LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

Projection unique mardi 18 novembre à 18H00

Suivie d’une rencontre avec May Wong, militante de l’ONG chinoise Globalization Monitor, et Eric Drezet, ingénieur d’études CNRS et membre du groupe de travail Eco-info, en collaboration avec l’association Peuples solidaires et l’IUP informatique d’Avignon.

TRAVAIL NUMÉRIQUE FAIT MAIN

Produit par PC GLOBAL
Allemagne 27mn VOSTF

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Gomorra, film choc sorti cet été dans nos salles obscures, tire son origine d’un livre éponyme. À travers son récit, on découvre que l’auteur est victime d’un réflexe irrépressible : il ne peut s’empêcher de penser au processus de fabrication de tout ce qui l’entoure. Il faut dire que dans un contexte gangrené par la mafia napolitaine, où la nébuleuse sévit dans tous les secteurs (bâtiment, textile, retraitement des déchets toxiques, agro-alimentaire, transports, etc.), où tout est obtenu par l’asservissement de la population
et accessoirement des institutions et de l’État, où le sang coule même spontanément lorsque la nécessité se fait sentir…
Il semble difficile d’en sortir. Bien souvent nous évitons de nous interroger
sur l’origine de nos achats, une omission salutaire ? Qu’en est-il des ordinateurs vendus sur nos marchés ? Travail numérique fait main propose de
suivre leur parcours. Et quel parcours ! Les grandes marques soucieuses de rentabilité optimale ont délocalisé la production ne conservant dans leur pays d’origine que les secteurs de recherche et développement. Une partie des matières premières est issue des mines de la République Démocratique du Congo (qui n’a de démocratique que le nom soit dit en passant) ou au Chili et sont extraites dans des conditions qu’il reste à éclaircir.
Les pièces sont ensuite assemblées en Chine. La Chine, l’usine du monde.
Le jour où la Chine a basculé d’un socialisme d’État vers un « socialisme de
Marché », les entreprises occidentales se sont bousculées au portillon entraînant dans leur spirale infernale une population en proie à la pauvreté et en quête de rêve de modernité… À l’arrivée, des conditions de travail incontrôlées car le contrat de travail n’existe pas, des journées de douze à quatorze heures, du travail de nuit non rémunéré parfois lors des pics de production, absence d’équipements pour se protéger des substances et produits chimiques dangereux. S’en suivent les accidents de travail et les maladies professionnelles. La rémunération est évidemment loin d’être à la hauteur et les ouvrières vivent dans de véritables cages à lapins.
Les ordinateurs arrivent sur nos marchés pour repartir légalement ou illégalement deux ou trois ans après, déjà considérés comme obsolètes, vers les pays d’Afrique ou d’Asie afin d’y être démantelés et recyclés dans des conditions inhumaines. Quelles solutions pour sortir de ce cercle infernal ?
En savoir plus : www.eco-info.org et www.peuples-solidaires.org

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, réunion le 18 novembre à 15H00 à la MAS, rue Guillaume Puy, plus particulièrement destinée à
provoquer une rencontre entre les élus locaux et les responsables d’achat des mairies en ce qui concerne les jouets pour les crêches et le matériel informatique, avec May Wong (Globalization Monitor), Eric Drezet (Eco-info-CNRS) et Peuples Solidaires.