LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

L’ÉTOILE FILANTE

Écrit et réalisé par Dominique ABEL et Fiona GORDON - Belgique 2023 1h38 - avec Fiona Gordon, Dominique Abel, Kaori Ito, Philippe Martz, Bruno Romy... Musique magnifique de Birds on a Wire.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÉTOILE FILANTELe fameux duo belge incroyablement créatif formé par Fiona Gordon et Dominique Abel – qui nous avait régalés avec, entre autres, Iceberg et Rumba – revient en force avec ce polar clownesque qui sera l’occasion idéale, pour ceux qui ne connaissent pas les deux auteurs-réalisateur-acteurs, de se laisser embarquer dans leur univers déjanté et poétique, et d’en ressortir avec des souvenirs de gags mémorables !



Au commencement du film, on croirait presque s’être trompé de salle et assister à la suite des Feuilles mortes d’Aki Kaurismäki, tellement l’ambiance extérieure du bar « L’Étoile filante » se rapproche du dernier chef-d’œuvre en date du génial Finlandais ! Mais dès l’entrée en scène de Boris le barman et de son futur agresseur réclamant une bière sur un ton véhément qui décontenance d’emblée, on retrouve le style Abel et Gordon, qui demande au spectateur d’accepter la convention burlesque, pour mieux se laisser porter par le flot. Nous voici alors entraînés dans un polar faussement sombre aux couleurs intenses (passant du jaune moutarde au rouge Bordeaux), qui s’amuse de tous les archétypes du film noir en incluant : un ex-terroriste en cavale, une victime revancharde, une femme fatale japonaise manipulatrice et sournoise, un louche gérant de bar et une détective privée alcoolique. Inutile de vous dévoiler la trame du scénario rocambolesque où il est question d’usurpation d’identité et de règlement de comptes, avec le motif du retour incessant du méchant armé dont le bras imprévisible nous réjouit autant qu’il nous effraie ! Car le plaisir réside surtout dans les déraillements de l’histoire…

À l’image des précédents films du duo, on s’attache à ces scènes composées comme des tableaux et qui se succèdent comme dans un livre dont on tourne les pages. Et cette fois, nous avons droit à la sublime musique de Birds on a Wire dont les cordes soulignent la mélancolie douce-amère de nos personnages. On est bluffé par le corps dédoublé de Boris qui va devenir Dom. On est bouleversé par ces autres corps qui en disent plus que les mots et qui perdent souvent le contrôle dans des chorégraphies tantôt lunaires, tantôt effrénées. Des corps souvent empêchés ou portant le poids de la culpabilité, des corps touchés par des rêves agités, par un deuil parental, des dépressions, mais qui finissent toujours par se libérer. Quant au corps social de l’hôpital en plein naufrage, contexte servant de fond à cette histoire, il nous vaut quelques séquences jubilatoires. Les trouvailles visuelles irrésistibles se succèdent tout au long du film, avec l’immanquable numéro de partage de PQ… ainsi que la recette du bonheur instantané à haute concentration ! Et s’il faut retenir une nouvelle étoile dans ce film, c’est la danseuse et chorégraphe Kaori Ito : son personnage de petite gymnaste japonaise vêtue de rouge amène une énergie décalée et mène un bal final virevoltant parodiant les comédies musicales avec éclat !