Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

LES LENDEMAINS

Bénédicte PAGNOT - France 2013 1h51mn - avec Pauline Parigot, Pauline Acquart, Louise Szpindel, Victor Guillemot...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES LENDEMAINSLes lendemains n'ont pas l'air de trop vouloir chanter pour les deux adolescentes qui viennent de passer leur bac dans cette petite bourgade de Bretagne… Audrey et Nanou : l'une a réussi, l'autre pas et ce résultat va les séparer, elles qui ne se lâchaient pas d'un pouce, se confiaient leurs moindres états d'âme. C'était sympa la vie, dans le petit pavillon de papa-maman : le barbecue en famille du dimanche, un petit copain en BTS et la complicité avec cette quasi sœur confortait Audrey dans ses limites, rien dans tout ça qui puisse lui donner une ouverture sur le vaste monde. L'espace d'une rentrée tous les repères de la bachelière vont être bouleversés avec son départ pour la fac de Rennes. Sans bourse et sans parents friqués, la solution c'est la « co-loc », comme pour des milliers d'autres. La cohabitation avec Julia la propulse dans un autre milieu : Julia ne manque de rien, et ses parents ont d'autant plus de mal à comprendre qu'elle milite jusqu'à l'obsession dans les mouvements étudiants. Alors ça chauffe parfois à table.

Changer le monde… Jusque là, Audrey n'avait pas trop pensé au monde, bercée par la vision défaitiste de sa mère toute contenue dans la litanie : le monde est injuste, mais ça a toujours été et ce sera toujours… Pas de quoi vous préparer à un affrontement quelconque avec une société dont les rapports se durcissent toujours plus chaque jour.
Côté ancienne vie, c'est la débandade : sa copine renonce à redoubler, chassée par son papa pour cause de grossesse, et son petit copain à elle ne se sent guère à l'aise dans son nouveau milieu et elle même n'est pas sûre de ne pas avoir un peu honte de lui ; son père perd son boulot, son frère lui fait la leçon… Quant à sa nouvelle vie, elle a beaucoup de mal à s'y définir une place : il y a cette incapacité financière à suivre au même niveau que sa co-équipière pour les petits achats bouffe du quotidien, il y a ce garçon qu'elle suivrait bien sur les chemins du militantisme s'il ne la larguait aussi sec après avoir tiré son coup…
Paumée pour paumée, c'est au milieu d'une bande de plus amochés qu'elle se sent encore le moins mal à l'aise, quittant la co-location pour un squat. Rien qui la remette en question, qui la bouscule dans ce microcosme du GRAL, qui occupe une grande maison où tout le monde fait ce qu'il veut sans poser de questions. Les motivations et les histoires des uns et des autres s'empilent sans se réconforter : l'envie de plus de réflexion et d'un projet politique plus construit en titillent certains, tandis que d'autres considèrent qu'avoir choisi de vivre en squat est en soi un geste politique auto-suffisant. Les sorties « militantes » se résument à des prises de bec avec des grévistes CGT de l'entreprise d'à côté : ces pauvres andouilles qui veulent garder leur boulot et continuer à être exploités… Et la bande affiche avec des petits airs supérieurs un rejet global du travail et des luttes traditionnelles : tout repenser, tout changer… sinon rien.
Mais les idées sont un peu courtes, les désirs aussi, la vitalité manque et quand les flics déboulent, ils ont l'air aussi fringants qu'une bande de chiens mouillés. Pas vraiment des redoutables, peuchère… Audrey ne sait pas où elle a envie d'être, elle sait seulement cette révolte sourde, épidermique, qui la pousse à faire un peu n'importe quoi, sans calcul et qui va finir par se retourner contre elle, faute de savoir quoi en faire.

C'est un film qui raconte le monde d'aujourd'hui, et le raconte bien, avec justesse et talent… C'est l'histoire d'une société qui ne sait plus où elle va et dans la débandade générale, ces jeunots-là ont bien du mal à se situer : les rêves ne sont plus ce qu'ils étaient, et il est de plus en plus difficile de trouver par quel bout saisir cette réalité qui vous désespère… Que faire ? Au moment où Bénédicte Pagnot tournait son film, le Dal recensait onze squats à Rennes, rassemblant plus de 300 personnes. Ce film-là ne fait pas rêver, mais il nous regarde, comme Audrey à la fin du film, qui semble nous dire yeux dans les yeux : alors qu'est-ce qu'on fait maintenant, elles sont où, les raisons d'espérer ?