LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

THE STRONG MAN

(L’ATHLÈTE INCOMPLET) Frank CAPRA - USA 1926 1h15mn - avec Harry Langdon, Priscilla Bonner, Gertrude Astor, William V. Mong... Scénario de Hal Conklin, Robert Eddy et Arthur Ripley.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE STRONG MAN1926 : Frank Capra, ancien « gagman » chez Mack Sennett, et Harry Langdon, révélé chez ce même Mack Sennett dans des films courts dont Capra écrivait les gags, présentent successivement Tramp, Tramp, Tramp et The Strong man, leurs deux premiers longs métrages. Dans le premier, Capra n’est encore que co-scénariste… Avec The Strong man, il dirige seul son premier grand film. Il a 29 ans, Langdon 42. Hollywood est à son zénith, Langdon n’a que de très brèves années de gloire à flamber avant l’avènement du parlant, l’avenir et la gloire du futur metteur en scène de La Vie est belle et de Mr Smith au sénat sont devant lui.
Harry Langdon, deuxième classe belge, mène sa guerre solitaire dans le no man’s land. Il essaie de repousser son énorme adversaire à l’aide d’une mitraillette maniée nonchalamment comme un jouet ; il le met en déroute avec un vrai joujou, son lance-pierres, vite transformé en lance-biscuits ou lance-oignons… Le conflit terminé, Langdon, ce poupon géant comme l’appelle Capra, débarque aux États-Unis avec son ancien rival du no man’s land, le « grand » Zandow, l’homme-canon. Ils doivent passer par Ellis-Island, l’île sinistre où les miséreux de la vieille Europe attendent, parqués, l’autorisation de tenter leur chance. Aucune récrimination, l’avenir leur appartient. Harry connaît ses premiers déboires avec une virago blonde qui fait semblant de le séduire pour récupérer un magot. Départ vers la petite ville où Harry découvrira sa marraine de guerre, Mary Brown, aveugle, et remplacera au pied levé son patron Zandow devant une foule d’ivrognes…

Frank Capra affronte tout à trac les conventions alors de mise à Hollywood, recueille l’héritage non seulement de Sennett, mais de Chaplin, du western. De Langdon le pataud surgit l’image du Pierrot lunaire, l’être irrationnel terrorisé par les femmes, méchant aux méchants, l’individualiste-né, déjà le parfait Américain des futurs classiques de Capra… (L. Marcorelles, Le Monde)