurant. Pour ces deux projections : 8 euros (+10€ si vous voulez manger). Achetez vos places et repas à partir du jeudi 20 décembre (vous pouvez tout à fait ne voir qu’un seul film aux tarifs habituels... mais ce serait bien dommage).

    NEW YORK 1997

    Du 22/12/18 au 14/01/19

    En 1997 – un futur qui paraissait lointain en 1981 ! –, Manhattan est devenu une immense prison-ghetto où vivent, en micro-société, trois millions de prisonniers. Victime d’un attentat, l’avion du Président des États-Unis s’écrase en plein Manhattan avec des documents ultra-secrets. Autant dire que ça craint et qu'il faut le tirer de là coûte que coûte. Snake, un dangereux criminel, est chargé, en échange de sa grâce, de partir à la recherche du Président. Parachuté dans Manhattan, il dispose ... (lire la suite)


  • Soirée exceptionnelle le jeudi 3 janvier en compagnie de Michel Flandrin, critique de cinéma et spécialiste du genre.
    On se retrouve à 18h00 on commence par Halloween puis à 21h15 on poursuit avec New York 1997. Entre les deux, vous pourrez discuter du maître de l’horreur avec Michel Flandrin, manger des lasagnes aux légumes de saison et boire un verre de vin au restaurant. Pour ces deux projections : 8 euros (+10€ si vous voulez manger). Achetez vos places et repas à partir du jeudi 20 décembre (vous pouvez tout à fait ne voir qu’un seul film aux tarifs habituels... mais ce serait bien dommage).

    HALLOWEEN

    Du 23/12/18 au 14/01/19

    Nuit d'Halloween, 1963. Un jeune garçon, Michael Myers, épie sa sœur aînée et son boyfriend qui s'apprêtent à commettre l'acte de chair. Le petit ami s'éloigne un court moment, Michael en profite pour trucider sa sœur avec un couteau à découper. Slash ! On est cueilli d'entrée. Nuit d'Halloween, quinze ans plus tard. Une clinique psychiatrique sinistre dans un coin perdu, battue par la pluie. Un psychiatre, le Docteur Loomis, qui le suit depuis des années, vient confirmer l'internement à vie de... (lire la suite)


  • EN AVANT-PREMIÈRE LE 24 DÉCEMBRE À 20H00 !
    Vous avez les boules de Noël, vous vous enguirlandez en famille, la bûche vous reste sur l’estomac et de toute façon vous n’avez pas de cheminée ? Venez donc au cinéma !!!
    Cette année, très belle et fraîche avant-première du premier film de Judith Davis. Une comédie joyeuse, fougueuse et énergique, joli remède à la mélancolie !
    Il sortira dans nos salles à partir du 6 février. Vente des places à partir du 14 décembre. Après la séance on se régale de pain d’épices et de vin chaud.

    TOUT CE QU'IL ME RESTE DE LA RÉVOLUTION

    Du 24/12/18 au 24/12/18

    Angèle, silhouette rousse d’éternelle révoltée, est de celles qui n’abdiquent jamais. Son dessin favori est sans doute ce doigt d’honneur qu’elle placarde sur les distributeurs de billets, les publicités débiles ou sexistes. Ça ne change pas la face du monde, mais qu’est-ce que ça fait du bien, cette modeste contestation du quotidien ! Sa colère légitime l’aide à se tenir droite dans les pire moments, elle en fait son carburant. Ce qui triomphe, c’est la force vitale, la joie en tant qu’éner... (lire la suite)


  • Place donc au dernier film de Denys Arcand !En avant-première le 31 décembre à 18h00
    Il clôt sa trilogie initiée avec Le Déclin de l’empire américain (1986) et Les Invasions barbares (2003). Mais pas besoin d’avoir vu ceux-ci pour apprécier ce nouvel opus. Un film somme, où l’on retrouve ses thèmes de prédilection et son sens du dialogue pour faire ce qu’il sait faire de mieux : s’en prendre au système. Vente des places à partir du 20 décembre.

    LA CHUTE DE L’EMPIRE AMÉRICAIN

    Du 31/12/18 au 31/12/18

    Nous faire pouffer de rire sur ce monde désespérant ! C’est une fois de plus le pari réussi de Denys Arcand ! Le constat est tout aussi sévère que dans les précédents film de cette presque trilogie, Le Déclin de l’empire américain et Les Invasions barbares. L’empire américain décidément s’effondre et bien mal avisés sont ceux qui continuent de penser « Jusqu’ici tout va bien ! » alors qu’il les entraîne avec lui dans sa course folle et que le sol se rapproche inexorablement ! Ce n’est pas en fai... (lire la suite)


  • Nous profitons de la sortie de A bread factory, part 2 : un petit coin de paradis pour programmer à nouveau A bread factory, part 1 : ce qui nous unit afin que vous puissiez enchaîner les deux parties avec une belle pause entre les deux séances (8 euros pour les deux films à la suite).
    Dimanche 6/01 partie 1 à 10h00 suivie de la partie 2 à 14h30
    Dimanche 13/01 partie 1 à 10h30 suivie de la partie 2 à 13h50

    A BREAD FACTORY, Part 2 : UN PETIT COIN DE PARADIS

    Du 02/01/19 au 15/01/19

    Après une première partie où Patrick Wang étonnait par son sens de la comédie, jusque-là inédit dans son cinéma, Un petit coin de paradis ne cesse de nous surprendre. Le réalisateur y joue avec les genres, réinvente la narration et prend le parti de la fantaisie. La ville entière devient une scène où chaque personnage cherche à jouer son rôle – sous l’œil inquisiteur des téléphones portables, solidement attachés à leurs indispensables « perches à selfies ». Le film ainsi se dérobe et s’échappe, ... (lire la suite)


  • La Clé des champs vous donne rendez-vous, mardi 15 janvier à 20h15,
    pour une discussion après la projection animée par Jacques Mancuso, professeur.

    QUI A TUÉ LADY WINSLEY ?

    Du 02/01/19 au 22/01/19

    Parmi les films de Hiner Saleem, on retiendra tout particulièrement le dernier en date, le savoureux My sweet pepper land (disponible en Vidéo en Poche !), qui était une sorte de western revisité. Cette fois le réalisateur vient taquiner le polar façon Agatha Christie. Avec la même verve, la même fougue, le même sens de la dérision. Autant de qualités indispensables quand on est né comme lui dans le Kurdistan irakien et qu’on a dû le fuir à l’âge de 17 ans. Les gags à répétition, les situations... (lire la suite)


  • Nous recevrons, pour la séance de Dovlatov du lundi 7 janvier à 18h15, Joël Chapron, responsable des pays d’Europe Centrale et Orientale à Unifrance (organisme chargé de la promotion du cinéma francais dans le monde). Il est également le rédacteur des sous-titres d’un grand nombre de films russes (Les sous-titres de Leto, c’est lui !) et d’un grand nombre d’interviews de cinéastes. Séance supplémentaire le samedi 12/01 à 10h15.

    DOVLATOV

    Du 07/01/19 au 12/01/19

    Présenté lors de l’hiver 2017 à la Berlinale, ­Dov­latov est comme le pendant enneigé et angoissé du très solaire Leto (l’été), de Kirill Serebrennikov. Là où Serebrennikov célébrait l’éclosion d’une génération, celle qui allait vivre la fin du système soviétique, le film d’Alexeï Guerman Jr accompagne les aînés des jeunes rockeurs de Leto à ­l’entrée de la dernière glaciation ­politique, en 1971, sous la houlette de l’un des héros de ce temps, l’écrivain Sergueï ­Dovlatov. Plutôt que d’embra... (lire la suite)


  • Séance unique le mardi 8 janvier à 20h00, en partenariat avec Contraluz. La séance sera suivie d’une rencontre avec Maria Carrillo, enseignante à l’université d’Avignon, spécialiste de civilisation latino-américaine. Vente des places à partir du 29 décembre.

    GUANTANAMERA

    Du 08/01/19 au 08/01/19

    C’est un film à multiples facettes : road-movie, comédie funéraire et romantique, farce politique, Guantanamera mêle habilement le grave et le léger, le désarroi et la cocasserie – comme avant lui Avanti ! de Billy Wilder et Adieu Berthe de Bruno Podalydès, autres comédies construites autour d’un enterrement rocambolesque. Ici, une tante amoureuse, ancienne cantatrice à succès, rend l’âme et embarque ses proches (et moins proches) dans un voyage chaotique pour accompagner sa dépouille dans un ci... (lire la suite)


  • En collaboration avec Miradas Hispanas, la séance du vendredi 11 janvier à 20h10 sera suivie d’une rencontre avec des membres de l’association.

    L'ANGE

    Du 09/01/19 au 22/01/19

    Lucifer était beau, on l’oublie trop souvent. Dans un monde qui s’entête à ne jurer que par les apparences, c'est souvent la laideur qui paraît suspecte. Pourtant… Buenos Aires, 1971. Carlitos est un fils de bonne famille, bien éduqué, presque timide. Le soir il rentre vite à la maison, impatient de manger les bons petits plats de maman. C'est l'enfant unique idéal, sur lequel repose la confiance absolue de ses parents. Il n’a aucune patte blanche à montrer pour qu’on lui accorde spontanément ... (lire la suite)


  • En collaboration avec l’AFIA, la séance du mercredi 9 janvier à 19h45 sera suivie d’une discussion avec Paule Baisnée, enseignante de cinéma et spécialiste de cinéma italien.

    L’ENFER DANS LA VILLE

    Du 09/01/19 au 22/01/19

    Ici les femmes ont le verbe haut, le geste preste, d’autant quand elles se cherchent, se provoquent. Leurs accents ensoleillés nous renvoient des images de ribambelles de mioches, de guirlandes de nippes bariolées qui virevoltent sur d’immenses cordes à linge suspendues dans les ruelles étroites. Nul doute, nous sommes en Italie, celle du dessous des cartes, celle des geôles cachées. Ici les femmes ont la parole tendre quand elles fondent comme des midinettes oubliant un vague instant leurs mani... (lire la suite)


  • Jeudi 10 janvier à 18h00 Rencontre avec Barbara Balzerani auteure du livre Camarade Lune (édité chez Cambourakis).

    CAMARADE LUNE

    Du 10/01/19 au 10/01/19

    Camarade lune, une autobiographie de Barbara Balzerani, membre stratégique des Brigades Rouges, incarcérée pendant plus de 20 ans, revient sur toute une vie de lutte ouvrière et insurrectionnelle. Cette présentation sera précédée par un film de 30 minutes dans lequel Barbara Balzerani parcourt à nouveau, dans une interview alors qu’elle est encore en prison, les motivations qui l’ont conduite à effectuer ce choix. Elle a occupé un poste stratégique au sein des Brigades Rouges. Dans l’e... (lire la suite)


  • Séance unique le mercredi 16 janvier à 20h30
    En collaboration avec l’association Serpsy (Soins et Études en Psychatrie) la projection sera suivie d’une discussion avec Julie Cubells, Léa Martinez, Madeleine et Dominique Friard, infirmier(e)s en psychiatrie.

    SHOCK CORRIDOR

    Du 16/01/19 au 16/01/19

    « Un film est un champ de bataille : amour, haine, violence, action, mort, en un mot émotion », déclame Samuel Fuller dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard. Avec son casque de cheveux blancs et ses gros cigares, nous l’avons aperçu dans de nombreux films d’auteurs européens (de Godard à Kaurismaki), mais peut-être avons-nous oublié ses films... C’est sûr, Samuel Fuller est sans doute le plus compliqué, le plus énigmatique des cinéastes de l’après guerre. Fortement inspirée de son expérience p... (lire la suite)


  • Séance unique le jeudi 17 janvier à 18h15.
    En collaboration avec Le Musée Angladon – Collection Jacques Doucet, la projection sera suivie d’une discussion avec Lauren Laz, directrice du musée. Lauren Laz présentera en première partie les six tableaux de Picasso, propriété du musée Angladon. Vente des places à partir du 2 janvier.

    LE MYSTÈRE PICASSO

    Du 17/01/19 au 17/01/19

    Henri-Georges Clouzot décide de filmer le peintre Pablo Picasso au travail. Dans les studios de la Victorine à Nice, le peintre, âgé de 72 ans, se met devant son chevalet. Grâce à des encres spéciales venues des États-Unis, les dessins du maître espagnol apparaissent directement à l’écran, mais changent, évoluent et les coqs se métamorphosent parfois en poissons ou en fleurs. Picasso peint des corridas, des toréadors et accepte de réaliser une œuvre en moins de cinq minutes pour Clouzot. C’est... (lire la suite)


  • En collaboration avec Le Point de Capiton. Séance unique le samedi 19 janvier à 10h30. La projection sera suivie d’un débat animé par Simone Molina, psychanalyste et des membres du Point de Capiton.

    TRADUIRE

    Du 19/01/19 au 19/01/19

    Première femme à être reconnue comme directrice de la photographie par le Centre National de la Cinématographie, Nurith Aviv a fait l’image d’une centaine de films de fiction et de documentaires (pour Agnès Varda, Amos Gitaï ou encore Jacques Doillon). Passé à la réalisation en 1989, elle a réalisée quatorze films documentaires qui mettent en scène une langue, l’hébreu, et l’interroge sous divers angles poétique et politique, religieux et profane Dernier volet d’une trilogie, Traduire est une ... (lire la suite)