LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

SIMPLE COMME SYLVAIN

Écrit et réalisé par Monia CHOKRI - Québec 2023 1h50 VOSTF - avec Magalie Lépine-Blondeau, Pierre-Yves Cardinal, Francis-William Rhéaume, Monia Chokri...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SIMPLE COMME SYLVAINComédie irrésistible de drôlerie, aux dialogues finement ciselés qui s’accrochent si bien à l’accent chantant de la Belle province, Simple comme Sylvain prend courageusement à bras-le-corps le seul sujet qui passionne tout le monde, le seul qui transcende toutes les nationalités, tous les genres, toutes les classes sociales : l’amour. Et pose cette question fondamentale : l’amour est-il soluble dans le sirop d’érable ? Ou plus sérieusement : est-il permis, est-il possible de tomber en amour comme on serait frappé par la foudre – de cet amour total, insensé, qui, justement, se fiche comme d’une guigne de toutes les bienséances, toutes les barrières, culturelles, sociales, morales, générationnelles… ?



Sophia, la quarantaine pimpante, en a d’ailleurs fait son domaine de recherche privilégié, et elle le décline inlassablement au long des cours de philosophie qu’elle donne, faute de poste à son niveau, dans une université du troisième âge. Les têtes qui composent son auditoire et qui, pour être chenues n’en sont pas moins intimement concernées par la chose, s’imprègnent religieusement de son érudition amoureuse et érotique. Comme on sait, les cordonniers ne sont pas les mieux chaussés : Sophia peut sans faillir vous entretenir des heures durant sur Eros, le sentiment amoureux, leur représentation au fil des siècles – mais côté vie privée, c’est le calme plat. Pas le néant, puisqu’elle vit depuis 10 ans avec Xavier, également universitaire, mais si leur complicité intellectuelle reste vivace, le désir a de toute évidence quitté la maison.
Or donc, Sophia et Xavier ayant fait l’acquisition d’une résidence secondaire – un joli chalet dans la forêt des Laurentides, à quelques 300 bornes de chez eux – la « sage » Sophia part seule pour vérifier l’avancement des travaux de rénovation. Et fait la connaissance de l’artisan qui doit retaper la bicoque : Sylvain. Un gars à des années-lumière de son monde : musclé, manuel, parfaitement intégré à une ruralité qui ne violente pas son tempérament solitaire ni ses plaisirs simples, sa philosophie de vie consiste à vivre le temps présent sans se prendre le chou. Mais surtout, surtout, Sylvain, caricature de bûcheron canadien, est beau à se damner et a dans un seul poil de son torse plus de potentiel érotique qu’un aréopage de dieux grecs. Instantanément, Sophia aime Sylvain. Et de ce qui aurait pu, dû, n’être qu’une joyeuse mais brève incartade, elle décide de faire son projet de vie. Qu’importe sa vie d’avant, qu’importe l’éloignement social de son crush, rien ne viendra se mettre en travers de leur bonheur. Sophia et Sylvain vivront comme ils se sont rencontrés : d’amour et de philo fraîche. On se doute que non, ce ne sera pas si simple. Que le rêve de Sophia, son frêle esquif de bonheur va être sacrément brinquebalé, jouet des éléments sur la mer déchaînée des sentiments contraires.

Monia Chokri conserve de bout en bout le ton incisif, drôle en même temps que tendre, de la comédie. Les dialogues, écrits au cordeau, balancent en permanence entre rire et gravité. Et mine de rien, lors des scènes d’amour, la réalisatrice s’approprie, féminise avec beaucoup de finesse et d’humour le lexique de la séduction et du plaisir au cinéma – tournant en dérision les clichés romantiques du cinéma américain.
On est résolument charmé par ce film marrant au possible, vivifiant, subtil et cru, au point qu’à peine la projection terminée, on voudrait aussitôt y retourner. Pour paraphraser Sophia juste après sa première incartade charnelle avec Sylvain : « une fois, ce n’est pas assez ». (avec la complicité involontaire de F. Lévesque,Le Devoir)