Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ATELIER Chroniques Cinéma Utopia
Le cinéma Utopia d’Avignon accueille des collégiens pour la projection d’un film et leurs propose, sur plusieurs séances dans leur établissement, de réfléchir sur ce film et de poser les bases de la chronique audio qu’ils enregistrent à l’issue de l’atelier. Ce travail ...

UNE LIBRAIRIE PEUT DISPARAÎTRE
C’était, il y a quelques mois, la librairie L’Eau vive, librairie jeunesse que nous vous conseillons fortement, a failli fermer définitivement ses portes dans  l’intramuros. Aujourd’hui, toujours dans l’intramuros, c’est autour de la librairie Holstein d’être à l’article de la mort et qui vous d...

Séances bébé
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux apparais...

POUR ÊTRE À L’HEURE À UTOPIA : places de parking
   PARKING PIOT : horaire de la navette de la Porte de l’Oulle à l’Île Piot. Lundi au samedi et dans les deux sens, sauf jours fériés, premier départ vers 7h20 et dernier vers 20h20 toutes les 10 minutes environ.PARKING DES ITALIENS : horaires de la navette (aller-retour gratuit au départ d...

  • 120 BATTEMENTS PAR MINUTE

    C'est un film à la fois énergique et bouleversant qui raconte – sachant que le réalisateur et le co-scénariste furent partie prenante de l'histoire – ce que fut l'aventure d'Act-Up, cette association née au début des années 1990 pour défendre les droits et la visibilité des personnes atteintes du virus du Sida. L'aventure intense d'une bande de jeunes garçons et filles tous unis contre une maladie mortelle inconnue, apparue à la fin des années 80 et qui devait décimer en une décennie toute une p... (lire la suite)

  • ADAMA

    C’est un pari magnifique, presque insensé dans le monde souvent formaté du film d’animation. Le pari d’un conte initiatique qui s’enracine dans l’une des pages d’Histoire les plus dramatiques du monde occidental moderne, mais à hauteur d’enfant. Le pari d’un récit au fil d’un extraordinaire voyage qui va des grands plateaux africains aux tranchées de Verdun. Le pari d’une animation aux mille et un visages, qui a su prendre le meilleur des techniques anciennes ou dernier cri sans perdre ni son âm... (lire la suite)

  • ADIEU MANDALAY

    Notre ethnocentrisme naturel nous pousse naturellement à voir la crise migratoire tant médiatisée sous l'angle unique d'un Occident qui serait assailli par des hordes de milliers voire de millions de femmes et d'hommes venus des pays du Sud et de l'Est. L'occidental a tendance à oublier sur le sujet deux petites choses : que les hommes, de tous temps et depuis le début des grandes civilisations, ont migré au gré des guerres, des conquêtes, des catastrophes climatiques, économiques ou des crises ... (lire la suite)

  • AFRIQUE, LA PENSÉE EN MOUVEMENT

    Révélé à Cannes en 1992 avec Quartier Mozart, Jean-Pierre Bekolo bouscule les stéréotypes sur l’Afrique et le cinéma africain. Afrique, la pensée critique en mouvement, relate Les Ateliers de la pensée : un colloque qui, à l’initiative d’Achille Mbembe et Felwine Sarr, a réuni en octobre 2016 à Dakar et à Saint-Louis une vingtaine d’intellectuels et artistes du continent africain afin, comme le dit Felwine Sarr, de faire éclore un penser-ensemble, dans sa diversité et ses tensions, autour des qu... (lire la suite)

  • AUJOURD'HUI

    « Par ici, il arrive que la mort prévienne de sa venue. » Le carton en ouverture installe ce qui va arriver au personnage principal, Satché, sous le signe d’une fatalité imminente et d’une croyance archaïque. Les yeux s’ouvrent sur le dernier matin. Satché se lève, met la chemise rouge qui sera comme le costume d’apparat de son ultime voyage dans le monde, son monde. La famille est là, elle respecte les rituels, exprime son émotion face à la disparition prochaine de cet homme jeune, beau, en pl... (lire la suite)

  • AVANT LA FIN DE L'ÉTÉ

    Un film comme une virée en stop sur la route des vacances, un road-movie solaire et nonchalant aux côtés d'un trio épatant de naturel et de sincérité, une épopée ordinaire et fraternelle qui distille une poésie discrète et une chaleur humaine réconfortante. Ils sont trois amis iraniens trentenaires, exilés et installés en France depuis quelques années… Le film s’ouvre sur la silhouette imposante de l’un d’eux, qui a décidé de rentrer au pays dans quelques jours après plusieurs années d’étude. S... (lire la suite)

  • AYA DE YOPOUGON

    Marguerite Abouet a passé son enfance en Côte d’Ivoire dans les années 70 et, jeune auteure fraîchement débarquée en France, s’est inspirée des aventures de ses grandes sœurs et cousines pour raconter la vie drôle et trépidante du quartier de Yopougon. Entre histoires d’amour rocambolesques et fêtes tous les soirs dans les maquis, ces petits restaurants-dancings où l’on boit et danse jusqu’au bout de la nuit ; histoires de papas un peu volages, avec cette propension des garçons ivoiriens à aimer... (lire la suite)

  • DUNKERQUE

    Nous n'avons pas pu voir le film de Christopher Nolan, qui ne sera dévoilé que très peu de temps avant sa sortie. Si nous avons décidé de le programmer – alors même que les précédentes super-productions du réalisateur britannique (films fantastiques et de science-fiction principalement) nous avaient paru peu adaptées à nos modestes salles – c'est que les premières informations et les premières images diffusées laissent espérer un grand film historique, extrêmement documenté et réaliste, sur un é... (lire la suite)

  • EMBRASSE-MOI

    Mais que voilà une comédie enlevée, fine, radicalement optimiste, beaucoup moins anecdotique qu'elle n'en a l'air – et qui va vous combler d'aise, vous qui râlez de ne voir sur nos écrans que des films « qui broient du noir » ! Qui plus est, et comme son titre le laisse aisément deviner, Embrasse-moi est une comédie romantique, une vraie, une pure, taillée sur mesure, qui respecte à la lettre les canons du genre tout en en réinventant malicieusement les recettes éprouvées. Et qui va, on en fait ... (lire la suite)

  • ÉTÉ 93

    Frida, c'est une petite bouille ronde et grave sous une tignasse toute bouclée. Une de ces petites figures craquantes du grand écran dont on se souvient longtemps. Pour Frida, cet été-là va devenir un nouveau commencement, mais aussi la fin de quelque chose… Il fait beau. Elle part rejoindre son oncle Esteve et sa tante Marga dans un coin de campagne luxuriant, où le soleil planqué derrière les montagnes tarde à pointer son nez le matin et s'enfuit trop tôt le soir. La luminosité y est d'autant... (lire la suite)

  • EXAMEN D'ÉTAT

    Ce film raconte le parcours d’un groupe de lycéens congolais qui vont passer leur Examen d’État, l’équivalent du baccalauréat français, à Kisangani, République Démocratique du Congo. La caméra de Dieudo Hamadi filme ces élèves au plus près, tout au long de leur préparation, depuis les bancs de l’école aux salles d’études que l’on appelle maquis où ils se retrouvent pour réviser, jusque dans les rues de la ville. Alors qu’ils sont confrontés à un système éducatif public corrompu et injuste, in... (lire la suite)

  • FINDING FELA !

    Fela Anikulapo Kuti naît en 1938 au Nigéria. Durant toute sa vie, il s’est insurgé contre le système politique, la dictature et le capitalisme prégnant dans son pays qui n’ont fait que perpétrer la misère en accentuant la pauvreté. Celui qu’on a surnommé le «Black President» est vite devenu le porte-parole de toute une génération à travers une musique engagée : l’afrobeat. Sa conscience politique est née très tôt, dans une famille qui a eu un rôle important dans le Nigéria postcolonial. Mais e... (lire la suite)

  • I AM NOT MADAME BOVARY

    Elle est la petite fissure qui menace l’édifice, le caillou dans la botte de l’administration chinoise. Elle s’appelle Li Xuelin et n’est qu’une modeste villageoise. À travers son combat, restitué dans une narration stylisée et audacieuse, c’est une satire politique tragicomique de la Chine actuelle que nous propose cet étonnant I am not Madame Bovary. On y suit le combat kafkaïen que livre Li Xuelin contre la bureaucratie chinoise afin que justice lui soit rendue. Le motif : une broutille d’his... (lire la suite)

  • L’APPRENTI SPECTATEUR

    Le quotidien d’Arthur, apprenti en hôtellerie-restauration en Normandie, se partage entre la réception de l’hôtel où il travaille, ses cours au centre de formation et ses soirées devant la télévision.  L’été 2016, un dispositif d’éducation populaire lui propose de participer à un parcours de spectateur de cinq jours au festival d’Avignon. Arthur ne connaît pas « le monde » du théâtre mais accepte, avec enthousiasme, cette nouvelle expérience. Une fois entre les murs de la ville-spectacle, il va ... (lire la suite)

  • L’AVENTURE THÉÂTRALE

    L’aventure théâtrale retrace l’extraordinaire aventure de la décentralisation théâtrale initiée après la Seconde Guerre mondiale. Daniel Cling va à la rencontre des grandes figures qui ont fait l’histoire de la décentralisation, des lieux qui l’ont vue se développer. Les entretiens sont vivants et courts : des metteurs en scène, des comédiens, des images d’époque formidables (l’épicière du village de Rochetaillée où les comédiens de Saint-Etienne allait s’approvisionner, le car de la Comédie de ... (lire la suite)

  • L’EMPIRE DES SENS

    L'un des plus beaux films d'amour de l'Histoire du cinéma. D'amour et de sexe. Donc pas d'amour violons, couchers de soleil sur l'océan, sentiments éternels et beaucoup d'enfants en guise de happy end. Non, l'amour absolu, au-delà de la passion, au-delà de la raison, aux frontières de la folie. Nagisa Oshima s'est inspiré d'un fait divers réel pour nous conter la passion de Sada la petite geisha et Kichizo son patron, dans les quartiers boureois du Tokyo de 1936. Ils sont les héros d'une histoir... (lire la suite)

  • LA JEUNE FILLE SANS MAINS

    Le froufrou du vent qui secoue le linge en train de sécher, la fraîcheur de l’eau qui ruisselle sur les corps, la douceur des mains qui frottent inlassablement le linge, l’odeur du bois que l’on fend… En quelques traits minimalistes, voilà un océan de sensualité qui s’ouvre à nous. C’est toute la magie de ce magnifique film d’animation atypique où tout est suggéré à la façon de certaines estampes à l’encre de chine. La maestria du dessin est enchanteresse : l’image se fait vibrante, le trait ter... (lire la suite)

  • LA LIGNE DE COULEUR

    Onze personnes, hommes et femmes, citoyens français de culture française, perçues comme étant arabes, noires ou asiatiques, s’aventurent dans un récit personnel et singulier. À travers une « lettre filmée » adressée à une personne de leur choix, réelle ou imaginaire, elles évoquent la complexité de cette expérience intime et sociale : vivre dans la France d’aujourd’hui avec cette différence qui les distingue ; croiser régulièrement des regards qui les réduisent à leur « couleur » et aux préjugés... (lire la suite)

  • LA NOIRE DE…

    Diouana est bonne à Dakar pour une famille de coopérants français et finit par s’envoler pleine d’illusions en compagnie de ses employés en direction de la France. La France que Diouana connaît est celle d’un espace ouvert aux promesses et aux rêves, ceux qui s’étalent sur les pages glacées des magazines. Mais tout cela sera de courte durée, car à peine arrivée en France, elle déchante. Entre le racisme décomplexé de Madame et Monsieur, surfant entre paternalisme et humiliation avec une aisanc... (lire la suite)

  • LA PETITE VENDEUSE DE SOLEIL précédé de MADAGASCAR, CARNET DE VOYAGE

    MADAGASCAR, CARNET DE VOYAGE Ecrit et réalisé par Bastien DUBOIS France 2009 12mn POUR LES ENFANTS À PARTIR DE 8 ANS. Bastien Dubois a construit son court métrage comme un carnet de voyage retraçant le parcours d’un voyageur occidental confronté aux différentes coutumes de Madagascar. Les pages du carnet se tournent, puis les dessins s’animent, nous parcourons des paysages luxuriants avant d’être initiés à la culture malgache… Madagascar, carnets de voyages, film d’une inventivité remar... (lire la suite)

  • LA TORTUE ROUGE

    C’est un film sans paroles mais peuplé de sons, de musique et des bruits de la vie. Un film qui s’adresse à tous, adultes, adolescents et enfants pas trop petits, un film qui vous transporte ailleurs, dans un univers fait d’invention, de sérénité et de poésie. De l’invention et de la poésie, il y a en a dans chaque plan de La Tortue rouge… Une invention subtile, tout en douceur, mais qui sait aussi être spectaculaire, une poésie simple, minimaliste, aussi évidente que le trait d’encre noire port... (lire la suite)

  • LE CAIRE CONFIDENTIEL

    Le titre donné par le distributeur français à cet excellent polar entièrement tourné au Caire est tout sauf anodin et particulièrement bien choisi : les amateurs du genre pensent immédiatement à L.A. Confidential de James Ellroy et à son adaptation cinématographique très réussie, dont l'intrigue policière était indissociable de la radiographie sans complaisance du Los Angeles rutilant et pourri des années 50, gangréné par la violence, le racisme, l'anti-communisme et la corruption. Ici c'est Le ... (lire la suite)

  • LE JEUNE KARL MARX

    1844. De toute part, dans une Europe en ébullition, les ouvriers, premières victimes de la « Révolution industrielle », cherchent à s’organiser devant un « capital » effréné qui dévore tout sur son passage. En Allemagne, une opposition intellectuelle fortement réprimée est en pleine effervescence. En France, les ouvriers du Faubourg Saint-Antoine, levain de toutes les révolutions, se sont remis en marche. En Angleterre aussi, le peuple est dans la rue, mais là il ne s’agit plus seulement de renv... (lire la suite)

  • LE MONDE PERDU

    Riche d’une carrière de plus de dix ans dans le circuit jazz, Ozma s’est engagé depuis 2010 dans une démarche de décloisonnement des champs artistiques : ciné-concerts, photo-concerts et créations avec des artistes issus d’autres cultures. Pour ce ciné-concert, le quatuor dépoussière à l’aide d’une bande sonore actuelle, touchante et rafraîchissante ce chef d’œuvre du cinéma muet , premier « dino-film » de l’histoire du cinéma : Le Monde Perdu de 1925 de Harry O. Hoyt, porté par les création... (lire la suite)

  • LE PRÉSIDENT

    Un beau matin, la capitale camerounaise se réveille privée de celui qui dirigeait l’État depuis quarante-deux ans.... Enlèvement ? Assassinat ? Sorcellerie ? Non : le président s’est évadé à bord de sa berline vers les profondeurs du pays, redécouvrant la nature sauvage, la cuisine de brousse et un peuple dont il s’est coupé mais aussi les conséquences désastreuses d’un trop long règne sur son pays. Cette disparition mystérieuse du président amorce une guerre de succession entre les différ... (lire la suite)

  • LE PROJET DU TRADUCTEUR

    « Mon métier, c’est le théâtre ! » La passion de la scène a amené Pietro Pizzuti, homme de théâtre italo-belge, à traduire en français des textes d’auteurs italiens actuels. Ses nombreuses traductions sont publiées aux éditions de L’Arche. Avec son allure de Pierrot solaire, Pizzuti nous montre combien la traduction théâtrale est une activité à la fois complexe et jubilatoire. La chair du texte, sa gestuelle implicite et son indispensable sonorité imposent que le traducteur s’immerge dans l’œuv... (lire la suite)

  • MAMAN COLONELLE

    La Colonelle Honorine travaille au sein de la police congolaise où elle est chargée de la protection des enfants et de la lutte contre les violences sexuelles. Alors qu’elle travaille depuis 15 ans à Bukavu, à l’est de la République Démocratique du Congo, elle s’apprête à faire ses adieux à une population de femmes et d’enfants désemparée qu’elle soit mutée à Kisangani. Sur place elle se trouve face à de nouveaux enjeux. Maman Colonelle découvre les séquelles de la « Guerre des Six Jours » qu... (lire la suite)

  • O KA (notre maison)

    Le cinéaste malien Souleymane Cissé a été le premier cinéaste africain à avoir été primé au Festival de Cannes en 1987; il y obtient le Prix Spécial du Jury pour son film Yeelen. Avec O Ka présenté à Cannes en 2015, cette grande figure tranquille du cinéma malien signe un film-journal autobiographique qui tente de retrouver les voix, les souvenirs d’une enfance aimée dans la cour familiale. À cheval entre le documentaire et la fiction, le cinéaste, fort de son grand âge, se met en devoir d’a... (lire la suite)

  • ON THE MILKY ROAD

    « Ce film est basé sur trois histoires vraies et beaucoup de fantaisie »… Ainsi débute un film baroque qui tangue entre guerre, paix… et amour. Un film débordant de vie, de fantaisie, où les animaux sont intelligents et interviennent dans la vie des hommes. Kusturica, qui tient pour la première fois le rôle principal dans un de ses films, y est un laitier qui traverse chaque jour une guerre furieuse et absurde pour livrer sa production à un camp militaire, déjouant les tirs de balles et de mor... (lire la suite)

  • THE SQUARE

    Dans la lignée de Snow Therapy, le film aussi troublant que jubilatoire qui nous a fait découvrir début 2015 le réalisateur suédois Ruben Östlund, The Square est une fable contemporaine grinçante, une satire sociale et culturelle d'une férocité délicieuse. Une sorte d'opération de dissection raffinée et hilarante qui s'en va trifouiller dans le dédale des mauvaises consciences de notre époque moderne. Sa lucidité ravageuse pourrait s'appliquer à n'importe quelle société opulente quand bien même ... (lire la suite)

  • TIMBUKTU

    Une étendue de sable ocre inondée d’une lumière chaude et dorée... Paysage d’une beauté tranquille, comme une image de la paix... Légère, bondissante, cavale une gazelle agile. Elle fuit ce monstre disproportionné, ce gros quatre-quatre et ses occupants armés jusqu’aux dents qui commencent à tirer... « Ne la tuez-pas, fatiguez-là ! » ordonne l’un d’entre eux. Pourquoi ? Jeu inéquitable ? Petite joie cruelle ? Quelle gloire remporte le fort à vaincre ainsi le plus faible, désarmé ?... (lire la suite)

  • TRANSFIGURATION

    On est d’abord frappé par le comédien principal, Eric Ruffin, jeune et noir. Son corps râblé, ses yeux et son visage ronds, son regard désaffecté, son style économe et introverti impriment d’emblée l’écran. Il est ici Milo, un jeune vivant avec son grand frère (les parents sont décédés) dans une banlieue ghetto. A l’évidence, Milo est différent : il n’a pas de copains, se fait chahuter par la bande qui traîne en bas de chez lui, semble ne rien ressentir à un âge où, « normalement », les hormone... (lire la suite)

  • UN VENT DE LIBERTÉ

    Un voile de pollution grise envahit Téhéran, étouffant, tout particulièrement les jours où les couches d'air frais et d'air chaud s'inversent. C'était d'ailleurs le titre original du film : Inversion, un titre peu évocateur reconnaissons-le, surtout pour qui ne connaît pas le phénomène. Une brume chaude et grise vous prend alors à la gorge, vous toussez, vous avez du mal à respirer, les fragiles ont consigne de se calfeutrer chez eux, les écoles ferment… Pourtant la vie continue. Au bout de quel... (lire la suite)

  • UNE FEMME FANTASTIQUE

    Elle est d'une beauté particulière. On ne sait même pas dire si elle est vraiment belle, mais ce qui est sûr c'est qu'elle accroche le regard et le retient, probablement parce qu'émane d'elle un charme singulier, une sorte de présence intense et vaguement mélancolique qui interpelle : on sait d'emblée qu'elle n'est pas banale. Marina chante dans un bar, là encore sans qu'on sache pourquoi on est sensible à cette voix un poil imparfaite et pourtant superbe. Un homme, la cinquantaine, d'une belle ... (lire la suite)

  • WRONG ELEMENTS

    Dans son roman Les Bienveillantes, Jonathan Littell interrogeait la responsabilité individuelle face au mal à travers le portrait d’un officier nazi. La question hante également le premier documentaire de l’écrivain-journaliste, mais avec une acuité plus terrible encore. Car les « bourreaux » de Wrong elements ont commis leurs exactions quand ils étaient adolescents... A partir de 1989, dans l’Ouganda ravagé par la guerre civile, le mouvement rebelle Lord’s Resistance Army (l’Armée de... (lire la suite)