LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

DERSOU OUZALA

Akira KUROSAWA - URSS 1975 2h25 VOSTF - avec Maxime Mounzouk, Youri Solonine, Svetlana Danilchenko, Dima Kortitschew... Scénario d’Akira Kurosawa et Yuri Nagibin, d’après le récit autobiographique de Vladimir Arseniev. Oscar du Meilleur Film Étranger 1976.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DERSOU OUZALAEn 1902, dans la taïga de l’Oussouri, non loin de la frontière entre la Russie et la Chine, le capitaine Vladimir Arseniev effectue, avec quelques hommes, des relevés topographiques. Il rencontre un vieux chasseur solitaire, Dersou Ouzala, qui va leur servir de guide. Une profonde amitié naît entre les deux hommes, mais, la mission géographique terminée, c’est la séparation, douloureuse, et Dersou retourne seul dans la taïga, son univers. Cinq années plus tard, Arseniev organise une nouvelle expédition, qui permettra aux deux hommes de se retrouver. Dersou fait découvrir à son ami les lois d’une nature hostile, et le respect qu’on doit lui porter, simple question de survie… Hélas le sage petit homme vieillit, perdant peu à peu ses qualités primordiales de chasseur, sa vue perçante… D’inspiration épique, Dersou Ouzala est un film essentiellement positif. L’univers de Dersou est celui de l’harmonie agissante, l’amitié des deux personnages est celle de deux êtres disponibles à l’écoute de la nature, communion de deux pensées, de deux façons d’agir, dans le respect et le souci de chaque individu pour les autres. Images d’une splendeur sans apprêt, « message » humaniste d’une bouleversante sincérité, chronique aussi grandiose que scrupuleuse… Un chef-d’œuvre salutaire en ces temps de frilosité de l’âme…

« Il n’est pas étonnant de retrouver Kurosawa en Russie en 1975 : d’un côté le réalisateur a acquis une réputation internationale qui attire les studios comme Mosfilm (qui ne s’y trompe pas, puisque le film sera honoré de l’Oscar du meilleur film étranger en 1976), d’autre part le cinéaste traverse une période difficile et a du mal à travailler au Japon depuis l’échec de Dodes’ Ka-den (1970). Mais surtout, l’ombre de la littérature russe plane sur la filmographie du cinéaste, dont L’Idiot (1951) reste l’une des plus vibrantes adaptations de Dostoïevski. On retrouve d’ailleurs souvent dans l’œuvre de Kurosawa cette thématique dostoïevskienne de l’âme noble et pure, qui ne survit pas à la dureté de la société, plus prompte à la broyer qu’à la reconnaître.
« Dersou Ouzala se présente même comme la description d’une “belle âme”, le terme étant utilisé par l’explorateur, dont le récit autobiographique sert de base au film, pour décrire son ami. La différence, c’est que là où le personnage de L’Idiot est diagnostiqué comme faible par la société, Dersou, tant qu’il est dans la Taïga, est le plus apte à survivre, même si la dernière partie du film, la plus déchirante, rejoint la problématique tragique traitée dans L’Idiot de l’inadéquation de la bonté absolue avec la vie moderne.

« En vivant simplement en harmonie avec la nature, le chasseur, malgré sa bizarrerie et sa tendance à parler aux “gens de la nature” (feu, animaux, vent, etc.), impressionne rapidement le petit groupe d’explorateurs que conduit Vladimir Arseniev lors de leur rencontre en 1902. Les deux hommes se lient alors d’une amitié sincère, brisant les hiérarchies. Dans la Taïga, le noble capitaine russe est l’égal du modeste chasseur aux origines chinoises. Sous son aspect animal (le personnage est d’abord pris pour un ours, avant que les observateurs ne balaient leurs préjugés en affirmant que “c’est bien un homme”), l’âme de Dersou Ouzala brille d’humanité et de sagesse (le personnage est d’ailleurs l’une des influences notables de Georges Lucas pour la création de Yoda dans Star Wars). » (Victor Lopez, eastasia.fr)