LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Crève La Taule 84
@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115%; background: transparent }“On nous dit que les prisons sont surpeuplées. Et si c’était la population qui était suremprisonnée ?” Michel Foucault@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } p { marg...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
Nous pouvons organiser des séances à la carte pour vos classes, en matinée. Vous trouverez une liste des films programmables sur notre site internet, rubrique « Jeune public et scolaires »/ “D’AUTRES FILMS POUR LES SCOLAIRES”  Pour les maternelles : Zébulon l...

La Ménardière : un habitat partagé en construction…
À Bérat, à mi-chemin entre l’Ariège et Toulouse, la Ménardière est un beau domaine aux multiples possibilités. Acquis en 2019 par une douzaine de personnes au bord de la retraite qui refusaient le destin peu folichon, que nos sociétés réservent à leurs vieux : ni solution privée au coût e...

Vidéo en Poche, c'est fini
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

NAYOLA

José Miguel RIBEIRO - film d'animation Portugal 2022 1h23 VOSTF - Scénario de Virgilio Almeida, d’après la pièce de théâtre A Caixa preta de José Eduardo Agualusa et Mia Couta. Pour les enfants à partir de 13 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NAYOLAPour avoir eu la chance d’assister à une projection scolaire de Nayola devant 200 collégiens bretons, votre serviteur a été très heureusement surpris par leur extraordinaire attention durant la projection et par leur participation passionnée à la rencontre qui a suivi. Preuve que tout esprit un tant soit peu curieux et disponible peut, quelque soit son âge (pas avant 13 ans quand même), être captivé par ce récit animé qui rend compte de la guerre d’Angola, ce terrible conflit qui a endeuillé 30 ans durant, jusqu’au début des années 2000, ce coin méconnu d’Afrique australe autrefois sous domination portugaise. Un conflit avouons le totalement ignoré de la plupart d’entre nous.

L’opiniâtre et talentueux cinéaste José Miguel Ribeiro, adaptant et élargissant le propos de la pièce de théâtre A Caixa preta de José Eduardo Agualusa et Mia Couta, fait le choix de raconter cette guerre à travers un double récit à deux périodes (1995 et 2011) et de l’incarner à travers trois générations de femmes : Lelena la grand mère, Nayola la mère, dont on va suivre la recherche désespérée de son mari disparu au cœur des combats, et Yara la fille, jeune rappeuse rebelle dans un pays en paix mais en proie à la répression d’un régime autoritaire. Les deux récits s’interpénètrent intelligemment autour de la période contemporaine, où la vie de la jeune adolescente et de sa grand mère va être bouleversée quand une nuit, un mystérieux visiteur masqué va pénétrer dans leur modeste maison et faire resurgir le passé.
Le scénario met en valeur la jeune génération, celle qui n’a connu que très peu la guerre et aspire à l’émancipation, et montre à quel point les séquelles du conflit sont encore bien vivantes. Et la mise en scène, brillante, mêle des séquences très mouvementées, très spectaculaires, exprimant bien la tension des scènes de guerre, et un travail pictural magnifique qui s’apparente à la peinture symboliste car le récit réaliste du conflit et de la situation politique est traversé par des échappées évoquant la spiritualité et la cosmogonie de l’animisme encore présent en Angola, où les animaux et la lune ont toute leur place.

Petit bijou autant dans le récit que dans la forme, fruit d’un long travail préparatoire de cinq ans, Nayola – coproduit par les talentueux Bretons de JPL films (à qui on doit le merveilleux Louise en hiver) – est officiellement le premier film d’animation de l’histoire du cinéma portugais. Bravo ! Et pensez à rester jusqu’au bout du générique pour savourer le merveilleux titre de Bonga, vétéran de la musique angolaise.