LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

BELLISSIMA

Luchino VISCONTI - Italie 1951 1h55 VOSTF - avec Anna Magnani, Walter Chiari, Tina Apicella, Gastone Renzelli... Scénario de Suso Cecchi d’Amico, Francesco Rosi et Luchino Visconti, sur une idée de Cesare Zavattini.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BELLISSIMAC’est l’effervescence à Cinecittà, les grands studios de cinéma de Rome : le grand metteur en scène Alessandro Blasetti organise un concours qui désignera « la più bella bambina di Roma ». Et la gagnante aura un rôle dans son prochain film. Toutes les mères de la ville traînent leurs fillettes au studio. Parmi elles, Maddalena Cecconi, une femme du peuple, bien décidée à connaître son heure de gloire à travers sa petite Maria qui, elle, est beaucoup moins enthousiaste et ne veut surtout pas se ridiculiser devant tant de monde… Mais Maddalena n’en démord pas, prête à tout pour que sa fille soit choisie…
« Bellissima demeure un film à part dans l’œuvre de Visconti. C’est l’unique fois que le cinéaste italien ne s’inspire pas de la littérature, de la musique ou du théâtre. Avec ce film en apparence simple et improvisé, Visconti entend ainsi se confronter directement avec les principes du néo-réalisme, pour mieux en démontrer les limites.
« Bellissima n’est pas non plus, malgré les apparences, une satire ironique des milieux du cinéma. La dénonciation de Visconti est bien plus profonde. Elle vise tous les systèmes d’exploitation du peuple, spolié de ses rêves et trahi par une société capitaliste qui vénère un nouveau veau d’or, celui du spectacle, de l’illusion et de la célébrité.
« Bellissima raconte l’humiliation d’une mère et de sa fille, abusées par des individus sans scrupules, puis la reconquête de leur dignité. Visconti met en scène le drame d’un enfant exposé à la cruauté des adultes, et d’une mère d’abord aveuglée par les mirages de Cinecittà et sa faune de parasites. Mais le vrai sujet du film, avait coutume de dire Visconti, c’est la Magnani. L’actrice italienne, volcanique et passionnée, est devenue l’incarnation à l’écran du prolétariat des faubourgs italiens, une louve romaine. Elle renverse tout sur son passage, et envahit le film de ses paroles et de ses gestes, tantôt désordonnés, tantôt redoutables. Monstre d’amour et de colère, Anna Magnani rencontre l’art de scénographe de Visconti, et le résultat est génial. » (Olivier Père, arte.tv)