LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
Nous pouvons organiser des séances à la carte pour vos classes, en matinée. Vous trouverez une liste des films programmables sur notre site internet, rubrique « Jeune public et scolaires »/ “D’AUTRES FILMS POUR LES SCOLAIRES”  Pour les maternelles : Zébulon l...

La Ménardière : un habitat partagé en construction…
À Bérat, à mi-chemin entre l’Ariège et Toulouse, la Ménardière est un beau domaine aux multiples possibilités. Acquis en 2019 par une douzaine de personnes au bord de la retraite qui refusaient le destin peu folichon, que nos sociétés réservent à leurs vieux : ni solution privée au coût e...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

L’ENVOL

Pietro MARCELLO - France 2022 1h40 - avec Raphaël Thiéry, Juliette Rouan Noémie Lvovsky, Louis Garrel, Yolande Moreau... Scénario de Pietro Marcello, Maurizio Braucci, Maud Ameline et Geneviève Brisac, librement adapté du roman Les Voiles écarlates d’Aleksandr Grin.

Du 11/01/23 au 31/01/23

L’ENVOLLes retours de guerre sont toujours difficiles et souvent douloureux, et les films qui les mettent en scène en témoignent… Que l’on pense au très moyen Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne avec Gérard Depardieu ou au génial Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, le constat est le même, quels que soient les époques, les continents ou les conflits : la fracture est patente entre ceux qui reviennent, brisés et déconnectés du monde qu’ils ont abandonné des années auparavant, et ceux qui sont restés au pays. Et se manifestent souvent entre eux une incompréhension, voire des rancœurs impossibles à combler. Dans L’Envol, Raphaël (qui porte le même prénom que son interprète, le marmoréen et impressionnant Raphaël Thiéry, au visage massif et aux mains comme des battoirs) revient cabossé de la Grande Guerre, qui a dépeuplé les villages de leurs hommes durant quatre longues années. Son épouse est morte dans des conditions mystérieuses et Juliette, sa fille toute jeune (là encore, la comédienne Juliette Jouan, belle découverte, porte le même prénom que son personnage), a été recueillie par la veuve Adeline (Noémie Lvovsky), qui accepte d’héberger le solide et taiseux gaillard moyennant sa participation active aux travaux de la ferme. Il s’avère rapidement que Raphaël a de l’or dans les mains, notamment pour le travail du bois, ce qui va lui permettre non seulement d’aider à moult constructions mais aussi de fabriquer de jolis jouets, qu’il va vendre à la ville histoire de gagner quelques sous.
Mais dans le village, Raphaël fait bizarrement l’objet d’une sourde suspicion, si bien qu’un climat hostile et malsain plane autour de lui, alors que le mystère de la mort de sa femme s’épaissit.



Pietro Marcello, à qui l’on doit le magnifique Martin Eden, adaptation du roman d’apprentissage de Jack London, réalise avec L’Envol son premier film en langue française, et propose, en particulier dans la première partie, une belle fresque sociale et psychologique sur cette France rurale brisée par la guerre et qui a bien du mal à se reconstruire alors que s’éloigne le souvenir de la prospérité et que se perdent les réseaux de solidarité qui faisaient le ciment de la communauté.
La deuxième partie du film, qui se déroule une bonne quinzaine d’années plus tard, alors que l’enfant de Raphaël est devenue une belle jeune femme qui attire tous les regards, prend la forme d’un récit d’émancipation, qui flirte étonnamment avec le surnaturel. Juliette, qui a hérité du talent de son père pour le travail du bois, va voir sa vie basculer avec l’arrivée d’un bel aviateur (Louis Garrel), contraint d’atterrir en catastrophe à proximité du village. Avec lui, c’est un amour dévastateur qui vient bouleverser Juliette, en même temps que l’espoir d’un ailleurs, d’un « envol », bien loin des secrets enfouis et de la médiocrité des voisins. Avec sa dimension musicale (Juliette chante encore et encore) et littéraire (on voit Juliette, ce n’est pas un hasard, lire Louise Michel), L’Envol devient alors un vibrant plaidoyer artistique pour la liberté, l’altérité contre la norme sociale qui peut conduire à la négation, au rejet, à l’élimination de tout ce qui peut apparaître comme différent…