LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LE JEU DE LA REINE

(FIREBRAND) Karim AÏNOUZ - USA / GB 2023 2h VOSTF - avec Alicia Vikander, Jude Law, Simon Russell Beale, Erin Doherty, Sam Riley... Scénario de Henrietta et Jessica Ashworth et Rosanne Flynn, d’après le roman d’Elizabeth Fremantle.

Du 27/03/24 au 13/05/24

LE JEU DE LA REINEHenry VIII, qui règne sur l’Angleterre (et l’Irlande) de 1509 à 1547, a tout de Barbe-Bleue (et il est bien possible après tout qu’il ait inspiré le conte horrifique de Charles Perrault). « Divorced, beheaded, died. Divorced, beheaded, survived ! » La petite comptine bien connue des écoliers d’outre-Manche – et qui leur permet de mémoriser le destin plus ou moins tragique de chacune de ses six épouses – fait tout de même froid dans le dos. Dans l’ordre : Catherine d’Aragon, Anne Boleyn, Jeanne Seymour, Anne de Clèves, Catherine Howard et l’ultime, Catherine Parr. Six femmes, trois mortes dont deux décapitées sur ses ordres, ça ne dessine pas exactement le portrait d’un prince charmant, d’un mari aimant, pas plus que d’un roi attentionné, amoureux et poète – même si la légende populaire veut qu’il ait composé la chanson mélancolique Greensleeves à l’attention d’Anne Boleyn, qui ne partageait pas ses nobles sentiments… On se doute aisément qu’il fallut à Catherine Parr, promue « heureuse » élue après une telle série de ruptures et de drames, une sacrée force de caractère pour oser prendre la suite, tenir tête à un Souverain obsédé par la nécessité de voir un héritier mâle lui succéder sur le trône, s’imposer comme Régente en son absence et naviguer à vue dans le marigot des intrigues, jeux de pouvoirs, complots, coups bas, y compris religieux. De fait, côté religion, la situation matrimoniale pour le moins versatile du Roi a singulièrement compliqué la donne : l’Angleterre est officiellement catholique, avec tout son tralala hiérarchique de dignitaires en robes, mais a rompu avec la Papauté. La Réforme gagne du terrain mais reste hérétique – or Catherine est secrètement proche d’Anne Askew, martyre protestante, qui ambitionne de diffuser les textes sacrés traduits en langues populaires, pour les rendre directement accessibles au plus grand nombre. Ce qui, on s’en doute, ne fait pas vraiment l’affaire des dignitaires religieux qui conseillent le Roi. Pourtant, régente du royaume pendant les campagnes militaires de son époux, la Reine a habilement manœuvré sur l’échiquier politique pour mener à bien les réformes qui lui tenaient à cœur tout en ménageant les susceptibilités des uns et le pouvoir des autres. Avec le « retour du Roi » – un roi énorme, violent, blessé, inquiet, irascible –, c’est une nouvelle partie qui commence pour elle. Beaucoup plus risquée puisque, comme pour ses prédécesseures n’ayant pas eu l’heur de conserver les faveurs de leur royal époux, c’est ni plus ni moins que sa tête qui est en jeu. Et c’est là précisément que commence le film de Karim Aïnouz.



Reconstitution historique soignée, rythme haletant, thriller sombre et âpre à la violence difficilement contenue, Le Jeu de la Reine est une plongée étouffante – et passionnante – au cœur d’une Cour d’Angleterre sale, austère, dangereuse, gangrenée au propre comme au figuré, débarrassée de tout son décorum romantique pour petites filles modèles. Un peu comme Les Tudor (fameuse série portée par Jonathan Rhys-Meyers) relookée, avec une recherche de réalisme stylisé, par les décorateurs de Game of Thrones. Dans les recoins sombres, les alcôves éclairées à la bougie, derrières les portes dérobées, beaucoup de périls guettent la jeune reine traquée sans répit par ses ennemis. Découverte, on s’en souvient, dans le rôle d’une autre souveraine progressiste (celle du Danemark) dans le magnifique A royal Affair de Nikolaj Arcel, Alicia Vikander incarne ici avec une feinte fragilité une Catherine puissante, héroïque, en butte au patriarcat et à une société qui fait bloc, dont l’hostilité croit au fur et à mesure que décline la santé du monarque monstrueux et pourrissant (formidable Jude Law) – et qu’explosent ses ultimes accès de violence.