LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

CHRONIQUES DE TÉHÉRAN

(TERRESTRIAL VERSES) Écrit et réalisé par Ali ASGARI et Alireza KHATAMI - Iran 2023 1h17 VOSTF - avec Bahman Ark, Arghavan Shabani, Servin Zabetiyan, Sadaf Asgari, Faezeh Rad, Hossein Soleymani, Majid Salehi, Farzin Mohaddes...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHRONIQUES DE TÉHÉRANOn n’en est toujours pas revenu. Une petite heure et quart, soixante-dix-sept minutes tout juste et neuf saynètes, neuf bêtes situations de la vie presque quotidienne à Téhéran, filmées dans un dispositif d’une simplicité quasi-biblique – dans le plus simple appareil cinématographique. Pas un mouvement superflu, pas un effet pour détourner l’attention, que du simple, du concret, du frontal. On pourrait craindre de s’ennuyer, de doucement somnoler… et BAM ! On ressort de là stupéfait, bouche-bée, presque hilare du plaisir de la découverte. Plus secoué que par un tremblement de terre de magnitude sept. Que voilà un film enragé, ingénieux, fascinant, troublant, passionnant et – pourquoi pas ? – drôle, qui dynamite avec une férocité singulière le régime totalitaire des Mollahs iraniens.



Ici, un homme déclare la naissance de son fils et se voit refuser le prénom choisi. Là c’est une mère à qui on dicte comment elle doit habiller sa fille pour la rentrée scolaire. Ailleurs, une élève est convoquée par la directrice au prétexte qu’elle a été vue sur un scooter avec un garçon. Ou encore, une jeune femme chauffeuse de taxi conteste une contravention attribuée pour non-port du voile. Même cette brave dame, qui veut juste retrouver son chien, se retrouve en butte aux tracasseries administratives… Ce sont en tout neuf situations banales, soigneusement mises en scène, dans lesquelles des individus lambda sont confrontés au pouvoir de leurs interlocuteurs – représentants de l’État, de diverses administrations, supérieurs hiérarchiques, employeurs potentiels… Neuf dialogues dont seules les victimes du système sont filmées – leurs tourmenteurs restant soigneusement hors-champ, à la manière d’un « Big Brother » aux multiples voix, omniscient, invisible et insensible, qui personnifie le Pouvoir.

« Il y a, dit Alireza Khatami, une technique typique de la poésie farsi qui s’appelle le débat. Où deux personnes discutent d’un sujet précis. Une personne s’exprime dans un vers, puis une autre dans le suivant. C’est donc une forme de dialogue. Chaque fois, il s’agit d’un sujet politique ou social. Dans la plupart de ces poèmes, il y a, ce qu’on ignore souvent, beaucoup d’humour. On s’est donc dit qu’on allait adapter la structure de ces poèmes et la rendre cinématographique ». Pour corser l’exercice, les deux co-réalisateurs, qui se sont rencontrés au festival de Venise, ont écrit et dirigé Chroniques de Téhéran à distance : Alireza Khatami depuis Toronto où il vit, Ali Asgari en « présentiel » à Téhéran. « Pour faire ce film, on n’a pas demandé d’autorisation. On ne veut plus suivre et se soumettre aux règles qu’on nous a imposées et auxquelles nous nous sommes pliés pendant des années. C’est aussi notre façon de manifester. C’est notre façon de faire notre révolution ».

Cinq femmes, quatre hommes, neuf petites histoires courtes qui se succèdent, sans lien apparent entre elles – mais reliées par un rythme commun, un flow magnétique qui dessine les contours d’une société faite d’abus de pouvoir, de logique de contrôle jusqu’à l’absurde, dont les deux réalisateurs se contentent d’enregistrer, poussée dans ses derniers retranchements, la logique tatillonne. Jusqu’à en faire exploser le ridicule – effarant et dramatique. Effet de sidération garanti pour le spectateur, mâtiné d’une colère à peine adoucie par l’humour pince-sans-rire de la satire politique. On sait bien, comme le disait encore récemment Agnieszka Holland, que le cinéma ne peut pas « changer le monde ». Ce qui est certain en revanche, c’est qu’il peut être une arme redoutable, qui se retourne magnifiquement contre le Pouvoir qui prétend le contrôler. Et un marqueur efficace pour nous prédire, en commentant les soubresauts de la société iranienne, l’effondrement inéluctable de la dictature islamique.