Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux apparais...

Séances bébé
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

LA GAZETTE SUR VOS ECRANS
Bonjour à vousPlus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle——-Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand rectangle.Plus commode : vous pouvez également ...

TWAVOX
Les salles 1 et 2 de La Manutention, ainsi que notre salle République sont maintenant accessibles aux personnes avec handicap visuel et/ou auditif, grâce à la solution Twavox.La particularité de l’application Twavox (créée et developpée par Joseph Zira, lui-même malentendant) est de vous permett...

UTOPIA TOULOUSE DEVIENT L’AMERICAN COSMOGRAPH
C’est vraiment très chouette de la part de l’équipe d’Utopia Avignon de nous laisser cet espace pour vous raconter un peu ce qui se passe du côté de Toulouse… Un Utopia y prend son indépendance, ça n’arrive pas tous les jours !Pour la petite histoire, Utopia est arrivé à Toulouse en 1993 en ache...

SÉANCES SCOLAIRES À LA CARTE : Contactez-nous au 04 90 82 65 36.

  • LA RONDE DES COULEURS

    À partir de 3 ans — Au fil des saisons, sur le pelage des animaux, ou encore dans une boite de crayons, les couleurs sont partout ! Même la musique a ses couleurs ! Un programme de courts-métrages qui fera découvrir aux plus petits un univers bariolé et bigarré. Looks, Le Petit Lynx gris (Susann Hoffmann, Allemagne, 3min14s) : un petit lynx gris a bien du mal à trouver sa place parmi ses camarades aux couleurs chatoyantes. Mais, contre les moqueries, il va trouver une parade pleine de gentillesse et être ainsi a... (lire la suite)

  • LA GUERRE DES BOUTONS

    À partir de 7 ans — Le seul, le vrai, l'unique La Guerre des boutons ! Celui d’Yves Robert, celui en noir et blanc qui est devenu, par la seule force de sa générosité et de sa malice chaleureuse, une des oeuvres les plus populaires du cinéma français. C’est une guerre sans merci bien que sans militaires, entre deux clans de deux petits villages de la France profonde. Une drôle de guerre pour rire dont les fantassins sont des gamins délurés, une guerilla pas meurtrière pour deux sous, qui mutile non pas ... (lire la suite)

  • LA JEUNE FILLE ET SON AIGLE

    À partir de 8 ans — Bon, la musique est parfois un chouia envahissante, je vous le concède… mais bon sang de bonsoir que les images sont belles ! Et grandioses et somptueux les paysages de l’Altaï mongol : à perte de vue, ce ne sont que plaines perchées entre des sommets enneigés et arides avec, au cœur de cette immensité, quelques yourtes qui fument… Sans ce décor d’une ampleur à vous couper le souffle, les hommes, depuis plus de mille ans, dressent les aigles royaux, seuls êtres vivants qui osent regarder le sole... (lire la suite)

  • MISTER UNIVERSO

    À partir de 10 ans — Il vous en souvient peut-être, nous avions il y a quelques années défendu avec enthousiasme le film singulier d’un couple de réalisateurs non moins singuliers : La Pivellina, des italo-autrichiens Tizza Covi et Rainer Frimmel. Un film délicieux et troublant parce qu’entre réalité et fiction (les comédiens n’en étaient pas vraiment, ils jouaient leur propre rôle, même si l’histoire était écrite), il montrait un monde parfaitement méconnu, celui des petits cirques itinérants, qui posent... (lire la suite)