LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

BONNARD, PIERRE ET MARTHE

Martin PROVOST - France 2023 2h03 - avec Cécile de France, Vincent Macaigne, Stacy Martin, Anouk Grinberg, André Marcon, Grégoire Leprince-Ringuet... Scénario de Martin Provost et Marc Abdelnour.

Du 10/01/24 au 04/03/24

BONNARD, PIERRE ET MARTHES’il vous prend l’envie, au cœur de l’hiver, de vous faire une toile colorée et pleine de vie, de sortir de la grisaille, il n’est pas impossible que l’on vous recommande ce grand format au son de l’expression qui nous paraîtra alors irrésistible : « c’est bonnard ! ». Cette petite touche, qu’on pourrait juger hâtivement un peu vulgaire pour un film sur la vie d’un célèbre peintre post-impressionniste, n’est pourtant pas sans à propos pour parler de cette Belle Époque qui, au sortir de la grande dépression, vit éclore dans les années 1890 la joyeuse troupe des Nabis qui voulaient envoyer valser toutes les conventions. Martin Provost prête ces mots à Misia Natanson (magnifique Anouk Grinberg) : « des amis, des poètes, des saltimbanques, des êtres tous épris d’absolu et de liberté qui ne vivaient que pour leur art, en s’amusant et en faisant la fête ». C’était le monde de La Revue Blanche, revue littéraire et artistique de sensibilité anarchiste, à laquelle collaborèrent nombre des plus grands écrivains et artistes de langue française de l’époque : les Natanson, Édouard Vuillard, Félix Vallotton… Ils s’affublèrent de surnoms facétieux empreints de cette liberté, de cette légèreté revendiquée. Pierre Bonnard reçut celui de « Nabi très japonard », en raison de son goût pour les estampes japonaises, peignant même sur des paravents, sans contrainte imitative, avec sa propre logique décorative et symbolique.



C’est durant ces premières années qu’il rencontre Marthe, sa compagne et sa muse, posant nue sur plus d’un tiers de ses tableaux tout au long de leur vie jusqu’à sa mort en 1942. Après avoir réalisé Séraphine, avec le succès qu’on connaît, Martin Provost fut contacté par Pierrette Vernon, petite nièce de Marthe Bonnard, qui voulait le convaincre de faire un film sur sa grand-tante, dont elle sentait qu’on ne mesurait pas assez le rôle fondamental qu’elle avait tenu dans l’œuvre de Pierre Bonnard. Omniprésente dans ses tableaux, mais aussi peintre, elle ne correspondait pas au rôle de muse trouble et manipulatrice qui lui avait été accolé. Souhaitant alors faire tout sauf un nouveau film sur la peinture, Martin Provost la présenta à Françoise Cloarec. De cette rencontre naquit le livre L’Indolente qui, des années et quelques films plus tard, au sortir du confinement, allait l’inspirer à son tour.
Bonnard peignait de mémoire, disant qu’il fallait « beaucoup de petits mensonges pour une grande vérité ». Martin Provost fait de même, réalisant « presque un travail médiumnique », pour tenter d’approcher la vérité de la part d’ombre de ce couple merveilleusement interprété par Cécile de France et Vincent Macaigne. Loin de la reconstitution historique dans ce qu’elle peut avoir de pesant, c’est un film vibrant, vivant et charnel où éclatent les couleurs des tableaux. Il parle d’un amour qui traverse bien des vicissitudes (qu’on ne racontera pas ici) et qui ne s’éteint pas. Il y a un mystère Bonnard, incarné dans la représentation obsessionnelle du corps de Marthe, offerte, énigmatique, impudique, puis peu à peu, alors qu’elle devient folle, repliée sur elle-même, le plus souvent dans sa baignoire, éternellement jeune, et éternellement fuyante.

Qualifié de « peintre du bonheur », Pierre Bonnard disait que « celui qui chante n’est pas toujours heureux ». Peindre fut pour lui une aventure personnelle, avec Marthe, dans leur « Roulotte » de Vernon, canotant sur les bords de Seine et rendant parfois visite aux Monet. Mais alors que le jardin de Monet était bien ordonné, Bonnard a laissé pousser le sien en toute liberté. Nus dans leur jardin sauvage, à l’abri des guerres qui ravageaient le monde autour d’eux, les Bonnard, tout à la recherche de leur Arcadie, ont traversé le temps jusqu’à nous apparaître dans leur évidente, essentielle simplicité, qui nous fait tant défaut aujourd’hui.