LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

SIDONIE AU JAPON

Élise GIRARD - France / Japon 2023 1h34 VOSTF - avec Isabelle Huppert, Tsuyoshi Ihara, August Diehl... Scénario d’Élise Girard, Sophie Fillières et Maud Ameline.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SIDONIE AU JAPONRêver du Japon. Rêver de se perdre au Japon. Rêver de s’endormir quelque part au Japon. N’importe où puisqu’il y aura forcément au réveil quelqu’un qui parlera japonais… Cela simplement suffira à combler ce désir ardent de Japon. Élise Girard possède, comme toutes celles et ceux qui ont eu un jour la chance de faire le voyage, cette trace en elle, laissée après un bref séjour où elle présenta son premier film, Belleville Tokyo, au public nippon. Son film est donc très librement inspiré de son histoire et de cette volonté de raconter, en fiction, ce sentiment étrange mais très doux qu’une telle rencontre produit sur les âmes et les cœurs des « étrangers ».
Bien que ce Japon-là soit connu grâce au cinéma et aux mille et une images aux allures de cartes postales qu’il véhicule – la cérémonie du thé, les cerisiers en fleurs, les multiples rites du quotidien –, le voyage qu’elle propose nous offre un autre regard, intime, comme raconté de l’intérieur par cette Sidonie qui nous est quant à elle si familière puisqu’incarnée par Isabelle Huppert.



Sidonie est une auteure reconnue… dont l’œuvre pourtant se réduit à un titre, succès fulgurant après lequel elle n’a plus jamais repris la plume. Elle n’a pas franchement envie de partir au Japon à l’invitation de son éditeur local, à l’occasion de la réédition de ce titre. Sidonie n’a pas trop envie de reparler du passé. Sidonie n’a pas non plus envie de sortir de sa zone de confort. Sidonie a un peu peur de voyager seule, c’est que le Japon est un monde à lui tout seul, à des milliers de kilomètres, à des heures d’avion…
Elle se décide tout de même à partir. Accueillie par Kenzo, son éditeur japonais, elle commence sa « tournée ». Les interviews, les séances de signatures dans les librairies… Partout ailleurs, ce serait mené tambour battant, mais nous sommes entre Osaka et Kyoto et c’est bien la délicatesse, la lenteur, le silence qui s’invitent. Sidonie est perdue, « ici, je reconnais tout, mais tout est différent » dit-elle, comme si elle avait mis les pieds sur une autre planète. Et c’en est une… les codes, les gestes, les regards, les sourires, les usages, tout est singulier. Sidonie peu à peu baisse la garde, lâche prise, accepte de perdre le contrôle, de se laisser guider, de se laisser porter. C’est alors que, tout naturellement puisque nous sommes au Japon, un fantôme vient lui rendre visite, tout naturellement : celui d’Antoine, son cher époux disparu.

Il ne faut pas en dire plus de peur de briser le charme, aussi doux que léger, de ce drôle de film souvent rieur et délicieusement attachant, qui raconte bien des choses sur le pays du soleil levant mais aussi, plus universellement, sur le chagrin qui entrave les cœurs et sur tout ce qui se partage avec l’émotion. Isabelle Huppert est bien entendu parfaite et se fond délicieusement dans ce bouquet de petits décalages : le sérieux et la froideur de son apparence, de son phrasé et de son expression corporelle sont utilisés par la réalisatrice avec un art du contrepoint qui sonne toujours juste. Il y a un zeste de folie dans cette manière d’être et de se mouvoir aux côtés de cet éditeur charismatique, à la courtoisie très pince-sans-rire. Alors si vous aimez l’harmonie rigoureuse et poétique d’une cérémonie du thé, les paysages sublimes respirant la spiritualité et la fragilité de l’instant présent, les histoires d’amour un peu lost in translation… alors vous aimerez Sidonie et son voyage au Japon.